Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

(2015-2) Expéditives : Ferran Fages, Remembrance, Machinefabriek, Toshimaru Nakamura, Sebastian Lexer, Michael Thieke...

2013 expéditives

radi d'or

Ferran Fages : Radi d’Or (Another Timbre, 2013)
A la tête d’un « ensemble » de cinq musiciens (Olga Ábalos à la flûte et au saxophone alto, Lali Barrière aux ondes sinus, Tom Chant aux saxophones ténor et soprano et Pilar Subirá aux percussions), Ferran Fages interprétait le 17 décembre 2011 un Radi d’or haut de trente-six minutes, par lui imaginé. Occasion pour le guitariste d’accorder ses attachements pour les râles, notes parallèles, harmoniques, prévenances, retours sur note, soupçons (ondes sinus et guitare)… Toutes sonorités, inspirantes. (gb)

lauzier transparence

Philippe Lauzier : Transparence (Schraum, 2013)
Du dédale que construit Philippe Lauzier ne pourront s’échapper que des souffles amples, vastes, abondants, amis. Ce souffle brise-glace fore le continu. Le souffle se module, se gonfle, admet de fines moisissures mais, toujours, refuse la désunion. A chaque nouveau tableau, un continuum. A chaque nouveau monde, la douceur des prologues. Clarinettes et saxophones malaxent la matière, cristallisent le granuleux. Ils oscillent et hypnotisent l’auditeur. Les techniques étendues ne sont que prétextes : le souffle ne se voudrait que fluet et menu qu’il ne pourrait cacher sa douceur, sa bienveillance. Précisément ceci : un disque de douceur et de bienveillance. (lb)

remembrance

Remembrance : Remembrance (NoBusiness, 2013)
Enregistré le 9 février 2004, Remembrance donne à entendre sur deux disques Elton Dean, Paul Dunmall, Paul Rogers et Tony Bianco. En quartette, trio ou duo, les musiciens se livrent à d’épatantes combinaisons d’un jazz volubile, pour ne pas dire convulsif (duo Rogers / Bianco en ouverture du second disque). Au swing unique de Dunmall, Dean oppose des ébauches de mélodie allant souvent à contre-courant de la solide paire rythmique, association qui démontre une maîtrise renversante. (gb)

machinefabriek

Machinefabriek : Stroomtoon II (Herbal International, 2013)
Impressionné, toujours deux ans plus tard, par les basses de Stroomtoon II. Ce CD, c’est du Machinefabriek par couches et par surcouches, en constructions-collages de drones-synthé, d’ambient pop (passe-partout, certes) ou d’electronica oldies. Après la bonne impression... on redescend. L’originalité est en fait toute relative si bien qu’on se demande pourquoi avoir réédité ce CD Nuun sorti en 2012, les stocks Machinefabriek doivent bien recéler d’autres trésors, non ? (pc)

suncheon

Kawaguchi Takahiro, Choi Joonyong : Suncheon Hyanggyo (Balloon & Needle, 2013)
Suncheon Confucian School, 12 août 2011 : Choi Joonyong et Kawaguchi Takahiro s’affrontent. Et ils ont apporté de quoi faire (instruments, objets préfabriqués, systèmes inventés). Donc, attentif, j’ai l’impression qu’un chien halète puis qu’on lui plante un clou dans l’os en respectant le rythme de son souffle.  Non, pas un chien, mais une petite scie suivie d'autres instruments de chantier : étincelles, electronics, buzzs, bref impossible de tout raconter en trois lignes, même en sept d’ailleurs. Mais je recommande ! (pc)

foz

Toshimaru Nakamura, Manuel Mota : Foz (Dromos, 2013)
Datée du 15 septembre 2011, l’improvisation est celle par laquelle Toshimaru Nakamura opérait un retour à la guitare. Auprès d’un autre guitariste, qui plus est : Manuel Mota. Improvisées, les deux pièces composent avec l’échouage des longues notes, quelques accords tombant, des feedbacks aussi ou d'autres bruits jadis qualifiés de « parasites ». Emmêlées, les lignes se confondent bientôt en un Foz étonnant. (gb)

the fog

Sebastian Lexer, Grundik Kasyansky : The Fog (Dromos, 2013)
Forcément enregistré à Londres (3 décembre 2011), The Fog expose, sous influence AMM, le piano étendu de Sebastian Lexer aux radiations électroniques de Grundik Kasyansky. C’est une alarme, d’abord, qui filtre de l’épais brouillard. Après quoi, le duo profite de son art de la réflexion et d’un timing élaboré : les coups donnés au piano, les cordes pincées et les distensions électroniques se prennent ainsi dans une brillante composition en toile d’araignée. (gb)

biliana thieke

Biliana Voutchkova, Michael Thieke : Already There (Flexion, 2013)
Trois séances d’enregistrement ont, en 2012 à Berlin, permis à Biliana Voutchkova et à Michael Thieke d’accorder leurs violon et clarinette. Lorsqu’elle ne décide pas de poursuites ou de cascades, l’improvisation joue d’oppositions (graves de clarinette contre frêle archet), d’apparitions (d’une voix, d’interférences, d’un lyrisme en perte de repères…) ou de disparitions dans un battement d’ailes. Si Voutchkova manque parfois d’idée, Thieke (et Werner Dafeldecker, au mastering) donnent quelque valeur à la rencontre. (gb)

Commentaires [0] - Permalien [#]

John Hudak, Miguel Angel Tolosa : Garten (Winds Measure, 2014)

john hudak miguel angel tolosa garten

John Hudak (field recordings, processing) et Miguel Angel Tolosa (processing, mixing) demandent à l’auditeur de passer leur CD en mode « repeat ». Chronophage ? Peut-être. Mais chiche : on passera Garten en mode « loop » pendant des heures, des jours, des semaines…

De quoi nous faire tenir jusqu’à l’année prochaine voire passer toute cette année prochaine avec en bande-son leur ambient obsédante. Et avec leurs voix, à tous les deux. Car Garten est un enregistrement de voix et de sons qui mettent du temps à nous parvenir avant de devenir un bien meuble indispensable à notre confort. On le changera de place, de temps à autre. On l’abandonnera à son mode « repeat » ou « loop ». On se surprendra même un jour de l’année qui arrive à l’écouter et à l’apprécier. Alors on le laissera tourner encore et encore. C’est pourquoi Garten ne pouvait prétendre à être l’un des CD de l’année 2014. Il pourrait bien être l’un des CD de l’année 2015, 2016, 2017…

écoute le son du grisliJohn Hudak, Miguel Angel Tolosa
Garten (extrait)

John Hudak, Miguel Angel Tolosa : Garten (Winds Measure)
Rec 2005-2012. Edition : 2014.
CD : 01/ Garten
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Xavier Charles : 12 Clarinets in a Fridge (UnSounds, 2014)

xavier charles 12 clarinets in a fridge

S’il joue et enregistre beaucoup en diverses compagnies (The Contest of Pleasures, Dans les arbres, association Mekuria / The Ex…), on n’avait plus entendu Xavier Charles seul depuis ce Solo qui imposait déjà à sa clarinette des sons qu’elle était incapable de produire.

L’objet qui occupe 12 Clarinets in a Fridge n’est pas surréaliste mais plutôt d’un concret tâche : frigidaire donc, mais aussi machines à laver, à sécher peut-être : « Travaillant et composant souvent dans ma cuisine, l'idée m'est venue d'enregistrer les machines de mon quotidien pour en faire des pièces de clarinette-concrète. » Accumulés – acculés, aussi, contre le corps de la clarinette –, les moteurs, soubresauts et rumeurs, bref : les bruits en suspension que l’oreille trouverait assourdissant si elle n’y était accoutumée, sont priés de composer.

Musique concrète et improvisation instrumentale. L’idée d’un « environnement » encore, capable de développer d’autres « souffles multiples » : l’affect électricité dessinant le champ d’action de clarinettes – sont-elles vraiment douze ? – à la Feldman, les unes sur les autres mais distantes quand même, rangées comme il faut mais feignant le désordre et glissant à en tomber, plus loin affolées, bouclées et qui se dérangent. Dans l’accompagnement ou l’imitation des bruits du dedans, cette douzaine de clarinettes était vraisemblablement faite pour sonner en salle des machines.   

Xavier Charles : 12 Clarinets In a Fridge (Unsounds / Metamkine)
Edition : 2014.
CD : 01/ 12 Clarinets in a Fridge 02/ Hétérogène 03/ 10 Clarinets in a Washing-Machine 04/ Matériels 05/ 6 Clarinets in a Boiler 
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Thibault Jehanne : Eskifjörður (Kaon, 2014)

thibault jehanne eskifjördur

Ayant frôlé (au moins trois fois) l’overdose de field recordings dans l’année, je décidais quand même de me finir à l’Eskifjörður. Sous son nom de volcan islandais (oui, je m’attendais à ce que l’on tende encore une fois la perche au cratère), Eskifjörður est en fait un village… islandais.

J’imagine que Thibault Jehanne y a passé un peu de temps pour « concocter » ce carnet de routes en trois chapitres, mi-captés mi-composés. Car le CD ne présente pas que des enregistrements de terrains. Intempéries, vents & eau, bruits d’activité humaine… sont accompagnés par des nappes de synthé, des drones aigus et autres inserts électroniques qui se fondent dans la nature enregistrée, avec un certain goût pour le théâtre. Et c’est ce théâtre qui change tout le voyage de Jehanne. Pas en expérience métaphysique, forcément, mais au moins en demi-heure sonophysique captivante.

Thibault Jehanne : Eskifjörður (Kaon / Metamkine)
Edition : 2014.
CD : 01/ Le réveil 02/ Les naufrages 03/ Les fantômes
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Interview de Théo Jarrier (Souffle Continu)

souffle continu théo jarrier

Après six années de boutique (Le Souffle Continu, Paris), Bernard Ducayron et Théo Jarrier ont lancé un label du même nom (Le Souffle Continu Records, Paris). A son catalogue, déjà : trois rééditions sur 45 tours (Richard Pinhas en Schizo et Heldon) et deux sur 33 (Sarcelles-Lochères de Red Noise et With (Junk-Saucepan) when (Spoon-Trigger) de Mahogany Brain). Partiellement publié dans la revue Tohu Bohu 303 en novembre dernier, cet entretien de Théo Jarrier (à droite sur la photo) avec Christophe Taupin explique les motivations d’une (sérieuse autant que prometteuse) entreprise de rééditions.



En tant que disquaire et passionné de musiques, as-tu senti très nettement la recrudescence du phénomène de réédition musicale ces dernières années ? Comment ce phénomène est-il perçu par les acheteurs de disques et a-t il, selon toi, modifié les attentes et les envies des plus gros consommateurs ou des mélomanes les plus exigeants ? Oui, il y a une très nette recrudescence du phénomène de réédition musicale ces dernières années, je dirais même que le phénomène s’est accru depuis 7/8 ans environ. Les raisons sont multiples… La première serait que des labels, voire des majors, ont délaissé petit à petit des catalogues entiers de grands classiques ou de moins grands classiques sous prétexte de mauvaises rentabilités commerciales pour l’époque, pariant plutôt sur la constance de nouveaux artistes, de nouveaux groupes. La seconde serait sans doute la surproduction de nouveaux talents / nouveaux groupes, qui ont inondé le marché de la musique, avec des projets parfois éphémères, peu aboutis et sans direction artistique, ou sans suivis commercial : distributions et mises en place aléatoires. De nombreuses productions se sont donc retrouvées totalement noyées dans la masse et, très vite, l’offre de nouveaux produits est devenue beaucoup plus importante que la demande. Au-delà du fait que le mode de consommation a été bouleversé ces dernières années avec le téléchargement, l’auditeur s’est malgré tout un peu perdu dans ses choix. La troisième raison, peut-être, serait artistique : des courants musicaux qui s’essoufflent et paradoxalement un problème de visibilité de courants ou d’artistes qui émergent… J’ajouterais à cela le réel besoin de l’auditeur curieux et éclectique de repositionner la musique dans un contexte plus historique, avec des repères temporels afin de se faire une culture musicale cohérente. Tout ceci fait que, du « gros consommateur aux mélomanes les plus exigeants », l’auditeur, qui fut un temps submergé de propositions musicales, s’est globalement un peu lassé de ce qu’on lui servait… Au-delà du fait de remettre sur le marché des disques qui étaient fatalement ou momentanément indisponibles, la réédition permet de revaloriser un répertoire parfois méconnu, de faire découvrir des choses obscures et de replacer la musique dans une histoire, un contexte historique avec ses repères, ses pères et ses fondateurs. Certains labels l’ont compris et on commence à assister aujourd’hui à un phénomène inéluctable, celui d’une vraie et grande tendance de l'industrie du disque à la réédition. Mais attention, si les majors s’emparent aujourd’hui de ce phénomène, c’est aussi pour nous revendre des disques qu’ils ont eux-mêmes fait en sorte de rendre indisponibles pendant un temps, pour mieux nous les servir de nouveau. Des disques que nous avons parfois déjà dans notre discothèque, mais cette fois remplis de bonus, de posters ou de tee-shirt … Ils ont toujours procédé de la sorte, calculé pour nous faire acheter dix fois le même disque sans prendre aucun risque, il faut donc rester très vigilent et ne pas tout avaler !

Penses-tu que cette vague de réédition a amené les gens qui avaient un temps boudé les supports musicaux physiques à racheter des vinyles, par exemple ? Oui, clairement, certains auditeurs qui boudaient les supports musicaux physiques se mettent à acheter des vinyles aujourd’hui et pas uniquement grâce aux rééditions d’ailleurs, mais plutôt grâce au support… D’autres qui avaient abandonné le CD se remettent à acheter du vinyle… ça correspond davantage à des tranches d’âges, plutôt trentenaire ou quadragénaire. Des gens plus âgés, qui ont vendu toute leur collection de vinyles pour n’acheter que du CD, il y a une quinzaine d’année, ne sont pas du tout prêts à racheter du vinyle aujourd’hui, réédition ou pas… La réédition, qu’elle soit sur support CD ou vinyle, va juste permettre de remettre dans le circuit des œuvres indisponibles aujourd’hui, pour un réseau de fans qui s’intéressent vraiment à la musique.

Qu'est-ce qu'une bonne réédition, selon toi ? Pour une bonne réédition, il doit y avoir un certain nombre de critères. Tout d’abord, je dirais la rareté du disque, le fait qu’il soit indisponible depuis un certain temps est important, ou alors disponible mais à un prix défiant toute concurrence, ce qui reviendrait à dire qu’il est quelque part indisponible. Ensuite, la pertinence du propos, que la réédition ait à priori un réel intérêt artistique, mais c’est souvent assez subjectif tout ça. Si le disque est impérissable, il doit retrouver une seconde vie, une seconde jeunesse et doit donc trouver tout son sens à être de nouveau disponible, soit grâce au label d’origine qui se veut culte, soit grâce à l’artiste ou au groupe qui n’a pas su trouver son public à l’époque, pour des raisons qui nous échappent parfois (avoir été en avance sur son temps, par exemple). En tant que disquaires, nous faisons des découvertes et des redécouvertes en permanence. La réédition doit permettre de faire cette sorte de focus sur un disque oublié ou totalement inconnu du public. Pour conclure, je dirais qu’il doit être un bel objet, celui que l’on aurait envie de conserver, mis en valeur par un habillage classieux si possible (impression de qualité, cartonnage un peu épais, sticker avec des informations, obis, etc.…). Certains labels font de la sérigraphie et s’occupent eux-mêmes des pochettes et de l’artwork. Il y a aussi aujourd’hui tout un tas de nouvelles options proposées aux labels : vinyles de couleurs, picture-discs, code MP3 pour avoir l’album aussi en numérique, etc. Il faut parfois faire attention à ne pas trop dépenser en option non plus. Il faut trouver le juste milieu…

La gestion des droits musicaux et la source sonore utilisée comme base de la réédition (qu'il y ait ou non remasterisation) sont les deux mamelles de la réédition. Y a-t il beaucoup de labels qui, selon toi, ne voient pas les choses de cette façon ? Effectivement, la gestion des droits musicaux et la source sonore utilisée sont bien les deux mamelles. En ce qui concerne la gestion des droits musicaux, ce sont presque exclusivement des contrats de licences, qui s’adaptent à chaque fois différemment selon les personnes (musiciens, producteurs…). Certains labels prennent le risque de ne pas chercher à savoir qui détient les droits, pour des tas de raisons (lorsque les musiciens sont morts, par exemple, et qu’il n’y a pas d’ayant droit, ce sont des sacs de nœuds invraisemblables). Cela s’appelle dans la majorité des cas du piratage, mais c’est parfois plus complexe qu’il n’y parait. La source sonore utilisée est parfois remasterisée (souvent si le disque en question a déjà fait l’objet d’une édition en CD), parfois elle ne l’est pas… Il arrive aussi que la source soit sous un format analogique et passer de l’analogique au numérique peut coûter cher, ce qui peut ne plus être rentable commercialement. Il faut parfois refaire un mastering en studio. Bref, il faut faire face à tout un tas de petits inconvénients qui vont déterminer la décision finale de faire ou de ne pas faire la réédition, lorsque le coût est trop élevé. Chacun se débrouille et s’arrange avec ses moyens financiers… Les labels font avec les moyens du bord et le résultat est plus ou moins réussi. Je crois qu’il est nécessaire, pour un label de réédition, d’avoir des avis et des conseils extérieurs de clients potentiels. Ils peuvent contribuer à déterminer nos choix, c’est évident.

Je suis assez surpris de voir que Superior Viaduct ressort les albums de Fontaine avec Areski et quelques enregistrements de Pinhas et Heldon. Steve Viaduct a t-il un réseau de malades ou se permet-il des choses que d'autres n'osent pas ? Après avoir bien ratissé dans tous les sens leur propre territoire, le potentiel des rééditons aux Etats-Unis s’est un peu essoufflé. Les américains et anglo-saxons ont réédité des catalogues entiers de groupes majeurs ou plus mineurs. Ils se rendent compte aujourd’hui du potentiel que peuvent fournir certains pays, notamment européens, le fait qu’il existe aussi des choses plus transgenres avec une autre culture derrière et qui peut trouver son public aux Etats-Unis. L’exotisme européen véhiculé par tout un pan de musiques obscures : la musique allemande des années 70 par exemple, ou des pays scandinaves, la Belgique, les Pays-Bas, etc., avec toutes sortes de groupes psyche, prog, folk, kraut, free-rock, jazz improvisé ou électro-acoustique barré… Ou encore, l’Italie, avec tous ses compositeurs de musiques de films et toutes sortes de music libraries, à cheval entre le psyche, l’expérimentation électro-acoustique, le jazz et la musique contemporaine, toutes ces merveilles, peu ou mal réédités ! Que les américains s’attaquent aujourd’hui à la réédition d’artistes français n’est donc pas très surprenant. De Fontaine avec Areski à Pinhas avec Heldon, il y a tout un champ de la musique française, on peut dire underground, à rééditer et Superior Viaduct ouvre la voix avec d’autres, Wah Wah, Finders Keepers en Europe. Certains le font déjà un peu ici en France, mais ce ne sont pas strictement des labels de rééditions : Heavenly Sweetness, Desire, Rotorelief, Born Bad… Superior Viaduct a non seulement un vrai réseau, mais ils osent aussi ce que d’autres ne tentent pas forcement sur leur propre territoire.

Quels sont, à tes yeux, les labels de rééditions les plus pertinents, et quelles récentes rééditions affectionnes-tu le plus ? Superior Viaduct bien sûr, mais aussi dans des styles très divers : Wah Wah, Finders Keepers, Honest Jon’s, Guerssen, Pharaway Sounds, Mississippi, Light in the Attic, Soul Jazz, Strut, Soundway, Sublime Frequencies, Trunk, Lion Productions, Bo’ Weavil, Cien Fuegos, Alga Marghen, Bureau B, Vinyl on Demand, Dark Entries, Medical, Recollection GRM (une antenne de Mego)… La plupart d’entre eux ne font que de la réédition. Ce serait réducteur de ne choisir que quelques titres parmi ces nombreux labels… mais nous avons nos préférences bien sûr !

Le Label Souffle Continu a sorti ses trois premières productions il y a quelques semaines. Pourquoi Richard Pinhas et pourquoi ces œuvres ? Chaque réédition est souvent accompagnée d'une petite histoire, y en a-t il une pour ce premier triptyque de 7 pouces ? Quels sont enfin les projets à suivre ? L’aventure du label de rééditions Souffle Continu Records a débuté par nécessité de survie et pour élargir le spectre de notre activité de disquaire, Bernard Ducayron et moi-même avons eu le désir de l’activer. C’est aussi une aventure plaisante et humaine, avec des gens que l’on apprécie et dont on estime le travail. Créer un label de rééditions pour un disquaire devient presque une évidence aujourd’hui par son mode de fonctionnement et il amène une certaine légitimité sur le marché de la musique. Il ya du sens à rééditer des disques qui nous tiennent à cœur et que nous aimerions, en tant que clients, trouver dans les bacs. Pour l’aspect plutôt commercial, le fait que l’on soit disquaire nous permet également de développer un système d’échanges en direct avec des labels et des distributeurs, ce qui change le rapport de la marge commerciale. Le vinyle est peut-être de retour, mais les volumes de vente sur le marché mondial restent toujours assez bas, même s’ils sont en légère augmentation, il ne faut pas rêver. C’est avant tout la passion qui nous habite… Nous entretenons de bons rapports avec Richard Pinhas et cela depuis quelques années, puisque Bernard le côtoyait auparavant. Il se trouve que lorsque nous avons ouvert notre boutique, il y a bientôt six ans, Richard est venu le jour de notre crémaillère témoigner sa sympathie et son soutien pour notre activité. Nous y avons été sensibles ! Plus tard, Richard est venu jouer à la boutique pour la sortie du disque Vents Solaires sur le label Versatile, en duo avec Etienne Jaumet. Nous avons alors évoqués ensemble l’idée que nous pouvions inaugurer le label avec la réédition de ces trois pépites quasi indisponibles aujourd’hui et qui ont marqué toute une époque, tant musicale que politique. Nous l’avons donc fait, en série limité à 700 exemplaires chacun et sous une couleur différente pour chaque. Nous aurions aimé approfondir encore davantage la discographie de Richard, mais les labels Wah Wah et Superior Viaduct ont déjà bien commencé le travail en rééditant les albums studios de Heldon. Mais nous allons sans doute poursuivre quand même l’aventure avec lui avec l’édition d’un live parisien de 1975-76, jamais édité en vinyle. Pour la suite des projets, nous avons signé un contrat de licence avec Gérard Terronès pour rééditer une dizaine de références de son mythique label Futura. Les titres sont Sarcelles-Lochères de Red NoiseWith (Junk-Saucepan) when (Spoon-Trigger) de Mahogany Brain, On n’a pas fini d’avoir tout vu de Triode, Se taire pour une femme trop belle de Fille qui mousse, Voici la nuit tombée de Travelling, Essais de Semool, Gestation sonore de Horde catalytique pour la fin, Tacet de Jean Guérin, La Guêpe de Bernard Vitet, Musiq Musik de Jac Berrocal… D’autres titres du label suivront sans doute… Nous avons également lancé plusieurs pistes de travail avec d’autres labels et musiciens mais c’est assez lent, on réactive parfois malgré nous de veilles histoires pas toujours évidentes à gérer, des problèmes d’égaux aussi parfois… Il faut dire que les contrats de l’époque ont été souvent rédigés de façon aléatoire, lorsqu’il y en avait.

Le Souffle Continu sera-il exclusivement un label de rééditions ? Le fait de rééditer des œuvres d'un artiste quasi-culte comme Richard Pinhas donne une visibilité immédiate au label. J'imagine qu'il est bien plus facile de vendre ces premières productions plutôt que si vous aviez sorti le premier album d'un artiste peu connu ; pour autant, sortir du vinyle en 2014 et le distribuer correctement n'est peut-être pas si évident. Comment as-tu vécu le début de cette aventure ? Souffle Continu Records sera exclusivement un label de rééditions. La production ne demande pas du tout le même travail, investissement, ni suivi sur le terrain avec la promotion, les concerts, etc. Nous n’avons pas le temps, ni l’énergie de nous lancer là-dedans. Mais, par le biais de la boutique, nous soutenons tous les labels qui continuent de produire aujourd’hui, c’est bien évidement vital qu’il y ait de nouvelles propositions, de nouveaux groupes, de nouvelles choses à écouter. C’est presque plus important que la réédition, qui n’est en réalité qu’un travail d’archivistes, même si cela nous permet de réhabiliter certaines vieilleries qui nous tiennent à cœur… Nous ne sommes ni nostalgiques, ni passéistes, donc vive la nouveauté ! Pour un label de rééditions, la visibilité immédiate est presque obligatoire, sinon ça devient compliqué ensuite d’affirmer une collection de plusieurs titres et d’affirmer un esprit musical. Il faut donc commencer par des artistes un peu porteurs et une réalisation attractive graphiquement. L’idée du 45 tours fonctionne bien, car c’est un joli format, pas imposant et qui sous-entend une suite (on réédite rarement juste trois 45 tours et on s’arrête ensuite). Notons aussi que nous avons la chance d’avoir un excellent graphiste avec nous depuis l’ouverture de la boutique et qu’il nous pose les bonnes problématiques afin d’être vraiment précis sur les éventuelles retouches à réaliser sur l’artwork original, pour un rendu efficace. Nous vivons donc ce tout petit début d’aventure formidablement bien, malgré cette lenteur inéluctable…

Théo Jarrier, propos recueillis en septembre 2014.
Christophe Taupin @ Tohu Bohu 303 / Le son du grisli

50Toute la journée de ce samedi 27 décembre, tchattez en direct avec les gars du Souffle Continu. Pour ce faire, un seul numéro de téléphone : 01 40 24 17 21.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Red Noise : Sarcelle-Lochères (Souffle Continu, 2014)

red noise sarcelles-lochères souffle continu futura

Sous l’égide de Platon (« Jamais en effet on ne porte atteinte aux formes de la musique sans ébranler les plus grandes lois des cités ») et d’Artaud, Red NoisePatrick Vian, Jean-Claude Cenci, Daniel Geoffroy et Philip Barry – enregistrait en 1970 son unique album. Référence Futura rééditée aujourd’hui par Souffle Continu.

En « fils de » partiellement remonté, Vian a de quoi faire : un jeu de guitare (classique, électrique aussi) éprouvé et une envie d’en découvre avec les grands (musiciens comme immeubles). Fleur de pavés, Red Noise joue de tous les codes : bourgeois et canailles, zazous et existentialistes, libertaires et libérés de force. En conséquence, son Sarcelles-Lochères est fait des sons de « l’homme de l’an 2000, mi-Cro-Magnon, mi-cosmonaute » qu’appelait de ses vœux, au début des années 1960, l’éditeur – notamment du Sarcellopolis de Marc Bernard – Jean Duché.

Alors, les deux faces de Sarcelles-Lochères s’opposent. La première est faite de chansons molles comme des montres, de variations de simples gimmicks, de ritournelles potaches aux dérapages bruitistes (Cenci alors au saxophone), de pop en anglais ou de twists instrumentaux, de quarts de minutes de jazz ou de rock psychédélique rendant raison devant un cha-cha amusé ou l’apparition d’un bon mot. Les miniatures, toutes hors-catégories, se disputent impasses créatives et sursauts poétiques, et vice-versa – sous la légèreté, trouver en effet doutes et désillusions.

Théâtrale, et amusée encore, la seconde face ouvre au son de l’appel de mangeurs de flics, de militaires, de juges, de curés et de capitalistes (Petit précis d’instruction civique). Après quoi, c’est vingt minutes d’un rock progressif à la française auquel participent John Livengood à l’orgue et Austin Blue aux percussions. Pris de la tremblote du bourgeois, Red Noise se fait moins original et à propos de sa musique une question se pose : « où nous conduit-elle ? » A propos de Sarcelles, Marc Bernard répondait : « Nul n’en sait rien. (…) Elle est née d’une nécessité et il était impossible qu’elle ne fût pas ; c’est là sa justification. » La sentence vaut pour Red Noise, et justifie même la présente réédition.

Red Noise : Sarcelles-Lochères (Souffle Continu)
Enregistrement : 28 novembre 1970. Réédition : 2014.
LP : A1/ Cosmic, Toilet Ditty A2/ Caka Slow / Vertebrate Twist A3/ Obsession Sexuelle N°1 A4/ Galactic Sewer-Song A5/ Obsession Sexuelle N°2 A6/ Red Noise Live au Café des Sports A7/ Existential-Import of the Screw-Driver Eternity Twist A8/ 20 Mirrors Mozarts Composing On Tea Bag And ½ Cup Bra A9/ Red Noise en direct du Café de la Gare A10/ A la mémoire du rockeur inconnu – B1/ Petit précis d’instruction civique B2/ Sarcelles c’est l’avenir
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Max Johnson : The Prisoner (NoBusiness, 2014)

max johnson the prisoner

Faisant référence à The Prisoner de (et avec) Patrick Mc Goohan, on ne sera pas étonné de retrouver ici quelques ambiances anxiogènes ou paranoïaques, le contrebassiste et compositeur Max Johnson ayant choisi d’illustrer quelques-uns des moments clés (et épisodes) de la série britannique.

On naviguera donc en unisson pesant avant qu’une Orange Alert ne donne le ton des chaos à venir. On ne sera pas étonné des équilibres instables et des dérèglements harmoniques à la charge d’une Ingrid Laubrock et d’un Mat Maneri, tous deux racles-méninges de mélodies pétrifiées. On devinera leurs enlacements toxiques et on ne s’étonnera pas de ces romances faussement bienveillantes. La batterie à la charge de Tomas Fujiwara sera foisonnante (trop ?) et prendra plaisir à affaiblir l’espoir. La partition de Johnson était-elle trop cadenassée pour interdire l’échappée ?  On le sait, la rébellion ne rendit pas la liberté à notre cher prisonnier mais lui, au moins, avait essayé.  



Max Johnson : The Prisoner (NoBusiness)
Enregistrement : 20 décembre 2012. Edition : 2014.
CD : 01/ N°6 Arrivalk – N° 58 Orange Alert 02/ X04 03/ N°12 Schizoid Man (Gemini) 04/ N°24 Hammer into Anvil 05/ N°48 Living in Harmony 06/ The New Number 2 07/ N°2 Once Upon a Time – N°1 Fallout
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Une liste 2014 (des disques chroniqués au son du grisli)

2014 une liste le son du grisli

le son du grisli

a3005224508_10  II    YGeBnTH

a2638462567_10   CS517579-01A-BIG   Wellenfeld2014-768x691

39   a2197173496_10   a2886496785_10

95539297   dave phillips   jake

lpe_wd_shadow_of_the_monolith_holo2jpg   sergiomerce_microtonalsaxophone_je   two_sunrise

DERNIERS EXEMPLAIRES

time

Commentaires [0] - Permalien [#]

Aki Takase, Alexander von Schlippenbach : So Long, Eric! (Intakt, 2014)

aki takase alexander von schlippenbach so long eric

L’heure (décembre avancé) est encore à l’hommage, obligé presque par un anniversaire – il y  a cinquante ans, disparut Eric Dolphy. Celui adressé par le couple de pianistes (et arrangeurs pour l’occasion) Aki Takase / Alexander von Schlippenbach a été enregistré plus tôt (19 et 20 juin 2014), en public, à Berlin – où disparut Dolphy.

Les comparses sont plus ou moins anciens – Han Bennink et Karl Berger, jadis recrues du Globe Unity, le saxophoniste alto Henrik Walsdorff ou encore Axel Dörner et Rudi Mahall, moitié de Die Enttäuschung avec laquelle Schlippenbach interprétait encore récemment l’entier répertoire de Thelonious Monk (Monk’s Casino) – qui interviennent sur des relectures que l’audace de Dolphy aurait peut-être pu inspirer davantage.

Ainsi, si de courts solos déstabilisent encore Les, si les dissonances courent d’un bout à l’autre du disque (pianos en désaccord d’Hat and Beard ou embrouillés en introduction d’Out There) et si l’on assomme le motif mélodique à force de décalages rythmiques (Hat and Beard) ou de langueur distante (The Prophet), les forces en présence font avec un manque d’allant jamais contrarié et se satisfont souvent d’évocations entendues. Après être revenu à Dolphy par l’hommage, l’heure (décembre avancé toujours) est désormais à l’envie d'aller l'entendre, lui.

écoute le son du grisliAki Takase, Alexander von Schlippenbach
So Long, Eric! (extraits)

Aki Takase, Alexander von Schlippenbach : So Long, Eric! Homage to Eric Dolphy (Intakt / Orkhêstra International)
Enregistrement : 19 et 20 juin 2014. Edition : 2014.  
CD : 01/ Les 02/ Hat and Beard 03/ The Prophet 04/ 17 West 05/ Serene 06/ Miss Ann 07/ Something Sweet, Something Tender 08/ Out There 09/ Out to Lunch
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Subtle Lip Can : Reflective Drime (Drip Audio, 2014)

subtle lip can reflective drime

C’est presque un disque de noël que nous offre Subtle Lip Can (le violoniste Joshua Zubot, le guitariste Bernard Falaise et le percussionniste Isaiah Ceccarelli), que l’on avait découvert en 2010 sur… Subtle Lip Can.

En effet, les trois musiciens nous ont l’air d’automates grippés, à peine remis d’une année passée dans les cartons. Pour conjurer le sort ils s’acharnent sur leurs instruments (à commencer par une mandoline pour Zubot) et là, surprise, aucun grincement ! Non, plutôt une belle guirlande de pièces ambiantiques où s’entrechoquent tous les bruits de leurs techniques instrumentales étendues.

Mais, disais-je, Reflective Drime est « presque » un disque de noël. Parce qu’il y a, à un endroit du CD dont je tairais la position précise, ce vacarme battu par les tambours et où du fond du garage la guitare solote. De quoi faire tomber le sapin, ce qui n’empêchera pas notre trio de le parer d’autres guirlandes…  

Subtle Lip Can : Reflective Drime (Drip Audio)
Edition : 2014.
CD : 01/ Siffer Shump 02/ Gull Plump Fiver 03/ Salk Hovered 04/ Shuffle Stomp 05/ Fliver Shame 06/ Rommer Chanks 07/ Toss Filler Here 08/ Slam Hum 09/ Chackle Clast 10/ Too Pins Over
Pierre Cécile © Le son du grisli

DERNIERS EXEMPLAIRES

Commentaires [0] - Permalien [#]

>