Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


ChroniquesArchivesHors-sérieDisquesLivresFilmsle son du grisliNewsletterContact

A la question : John EckhardtLe son du grisli sur TwitterLire : Manifeste des Musiciens futuristes
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Jason Lescalleet : Much To My Demise (Kye, 2014)

jason lescalleet much to my demise

J’ai passé quelques (en fait de nombreuses) minutes à materscruterdétailler cette pochette de LP, à me demander ce qu’il y avait dessus (voire derrière !, je le con-fesse). Pendant ce temps le disque tournait et peu à peu mon regard s’est perdu dans le blanc de ses sillons et mon oreille a pris le dessus.

C’est elle qui cherchait maintenant quels instruments avait bien pu utiliser Jason Lescalleet sur ces trois pièces d’un « calme » hypnotisant. Un piano (déjà) dont jouerait un élève avec l’endurance de l’apprenti. Mais après ? Il y a bien une mélodie, mais l’instrument, quoi ? Un orgue, des voix ralenties, un peu de vent ? Impossible à dire car il y dans le Lescalleet de Much to My Demise quelque chose du Moondog du coin de la rue et du Mandrake bruiteur. Epierscruterreconnaître ne sert à rien. Il faut se laisser faire avec ces trois merveilleux morceaux cachés derrière un rideau occultant – une guitare, sans doute, en feedback pour la troisième pièce ? L’occulte est le charme de ce Lescalleet pacificateur.

Jason Lescalleet : Much To My Demise (Kye)
Edition : 2014.
LP : A1/ A Misinterpretation of A Mispronunciation A2/ The Tragedy of Man – B/ My Dreams Are Dogs That Bite Me
Pierre Cécile © Le son du grisli


Konkete Anti Wulst : Unsichtbare Zwillinge (Attenuation Circuit)

konkete anti wulst unsichtbare zwillinge

S’il n’existe qu’une vingtaine de copies de ce CD-R, il y a certainement une raison. Et voilà mon hypothèse : la musique qu’il contient a été composée à destination de parcs d’attraction d’un genre particulier, en d’autres mots d’un genre qui fait peur : le Luna Park fantôme ou le terrain vague d’ancienne expo universelle.  

Car les collages surréalistes du Konkete Anti Wulst de Glenn Hollstein et Holger Bischoff sont effrayants, grinçants, extasiques… Leurs concrete tapes & leurs noise bandes font batailler des orgues (presque d’église) et des voix inidentifiables dont les fréquences désincarnées se reflètent dans des palais de glace abandonnés. La musique concrète et le cinéma pour l’oreille auraient donc encore de beaux jours devant eux, dans une veine bruyante qui remue bien des fantasmes.  

écoute le son du grisliKonkete Anti Wulst
Unsichtbare Zwillinge

Konkete Anti Wulst : Unsichtbare Zwillinge (Attenuation Circuit)
Edition : 2014.
CD-R / Téléchargement : 01/ Unsichtbare Zwillinge
Pierre Cécile © Le son du grisli

Frank Gratkowski, Achim Kaufmann, Wilbert de Joode, Okkyung Lee, Richard Barrett, Tony Buck : Skein (Leo, 2014)

frank gratkowski achim kaufmann wilbert de joode okkyung lee richard barrett tony buck skein

Le 5 mai 2013, Okkyung Lee, Richard Barrett et Tony Buck, permirent au trio que forment Frank Gratkowski, Achim Kaufmann et Wilbert de Joode – dont le plus bel ouvrage est sans doute Palaë – de devenir sextette.

Si le nombre de musiciens est pair désormais, il n’assure pas pour autant l’équilibre nécessaire à l’improvisation. D’autant que les intentions divergent : les belles sonorités mises au jour par Lee ou Buck pâtissant ici d’une intervention de Barrett (dont on regrette souvent la désuète esthétique), là du romantisme débridé de Kaufmann. Et puis, les six pièces improvisées suivent les envies aussitôt faites nécessités de Gratkowski : noires et contemplatives (quand le souffleur prend plaisir à ramper) ou hâtivement constructivistes (quand il sacrifie toute subtilité à la verticalité). Si l’effectif du groupe a doublé, ce n’était donc que pour produire un enregistrement en demi-teinte. 

écoute le son du grisliGratkowski / Kaufmann / Joode, Okkyung Lee, Richard Barrett, Tony Buck
Skein (extrait)

Frank Gratkowski, Achim Kaufmann, Wilbert de Joode, Okkyung Lee, Richard Barrett, Tony Buck : Skein (Leo Records / Orkhêstra International)
Enregistrement : 5 mai 2013. Edition : 2014.
CD : 01/ Tycho 02/ Axoneme 03/ Schacht 04/ Adze 05/ Limation 06/ Thrum
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Thurston Moore : The Best Day (Matador, 2014)

thurston moore the best day

Thurston Moore, c’est un peu le copain de longue date (envers qui on est redevable) auquel on continue à faire confiance même si, comme lui, on n’a jamais cru aux miracles. Donc on y retourne… Assez décevant avec Chelsea Light Moving (sur scène, en tout cas), le voici de retour à la tête d’un groupe dont sont Steve Shelley et Deb MBV Googe.

Moi qui crois à la femme providentielle, là c’est raté, la bassiste ne peut rien faire pour les huit chansons (ou plutôt huit idées de mélodie) de The Best Day. Comme une démo enregistrée à la va-vite, le CD nous abreuve d’une pop moorienne dont les ingrédients ne changent pas : 3 / 4 accords, arpèges au médiator, unissons voix / guitare, ascensions demi-ton par demi-ton du Mont Intensité (malheureusement jamais atteint), vagues récréations sur ampli… On regrette alors que Thurston Moore ne vieillisse pas, et surtout que sa pop adolescente ne grandisse pas avec nous…



Thurston Moore : The Best Day (Matador)
Edition : 2014.
CD / 2 LP : 01 Speak to the Wild 02/ Forevermore 03/ Tape 04/ The Best Day 05/ Detonation 06/ Vocabularies 07/ Grace Lake 08/ Germs Burn
Pierre Cécile © Le son du grisli

sonic_youth_souvenir_de_kurt_cobain_de_pierre_cécile

Great Waitress : Flock (Creative Sources, 2013)

great waitress flock

Deux ans après avoir enregistré Lucid, Great Waitress (trio Magda Mayas / Monika Brooks / Laura Altman) profitait de concerts donnés en deux endroits de Sydney pour envisager Flock.

Là, deux pistes et quelques façons de composer, toujours, à force d’hésitations inspirantes. L’accordéon fragile mais tenace, le piano caressé ou pincé de l’intérieur, la clarinette comme suspendue aux lèvres, tissent une toile et la remplissent : de notes rapprochées sur l’instant mais bien vite séparées ; de reliefs qui n’entament en rien l’horizontalité du propos ni sa cohérence. Le deuxième essai de Great Waitress ne déçoit donc pas, et même confirme.  



Great Waitress : Flock (Creative Sources / Metamkine)
Enregistrement : janvier et février 2013. Edition : 2013.
CD : 01/ Rite 02/ Sownder
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



densités 75Ce dimanche 26 octobre, Great Waitress est attendu au Pôle culturel de Fresnes-en-Woëvre sur l’invitation du festival Densités.



Fin »