Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Giovanni Di Domenico, Peter Jacquemyn, Chris Corsano : A Little Off the Top (NoBusiness, 2015)

giovanni di domenico peter jacquemyn chris corsano a little off the top

C’est à domicile que le pianiste Giovanni Di Domenico a enregistré ce trio avec Peter Jacquemyn (contrebassiste entendu notamment auprès de Fred Van Hove, Kris Wanders ou Lê Quan Ninh) et Chris Corsano. Une façon comme une autre de faire état de sa pratique instrumentale autrement qu’en accompagnateur, par exemple, d’Akira Sakata (Iruman, récemment).

La prise de son le met d’ailleurs en valeur – en première face, il faut même tendre l’oreille pour approcher un peu contrebasse et batterie, d’autant que la progression taylorienne du piano laisse assez peu d’espace à l’une et à l’autre. Mais l’impressionnant duo Jacquemyn / Corsano qui ouvre Tiburòn offre une double possibilité : aux deux musiciens de se faire entendre et au trio d’engager un autre genre d’improvisation. C’est alors une pluie d’aigus qu’essuient contrebasse et batterie quand le pianiste négocie à la dernière seconde tous les reliefs nés des frictions. Alors le trio en impose.

écoute le son du grisli

Giovanni Di Domenico, Peter Jacquemyn, Chris Corsano
Golondrina

Giovanni Di Domenico, Peter Jacquemyn, Chris Corsano : A Little Off the Top (NoBusiness / Improjazz)
Enregistrement : 31 octobre 2013. Edition : 2015.
LP : A1/ Golondrina – B1/ Tiburòn B2/ Slick Back
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

André Goudbeek, Lê Quan Ninh, Peter Jacquemyn : Uwaga (Not Two, 2011)

goudbeek_ninh_jacquemyn_uwaga

Tirant une magie plus subtile et brute que jamais des convergences organiques de ses flux d'énergie, le trio d'André Goudbeek (saxophone alto, clarinette basse), Peter Jacquemyn (contrebasse, voix) et Lê Quan Ninh (percussion) trouvait, sur la scène de l'Alchemia de Cracovie, à l'automne 2008, une aire proche de celle qu'il avait arpentée en studio, trois ans auparavant, avec la pianiste Christine Wodrascka, pour le disque Agiiiir (label Free Elephant).

Au moyen du vol stationnaire ou par l'assaut véritable, on atteint, dans les deux improvisations de ce concert – qui savent déployer leurs mouvements internes et maintenir l'intérêt – cette « autre vitesse » de la vitesse (ou de l'immobilité) qui instaure un espace neuf, où œuvrent, autonomes dans leur entente intime, et l'arc à souder gerbant ses étincelles sur la grosse caisse vibrante, et le saxophone gauche brûlé par son chant qui s'exaspère, et les bobinages électrisant cet arbre qu'on appelle contrebasse. Attention : travail poétique en action !

André Goubeek, Lê Quan Ninh, Peter Jacquemyn : Uwaga (Not Two / Metropolis)
Enregistrement : 2008. Edition : 2011.
CD : 01/ Attention ! 02/ Pasop !
Guillaume Tarche © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Kris Wanders : In Remembrance of the Human Race (Not Two, 2011)

kris_wanders_outift_in_remembrance_of_the_human_race

Entendu jadis au sein du Globe Unity de Schlippenbach ou sur la seconde face du Requiem for Che Guevara de Fred Van Hove, le saxophoniste Kris Wanders a dû attendre qu’un millénaire se termine pour poursuivre son œuvre enregistré. Si ce concert anversois daté de 2009 le regrette avec force, c’est que Wanders y redit toute la puissance de son souffle.

En compagnie de Johannes Bauer (trombone), Peter Jacquemyn (contrebasse) et Mark Sanders (batterie), le ténor fait d’abord tourner un motif en boucle – voire en bourrique – qui contraste avec la langueur affichée par le tromboniste. Plus loin, ce-dernier décidera plutôt d’un contrepoint ou de croiser le fer avec les éclats de rocailles projetés par Wanders. In Remembrance of the Human Race est né d’un art sombre et impétueux : Uwaga sera, pour sa part, une mélodie quiète (Bauer encore) sur reliefs abrupts (Wanders toujours).

Brötzmann pour toute facilité, Ayler ou Gayle pour aller plus loin : Wanders aurait pu seulement grossir la liste longue des saxophonistes récitant le dialecte d’anciennes références. Or, l'homme fait lui-même, et presque autant que ces trois-là, preuve de singularité. A Man’s Dream est la pièce qui ici le dit pour la troisième fois : Bauer, Jacquemyn et Sanders, élevant en machinistes le beau décor dans lequel chancèle ce ténor d’exception.

Kris Wanders' Outfit : In Remembrance of the Human Race (Not Two / Instant Jazz)
Enregistrement : 16 mai 2009. Edition : 2011.
CD : 01/ In Remembrance of the Human Race 02/ Uwaga 03/ A Man’s Dream
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Goudbeek, Wodrascka, Jacquemyn, Lê Quan : Agiiiir (Free Elephant, 2010)

agiiirsli

Chacun à sa tâche, dans ce studio bruxellois, en octobre 2005, André Goudbeek (saxophone alto, clarinette basse), Christine Wodrascka (piano), Peter Jacquemyn (contrebasse) et Lê Quan Ninh (percussion) ne constituent pas le quartet du saxophoniste (ou [A]ndré [G]oudbeek [iiii]) mais un organisme complexe, un attelage cliquetant, un atelier affairé.

On y usine, cinglant soigneusement ustensiles et établis, un flux souvent râpeux, propulsé par la turbine essentielle – circulaire, piquante, artérielle – de Lê Quan et tendu par le levier de Jacquemyn. Tabac gris, postillons d’échardes, Goudbeek est certes sax rauque, réactif, de ligne de crête, mais également clarinette lyrique lorsque le groupe atteint l’état d’apesanteur et y glisse. Commandant aux averses, Wodrascka sait percuter et faire miroiter la cuirasse souple du pack humain, solidaire, qui se livre ici. Un très dense tissage ; quatre sourciers.

André Goudbeek, Christine Wodrascka, Peter Jacquemyn, Lê Quan Ninh : Agiiiir (Free Elephant / Improjazz)
Enregistrement : 2005. Edition : 2010.
CD : 01/ Wah Naa 02/ Klabats 03/ Pardaf 04/ Waddisda 05/ Jawadde
Guillaume Tarche © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>