Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


ChroniquesArchivesHors-sérieDisquesLivresFilmsle son du grisliNewsletterContact

Lire : Manifeste des Musiciens futuristesAu grisli clandestinRasmussen / Genta / Edwards / Corsano au festival Météo
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Earl Cross, Muhammad Ali, Rashied Al Akbar, Idris Ackamoor : Ascent Of The Nether Creatures (NoBusiness, 2014)

idris ackamoor earl cross rashied al akbar muhammad ali ascent of the nether creatures

Enregistré en concert aux Pays-Bas en 1980, le quartette que composèrent un jour Idris Ackamoor (saxophones alto et ténor), Earl Cross (trompette passée par les formations de Charles Tyler), Rashied Al Akbar (contrebasse entendue auprès de Louis Armfield) et Muhammad Ali (batterie), prouve qu’il était possible de prôner un autre revival que celui imposé par le code de commerce de l’époque.

En refusant de briller par le son – celui de l’enregistrement en question évoquant davantage Bird & Diz, sur Verve quand même, que les pompiers travaux de tous les Marsalis possibles – comme d’épater par le geste, pour en appeler aux permissions du premier free jazz (sans la frappe motivante d’Ali, le quartette aurait-il été le même ?) et à l’impétuosité du bop.

Sur une mélodie affable (Earl’s Tune, de Cross) ou une plage d’invention atmosphérique (Ascent of the Nether Creatures, d’Ackamoor, qui renverra l’auditeur à ses travaux hétéroclites, à la tête de The Pyramids ou compilés par EM Records), le quartette invente donc un revival inédit pour être fantasque, exubérant, au final : expressif.

écoute le son du grisliEarl Cross, Muhammad Ali, Rashied Al Akbar, Idris Ackamoor
Ascent Of The Nether Creatures

Earl Cross, Muhammad Ali, Rashied Al Akbar, Idris Ackamoor : Ascent Of The Nether Creatures (NoBusiness)
Enregistrement : 12 juillet 1980. Edition : 2014.
LP : A1/ Earl’s Tune A2/ Ascent of the Nether Creatures – B1/ Ascent of the Nether Creatures (Continues) B2/ Evenings B3/ 4 for 1
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

pratella


Louis-Michel Marion : 5 strophes (Kadima, 2014)

louis-michel marion 5 strophes

Louis-Michel Marion a pris des leçons de contrebasse auprès de Jean-François Jenny-Clark avant d’en apprendre encore en compagnie de Vinko Globokar, Joe McPhee, Paul Rogers, Keith Rowe… Seul, c’est en poète forcené qu’il compose 5 strophes.

Sous l’influence revendiquée de Léandre, Phillips et Goldstein (pour ce qui est des archets), mais avec caractère. Ainsi, canalise-t-il aux doigts une imagination débordante (Deserts of Vast Eternity) quand il n’élève pas à l’archet harmoniques et autres chants parallèles pour parer ou étendre les motifs sur lesquels il insiste avec endurance. Si les strophes sont au nombre de cinq, combien y trouvent-on de nobles variations ?  



Louis-Michel Marion : 5 Strophes (Kadima / Souffle Continu)
CD : 01/ Askings 02/ First Steps 03/ Who Talks 04/ The Deep Motion 05/ Deserts of Vast Eternity
Rec : octobre 2012. Edition : 2014.
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Ramuntcho Matta : Météorismes (SometimeStudio, 2014)

ramuntcho matta météorismes

Pas celle de n’importe quel Ramuntcho, la carrière de Ramuntcho Matta. Collaborer avec John Cage, Don Cherry, Rhys Chatham… ne l’empêchant nullement de tutoyer Elli Medeiros.

On retrouve d’ailleurs ce je-ne-sais-quoi de Medeiros / Mikado dans les chansons enregistrées au dictaphone de Météorismes. Oui mais pas seulement. Ce vinyle est un fourre-tout baroque et stimulant : une ballade à la Barouh, des collages à la Tazartès, des intonations Areski / Higelin, de la variété italienne à grosse basse, de la musique d’ascenseur en panne… Météorismes, c’est en somme une pop déglinguée qui distribue de grands moments de poésie. Comme les nombreux artistes qui l’inspirent, Matta est « tordu sur les bords, avec beaucoup de bords ».



Ramuntcho Matta : Météorismes (SometimeStudio / Souffle Continu)
Edition : 2014.
LP : A1/ 1+1=3 A2/ Tu es A3/ Elle et lui A4/ La flamme A5/ Inside My A6/ Elastique – B1/ Antonio B2/ Marabout B3/ Eleonore B4/ Sur les bords B5/ Somebody Special
Pierre Cécile © Le son du grisli

Bill Nace, Steve Baczkowski : I Can Repay You (Open Mouth, 2014)

bill nace steve baczkowski i can repay you

En maîtrisant un feedback, Bill Nace entamait ce 11 juin 2014 un nouvel échange avec Steve Baczkowski : I Can Repay You, soit cinquante exemplaires d’un vinyle vendu exclusivement les soirs de concerts.

De la ligne longue du feedback en question, le duo fait un fil rouge : l’épaississant, Baczkowski facilite l’équilibre de Nace, avant de l’agiter ; frappant sur les micros de son instrument, le guitariste provoque alors une bruyante opposition que l’ampli finira quand même par avaler. En seconde face, les bruits sont plus terribles encore, élevés sur une boucle aux grands airs de sirène : renversé (comme la pochette du disque expose à l’envers aussi bien qu’à l’endroit le beau cliché de Peter Ganushkin), l’ampli crache maintenant quand le saxophone exulte : l’exposé de tremblante est brillant, son harmonie stupéfiante.

Bill Nace, Steve Baczkowski : I Can Repay You (Open Mouth)
Enregistrement : 11 juin 2014. Edition : 2014.
LP : A-B/ I Can Repay You
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Noël Akchoté : Gesualdo. Madrigals for Five Guitars (Blue Chopsticks, 2014)

noël akchoté gesualdo

Noël Akchoté est toujours là où on ne l’attend pas (ou plus). Hier il croisait sa guitare avec celles de Derek Bailey, Fred Frith, Eugene Chadbourne, Marc Ribot, ou la confrontait à l’inspiration de Luc Ferrari, Günter Müller, etc. Aujourd’hui, il la met au service des motets de Guillaume de Machaut ou des madrigaux de Monteverdi. Parce que, une chose : l’univers d’Akchoté est baroque, presque autant que la musique qu’il interprète sur Gesualdo.

Donc fini Sonny Sharrock, c’est le répertoire de Carlo Gesualdo da Venosa (1566-1613) qu’il reprend maintenant à la six cordes, plus précisément son Quinto libro dei madrigali a cinque voci. Par le passé, les voix de l’Hilliard Ensemble s'y sont collées pour ECM ; ici, ce seront cinq guitares, tenues par Akchoté, Adam Levy, Doug Wamble, David Grubbs (seigneur et maître de Blue Chopsticks) & Julien Desprez.

Donc aussi exit les paroles, alors concentrons-nous sur ces pièces « ligne claire » pour sopranos, alto, ténor et basse. Leur douce mélancolie, courtoise et disons même presqu’urbaine, est d’une efficacité inaltérable – c’est aussi pourquoi je prescrirais leur absorption par micropilules (après tout, les téléchargements à l’unité, Akchoté s’en est fait le champion !). Si l'on respecte la posologie, les premiers effets se feront rapidement sentir.

Noël Akchoté : Gesualdo. Madrigals for Five Guitars (Blue Chopsticks)
Edition : 2014.
CD / DL : Gesualdo. Madrigals for Five Guitars
Pierre Cécile © Le son du grisli

pratella



Fin »