Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Spéciale Jean-François PauvrosJackie McLean de Guillaume BelhommePJ Harvey : Dry de Guillaume Belhomme
Archives des interviews du son du grisli

Alban Berg: The Viennese School, Vol. 3 (MDG - 2008)

berggrisli

Après avoir enregistré deux premiers volumes consacrés à la seconde école viennoise – focalisés sur les travaux de Webern et Schönberg –, le pianiste Steffen Schleiermacher se penche sur l’œuvre pour piano d’Alban Berg, et sur des compositions de disciples moins connus.

Qui redisent tous, au son de leurs ouvrages, l’influence de Schönberg sur leur art : excès de nouveaux romantiques (Sonata op .1 de Berg, Heautontimorumenus de Fritz Heinrich Klein) bientôt balayés par une progression anguleuse permise par la remise en cause de l’harmonie (Kubiniana, œuvre tardive d’un Hans Heinrich Apostel inspiré par les dessins d’Alfred Kubin, et progression entêtante charmée par les graves).

Expressionnistes, aussi, les lents développements de Klein (répétitions commandant d’autres contrastes) et ceux d’un surprenant Theodor W. Adorno : Three Short Piano Pieces, certes appuyées, mais convaincantes. Ainsi, Schönberg, Webern et Berg, réunis ; auprès d’adeptes non dépourvus d’originalité.

CD : 01-02/ Alban Berg : Sonata op. 1 (1907/09), Variations from „Lulu“ (1935), for piano 4 hands by Hans Erich Apostel 03-12/ Hans Erich Apostel : Kubiniana op. 13 (1946), Ten Piano Pieces after drawings by Alfred Kubin 13-24/ Fritz Heinrich Klein : Heautontimorumenus, Die Maschine – Eine extonale, Selbstsatire op. 1 (1921), Andante rubato (1929), Zehn extonale Klavierstücke op. 4 (1922) 25/ Theodor W. Adorno : Three Short Piano Pieces (1934/1945)

Alban Berg - The Viennese School, Teachers and Followers, Vol. 3 - 2008 - MDG. Distribution Codaex.



Alfredo Costa Monteiro : Epicycle (Etude Records, 2007)

monteirisli

Inquiet des tournures que peut prendre le son, l’artiste (et musicien) Alfredo Costa Monteiro improvisait récemment – et derrière ordinateur – Epicycle, soit : 38 minutes sur lesquelles court une batterie de drones fins, interrompus par l’irruption soudaine de craquements sourds et de parasites sévères. Sous les chapes, quelque chose se joue malgré les obstacles imposés par les zones dissemblables de perturbations, qui devra admettre enfin la suprématie de la ligne claire pour permettre à Costa Monteiro de conclure ses expérimentations menaçantes.

Alfredo Costa Monteiro : Epicycle (Etude Records).
Edition : 2007.

CD : 01/ Epicycle
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Sainkho Namchylak, Jarrod Cagwin : In Trance (Leo Records - 2007)

namcaggrisli

Auprès du percussionniste Jarrod Cagwin – entendu récemment auprès de Rabih Abou Khalil –, la chanteuse Sainkho Namtchylak se laisse inspirer, en Autriche, par les peintures des grottes de Dunhuang, en Chine. Prétexte à l’expérience : le festival In Trance, qui se tenait en octobre 2006.

D’abord, Namtchylak rejoue l’éveil au monde avant d’évoluer sous les coups mesurés des percussions : souffles et variation des timbres, diphonie traditionnelle. Et puis, ce sont des plaintes et des interventions sèches, présence d’esprits en lutte fantasmée, ou une mélodie courte que l’on redit en boucles plus ou moins identiques.

Cagwin, sobre et inspiré, accueille la voix de Namtchylak avec une amabilité qui sert la surexposition vocale, encadre discrètement l’inspiration en mouvement : complète, au final, un exposé éloquent parce qu’habité et servi à propos.

CD: 01/ Darkness, tender wind, silence 02/ Dance of an old spirit 03/ Speaking to the emptiness of the Universe 04/ Human mother's song 05/

Sainkho Namtchylak, Jarrod Cagwin - In Trance - 2007 - Leo Records. Distribution Orkhêstra International.


Houle, Léandre, Strid: 9 moments (Red Toucan - 2007)

leandrestridhoulegrisli

Après Hasse Poulsen et George Graew (tous enregistrements produits par Red Toucan), c’était au tour du percussionniste Raymond Strid de se frotter à la paire Houle / Léandre : rencontre en 9 moments.

Plus ou moins longs, ceux-là, et forcément différents : angoissé, lorsque le trio amasse les effets d’un archet emporté et les plaintes de la clarinette (Moment calme) ; sophistiqué : la clarinette et ses lignes claires, maintenant, face aux pizzicatos réputés de Léandre (Moment final) ; monumental, deux fois, sur des pièces plus longues : Moment tendu, qui voit Strid convaincre ses partenaires de suivre son allure changeante, et Moment grave, tour de force déconstruit capable d’invectives lyriques plus que singulières.

Souvent discret, toujours réfléchi, Raymond Strid aura donc su bien relever le défi, se sera montré à la hauteur des exigences de la rencontre, occasionnelle et redoutable.

CD : 01/ Moment premier 02/ Moment grave 03/ Moment calme 04/ Moment tendu 05/ Moment à deux 06/ Moment clé 07/ Moment spatial 08/ Moment donné 09/ Moment final

François Houle, Joëlle Léandre, Raymond Strid - 9 moments - 2007 - Red Toucan.


Alexander Von Schlippenbach: Globe Unity Orchestra – 40 Years (Intakt - 2007)

globeunityorchgrisli

40 années, donc, qu’Alexander Von Schlippenbach mène son Globe Unity Orchestra. En novembre 2006, au Jazzfest de Berlin, eut lieu une célébration qui rassembla, aux côtés du pianiste : Evan Parker, Gerd Dudek, Ernst-Ludwig Petrowsky, Rudi Mahall, Kenny Wheeler, Manfred Schoof, Jean-Luc Capozzo, Axel Dörner, George Lewis, Paul Rutherford, Jeb Bishop, Johannes Baueur, Paul Lovens et Paul Lytton.

Une équipe irréprochable, en somme, qui œuvrait à défendre trois compositions de son leader, et trois autres signées Steve Lacy, Willem Breuker et Kenny Wheeler, au son d’envolées et de débordements combinés aux façons intactes des intervenants. Prenant ici les airs d’une drôle de fanfare héroïque (Out of Burtons Songbooks), l’ensemble interprète ailleurs avec précision The Dumps (soprano de Parker contre clarinette basse de Mahall), ou sert un air de fête qui ne tardera pas à dégénérer en affrontements (Bavarian Calypso). Partout, dépeintes avec merveille, les frasques déraisonnables d’adultes contrariés.

CD: 01/ Globe Unity Forty Years 02/ Out of Burtons Songbooks 03/ Bavarian Calypso 04/ Nodago 05/ The Dumps 06/ The Forge

Alexander Von Schlippenbach Globe Unity Orchestra - 40 Years - 2007 - Intakt. Distribution Orkhêstra International.



Alípio C. Neto: The Perfume Comes Before The Flower (Clean Feed - 2007)

Alipiogrisli

Sur The Perfume Comes Before The Flower, trouver auprès du saxophoniste brésilien Alípio Neto : le trompettiste Herb Robertson, le tubiste Ben Stapp (sur trois titres), le contrebassiste Ken Filiano et le batteur Michael Thompson. Quartette ou quintette d’un jazz cosmopolite.

Et accrocheur : qui installe crescendo un étrange climat sur le déhanchement inquiétant de petites flûtes et du tuba (The Flower), impose directement un free jubilatoire tirant profit des phases improvisées davantage que des phases écrites (The Perfume Comes Before, The Pure Experience), ou se partage entre quelques hésitations traînantes (The Will) et le loisir accommodant d’une réalité éléphantesque. Spontané et percutant.

CD: 01/ The Perfume Comes Before – Early News 02/ The Will – Nissarana 03/ The Flower – Aboio 04/ The Pure Experience – Sertão 05/ La réalité – Dancing cosmologies

Alípio C. Neto - The Perfume Comes Before The Flower - 2007 - Clean Feed. Distribution Orkhêstra International. 


Normal Love: Normal Love (High Two - 2007)

normallovegrisli

De Philadelphie, le groupe Normal Love adresse son premier enregistrement, qui donne les preuves de son savoir-faire et de l’étendue de ses influences au son d’instrumentaux anguleux, énergiques, et de bruts entrelacs. Cordes de guitares et de violon portées par une batterie souvent hors d’haleine édifient au final un pont entre no wave et post rock, certains passages convainquant plus que d’autres. Pour la singularité, attendre un peu, en relevant les traces d’influences directes : DNA et Ambitious Lovers, Massacre, Gorge Trio ou Battles.


Normal Love, Severe. Courtesy of High Two.

CD: 01/ Severe 02/ The Signal is Coming From Pittsburgh (Part 1) 03/ The Signal is Coming from Pittsburgh (Part 2) 04/ Ndugo 05/ The Final Sarcophagus of Darkness 06/ Hooks

Normal Love - Normal Love - 2007 - High Two. Distribution Orkhêstra International. 


His Name Is Alive : Sweet Earth Flower (High Two, 2007)

hisnameisgrisli

Enregistré en 2004, l’hommage adressé par le groupe His Name Is Alive à Marion Brown se satisfait de huit reprises : sept de compositions du saxophoniste, et une autre d’un thème signé Harold Budd, avec lequel Brown a pu collaborer. Le problème est l’inégalité du résultat : concluant sur Juba Lee ou Capricorn Mood, sur lequel l’alto de Michael Herbst et la guitare de Warn Defever trouvent un terrain d’entente approprié ; décevant, voire, sacrilège, sur les reprises de November Cotton Flower ou Bismillahi’ Rrahmani’ Rrahim, notamment parce que le groupe déploie un décorum éliminatoire faits de nappes guimauves de synthétiseur. Qui raccourcit l’intérêt de l’entier enregistrement, qu’un Marion Brown, peut-être trop poli, a pourtant adoubé.

His Name is Alive : Sweet Earth Flower, A Tribute to Marion Brown (High Two / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2004. Edition : 2007.
CD : 01/ Sweet Earth Flying 02/ Juba Lee 03/ Capricorn Moon 04/ November Cotton 05/ Bismillahi’ Rrahmani’ Rrahim 06/ Geechee Recollections (I) 07/ Geechee Recollections (II) 08/ Sweet Earth Flying
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Ari Brown: Live at The Green Mill (Delmark - 2007)

AriBrowngrisli

Membre discret de l’AACM, le saxophoniste Ari Brown, souvent entendu aux côtés de Kahil El’Zabar, emmenait en juin 2007 à Chicago un quartette âgé d’une dizaine d’années, qui donne à entendre aussi : Kirk Brown au piano, Yosef Ben Israel à la contrebasse, et Avreeayl Ra à la batterie.

Sur ses propres compositions, Brown défendait là un jazz sobre et élégant, inspectant les possibilités de la modalité (Richard’s Tune) ou servant une ballade travaillée longtemps (One for Skip). Ailleurs, le trompettiste Pharez Whitted est invité à venir, lyrique, soutenir le ténor (Waltz of The Prophets) ou la flûte (Kylie’s Lullaby).

Le film, quant à lui, se satisfait de peu : captation de concert sobre aussi, voire brute, voire rudimentaire, selon les jugements. Instable, en tout cas, mais qui donne à entendre (et donc à voir) un titre de plus que la version cd de cet enregistrement : Evod, marche éléphantesque et enivrante qui vaut qu’on lui pardonne.

DVD: 01/ Richard’s Tune 02/ One For Skip 03/ Waltz of The Prophets 04/ Shorter’s Vibes 05/ Two Gun 06/ Kylie’s Lullaby 07/ Evod

Ari Brown - Live at The Green Mill - 2007 - Delmark. Distribution Socadisc.


Gianluca Becuzzi, Fabio Orsi: Wildflowers Under The Sofa (Last Visible Dog - 2007)

orsigrisli

Deux générations appliquées à servir une musique électroacoustique trempée dans l’éther : Gianluca Becuzzi et Fabio Orsi enregistrent ensemble, encore : Wildflowers Under The Sofa.

Et le nouvel essai, d’être convaincant : mariage subtil d’arpèges de guitare et de nappes insistantes, crescendos emportant tout pour installer reverses et bruits capturés sur bandes du quotidien le plus hétéroclite : craquements et souffles épais, bâtons de pluie et oiseaux de passage. Jusqu’à l’arrivée d’un piano minuscule sur la fin de Last Flower, l’épreuve est belle, davantage encore sur No Flower, morceau forcément plus court, sur lequel le duo hache intelligemment son discours pour le porter plus haut.

CD: 01/ First Flower 02/ No Flower 03/ Last Flower

Gianluca Becuzzi, Fabio Orsi - Wildflowers Under The Sofa - 2007 - Last Visible Dog.



Commentaires sur