Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Le son du grisli #4

Franck Médioni : My Favorite Things (Alter Ego, 2013)

franck médioni le tour du jazz en 80 écrivains

Comme il le fait énergiquement dans les pages d’Improjazz, Franck Médioni s’intéresse aujourd’hui dans un livre à l’écrivain – sinon écrivant, « écriveur »..., l’important étant que le scribouilleur en question ait eu la chance d’avoir été publié – qui éprouve (ou dit éprouver) un « amour pour le jazz ». Mais la méthode est tout autre que celle employée dans le fanzine : ici, il presse son invité de choisir un disque qu’il affectionne particulièrement pour l’engager ensuite à broder.

Voici donc des souvenirs remués de façons diverses, des chroniques ou des œuvres plus originales, qui partagent presque tous un fâcheux point commun : vous faire regretter ne pas avoir préféré à leur lecture la réécoute de tel ou tel disque de Coltrane, Monk, Waldron, Little ou Ayler, qu’ils évoquent ou qui les inspirent. Lire avec Thomas Compère-Morel la pochette de l’exemplaire qu’il garde de John Coltrane Plays jusqu’à l’étiquette jaune du disquaire chez qui son père l’acheta jadis, apprendre avec Edouard Dor que « Cinglé » en jazz se dit  « Sun Ra », suivre Arnaud Dudek déménager souvent de Strasbourg à Chalon-sur-Saône sur fond de Brad Meldhau, se repaître de citations avec Sylvie Kandé qui cherche le « frisson du sens » sous les doigts de Keith Jarrett, s’ennuyer ferme avec Nimrod qui n’écoutera jamais autant Louis Armstrong et Duke Ellington qu’il ne s’écoute écrire, croire dur et ferme avec Charles Pennequin que cette musique qui m’élève (au moins au-dessus des « esprits étriqués ») avait un plan de carrière que l’on pourrait ainsi résumer : tordre le cou au conventionnel et « bon goût »…

En quatre-vingts écrivains et deux-cent-soixante-dix pages, bien sûr, on ne pouvait faire « le tour du jazz ». Il y avait malgré tout assez d’énergie (enfin, osé-je l’espérer), en tout cas assez d’espace, pour « produire » une littérature d’un autre ordre – merci tout de même, pour leurs parenthèses salutaires, à Yves Citon, Georges Didi-Huberman, Gérard Mordillat et Frank Smith... Et aussi à Michel Arcens pour avoir cité Virginia Woolf : Comme c’est mieux le silence!

Franck Médioni : My Favorite Things. Le tour du jazz en 80 écrivains (Alter Ego)
Edition : 2013.
Livre : Le tour du jazz en 80 écrivains
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Commentaires sur Franck Médioni : My Favorite Things (Alter Ego, 2013)

    "Comme c'est mieux le silence" est une citation de Virginia Woolf (Les Vagues" p 614 édition de La Pléiade Gallimard) et non pas de James Joyce.
    Michel Arcens

    Posté par Michel, mercredi 19 février 2014 à 17:48 | | Répondre
  • Excusez, Michel Arcens, cette lecture trop rapide, je corrige et cite donc : « Comme c’est mieux le silence ! Pourquoi cette lumière bleue, ce désir, là où mes pas me guident malgré moi, grâce à moi ? » se dit Joyce. Elle vient d’avoir seize ans. Elle marche dans la rue, avec la grâce de l’innocence apeurée. Elle n’hésite pas. Pas encore. » Comme c'est mieux le silence ! (quand même)

    Posté par Grisli, mercredi 19 février 2014 à 18:05 | | Répondre