Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


ChroniquesArchivesHors-sérieDisquesLivresFilmsle son du grisliNewsletterContact

Le son du grisli sur TwitterItem & Time sous le sapinLes derniers jours d'Au grisli clandestin
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Joe Morris Quartet : Balance (Clean Feed, 2014)

joe morris balance

Les cordes s’éveillent, tâtonnent, s’effondrent (Thought). Les tempos sont mouvants, la caisse claire est lourde d’une solitude lointaine, les cordes fredonnent une élasticité brumeuse. Violon et guitares tondent le contrechant. La contrebasse bourdonne. Le matériau est flasque, amolli (Effort).

La microtonalité perdue se retrouve. La ballade ricane de son peu de tendresse. Le royaume est étendu, relâché, flottant (Trust). La contrebasse retrouve marques et racines. Tous croisent le véloce. Ça tangue, ça fourmille. Le violon strie on ne sait quel horizon (Purpose). Bienveillants, les musiciens donnent une dernière chance à la ballade. L’apesanteur aura raison d’elle (Substance). Et l’on bavarde, on soliloque, on s’ouvre à l’autre. La batterie explose (Meaning).

Ainsi s’invitèrent Joe Morris, Mat Maneri, Chris Lightcap et Gerald Cleaver en un studio new-yorkais, le 13 décembre 2013. Ce n’était pas la première fois, ce ne sera pas la dernière.

Joe Morris Quartet : Balance (Clean Feed / Orkhêstra International)
Energistrement : 2013. Edition : 2014.
CD : 01/ Thought 02/ Effort 03/ Trust 04/ Purpose 05/ Substance 06/ Meaning
Luc Bouquet © Le son du grisli


Wolf Eyes : No Answer-Lower Floors (De Stijl, 2013)

wolf eyes no answer lower floors

En cette période de best-of-hits-matemoiçadanslerétro, je sacrifie au rite : voici assurément un des top-albums de l’année ! 2013, d’accord. Mais c’est déjà ça, non ?

On ne peut pas ne pas penser à l’influence Throbbing Gristle lorsque l’on écoute les premières minutes de No Answer-Lower Floors de Wolf Eyes. On se demandera en passant pourquoi l’oreille (non, ce n’est pas le cerveau mais bien l’oreille qui...) cherche à toujours mettre d’autres noms que celui du groupe qui l’a enregistré sur tout nouveau disque qu'elle écoute (me suivez-moi, vous ?).

Dans son énorme discographie, Wolf Eyes s’est montré plus farfelu, et c’est peut-être, sous ses faux airs d’indus « proprette », pourquoi No Answer-Lower Floors aura fait l’unanimité critique. Un retour aux fondamentaux, en quelque sorte, des rengaines dérangeantes d’un répétitif-tribal & d’un crapuleux-grinçant & d’un malsain-poétique & même, même, de bon augure… Qui sait si No Answer-Lower Floors ne fera d’ailleurs pas date dans la carrière de Wolf Eyes ? Un avant et un après ce retour aux fondamentaux ? Je vous dirai ça l'année prochaine, quand viendra pour moi le temps de chroniquer les Wolf Eyes sortis il y a quelques semaines…

Wolf Eyes : No Answer-Lower Floors (De Stijl)
Edition : 2013.
CD / LP : 01/ Choking Files 02/ Born Liar 03/ No Answer 04/ Chattering Lead 05/ Confession of the Informer 06/ Warning Sign
Pierre Cécile © Le son du grisli

Ray Brassier, Mattin : Unfree Improvisation/Compulsive Freedom (Confront, 2014)

ray brassier mattin unfree improvisation compulsive freedom

C’est une idée et une pièce « écrite » de Ray Brassier qui met le philosophe en scène avec l’un de ses partenaires d’Idioms and Idiots, Mattin. Devant public (aveuglé, et qui patiente, commente, tousse beaucoup), le 21 avril 2013 à Glasgow.

Inspiré par le thème (Freedom is a Constant Struggle) de l’Arika Festival, Brassier coucha sur le papier ce qu’il entend par « liberté » et ce qu’il entend par « improvisation ». Tout expliquer, la métaphysique même (What Is Not Music ?), l’origine ou l'intention du geste improvisé, occupe encore beaucoup d’improvisateurs valables, et en distrait peut-être davantage, mais trêve… des pas sonnent le début de la performance.

Entre les longs silences qui évoqueront les danses arrêtées de Diego Chamy, des sons préenregistrés ou des effets joués sur l’instant (soufflerie, sirènes, rumeurs animales, voix transformée qui entame un discours…) se figent, marquant les stations d’une improvisation en suspens qui, au final, brille par ses doutes et ses « absences ».

Ainsi, pour peu que l’auditeur garde la conscience tranquille après avoir relativisé l’importance (plus encore que la nouveauté) du texte de Brassier, Unfree Improvisation/Compulsive Freedom, qui offrait déjà davantage à entendre qu’à voir, pourrait ravir jusqu’à l’amateur rassasié de concepts. Tout en ne changeant rien à ses principes : n’est-ce pas lui qui toujours décidera des degrés de liberté et de vérité de la musique qui le soumet ?

Ray Brassier, Mattin : Unfree Improvisation/Compulsive Freedom (Confront / Metamkine)
Enregistrement : 21 avril 2013. Edition : 2014.
CD : 01/ Unfree Improvisation/Compulsive Freedom
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Rudolf Eb.er : Brainnectar (Schimpfluch Associates, 2014)

rudolf eb

Voilà, comment le dire autrement ? Rudolf Eb.er nous fait le coup du jus de cerveau. Du nectar, pour être exact, c’est en tant que tel en tout cas que les 42 saynètes psychoactives prêtes à secouer notre organisme (et qu’il conseille d’écouter fort, et au casque encore !) sont présentées.

Alors quid du jus en question ? Eh bien, comme attendu (Rudolf Eb.er a déjà fait grand étalage de sa force, en solo ou avec Joke Lanze, Dave Phillips ou encore Masonna sous l’alias de Runzelstirn & Gurgelstøck), il a du retour. Pressé jusqu’à la moelle, le cervos de Rudolf rejette (pisse ?) des loops, des field recordings (dans le domaine animal, abeilles, serpents, oiseaux et mouches décorent ses délires monomaniaques), des captations rythmiques, de l’électronique euphorisante…

Onaniste mais parfois sharant l’orgasme (avec la terrible Junko aux cris d’orfraie), Eb.er nous impose ses névroses sonores en jouant sur notre curiosité et notre frustration facile. Le casque sur les oreilles, on acceptera donc tout : le paysagisme abstrait, le noise briseur d’échine, les sonnailles de cauchemar, l’abstraction à la hache, la poésie scabreuse, le chant délivré par le feu, le mariage du curé et du porc…

Mais alors quid de l’effet de ces « psychoactive acoustics » sur le cobaye consentant ? Eh bien, comme attendu, ce que promettaient des mots-clefs que l’on trouve dans les titres des 42 plages : piercing, cutting, contraction, decomposition, burning, levitating… et cette impression qui résume tout : bees suckle at my brain. Pas banal !



Rudolf Eb.er : Brainnectar (Schimpfluch Associates)
Edition : 2014.
2 CD : Brainnectar
Pierre Cécile © Le son du grisli

Helmut Lachenmann, The JACK Quartet : Complete String Quartets (Mode, 2014)

helmut lachenmann complete string quartets

Trois compositions pour quatuor à cordes. Et c’est déjà l’intégrale de l’œuvre pour quatuor à cordes d’Helmut Lachenmann. La distance qui sépare ces trois pièces peut étonner : 1972, 1989, 2000-2001. Le quatuor à cordes ne hante pas les nuits de Lachenmann. Mais ses compositions pourraient pourtant hanter les nôtres.

D’autant qu’au beau milieu de la nuit, Lachenmann pourrait nous réveiller pour nous confier que le silence n’a pas tout envahi, pas plus la musique que le monde. Pour appuyer ses dires, il lancerait Gran Torso, une « musique concrète instrumentale » où des sons que l’on n’a pas l’habitude d’entendre dans la musique classique perturbent le silence. Les manches des violons de Christopher Otto, Ari Streisfeld et John Pickford Richards s’embrasent pour l’amadouer alors que le violoncelle de Kevin McFarland le rejoint… A son chevet, toutes les cordes le provoquent, chacune avec des sons « nouveaux » (résultant de ce que Lachenmann appelle des « moyens extraterritoriaux de jouer de l’instrument »).

Comme le temps passe, il en ira différemment avec Reigen Seliger Geister. La pratique instrumentale de The JACK Quartet est plus conventionnelle. Les archets dessinent dans le ciel des formes furtives, les instruments sont maltraités s’il le faut. Le silence est encore en question mais on en fait moins cas. Avec Grido, le compositeur retourne à plus de fragilité. Les cordes chuchotent dans les aigus et l’on trouve derrière leurs conciliations des angles sonores qu’on n’imaginait pas possible. Quand Lachenmann dit « ce que je veux, c’est toujours la même chose », on ne peut lui donner tort. On précisera seulement qu’il veut toujours la même chose (disons-le à sa place : un classique unclassable) mais avec des moyens différents : avant-hier les sons non conventionnels, hier les gestes extraordinaires.  



Helmut Lachenmann, The JACK Quartet : Complete String Quartets (Mode)
Edition : 2014.
CD : 01/ Gran Torso (1972) 02/ Reigen Seliger Geister 03/ Grido
Héctor Cabrero © Le son du grisli



Fin »