Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Jazz en MarsA paraître : le son du grisli #5En librairie : Bucket of Blood de Steve Potts

Peter Brötzmann: The Complete Machine Gun Sessions (Atavistic – 2007)

machinegrislisessions

L’occasion (réédition augmentée de Machine Gun) faisant le larron angliciste : Peter Brötzmann conduisait, en 1968, la dream team de la Free Music européenne. Fast & Furious.

Aux côtés d’Evan Parker, Willem Breuker, Fred Van Hove, Peter Kowald, Buschi Niebergall, Sven-Åke Johansson et Han Bennink, Brötzmann décide de tout sacrifier à un défoulement exutoire : maelström de pratiques permissives hurlantes, découpées ou gonflées de plaintes qui savent faire usage d’ironie mordante – free jazz évaporé à l’arrivée d’une fanfare soul sur Machine Gun, ou écarté au son d’un mambo soudain rendu à l’unisson sur Responsible.

Les ruades de piano solo de Music for Han Bennink passées, voici d’autres versions des œuvres rares que sont les deux pièces citées plus tôt : prises alternatives ou enregistrement concert (auquel participe aussi le saxophoniste Gerd Dudek) qui réaffirment l’évidence selon laquelle : s’il faut avoir chez soi un disque de jazz fomenté en Europe à cette époque, alors, il s’agit de Complete Machine Gun Sessions.

 

Peter Brötzmann : The Complete Machine Gun Sessions (Atavistic / Orkhêstra International)
Enregistrement : 1968. Edition : 2007.

CD: 01/ Machine Gun 02/ Responsible / For Jan Van De Ven 03/ Music for Han Bennink 04/ Machine Gun (2nd Take) 05/ Responsible / For Jan Van De Ven (1st Take) 06/ Machine Gun (Live)
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



On Jazz (Créaphis - 2007)

Onjazzgrisli

Pour célébrer les 20 ans de l’Orchestre National de Jazz, les éditions Créaphis publient On Jazz, recueil de photographies de Guy Le Querrec accompagné d’un cd et de quelques textes (historique de l’institution, souvenirs, entretiens avec quelques uns de ses directeurs).

Si l’on peut être plus ou moins bouleversé par la qualité des travaux d’une institution bâtie sur l’idée de promouvoir plus efficacement le big band made in France, il faut reconnaître que l’orchestre aura fait appel à des musiciens souvent inspirés (François Jeanneau, Daniel Humair, Michel Portal, Ramon Lopez) et su fomenter quelques rencontres importantes (Gil Evans, Jeanne Lee). Alors, passer des images en noir et blanc soignées de Le Querrec – clichés de répétitions et séances de travail, photographies de concert – à quelques phrases à glaner autour, pas toutes de la taille de celle de Vincent Bessières, lorsqu'il pose la question : « Que reste-t-il d’un orchestre quand il n’existe plus ? » Les images, plus que le disque, y répondent.

Collectif - On Jazz - 2007 - Editions Créaphis. Distribution Le Seuil.


Mal Waldron: Moods (Enja - 2007)

Waldronmoodsli

Sur Moods, enregistré en 1978, le pianiste Mal Waldron interprète seul ou accompagné (par Steve Lacy, Terumasa Hino, Hermann Breuer, Cameron Brown, Makaya Ntshoko) quelques titres qui révèlent son goût pour la mélodie chargée émotionnellement. Et aussi, parfois, une tendance certaine à l’art pompier.

Imposant, dramatique, des accords qu’il dissout en arpèges plus (Lonely) ou moins (Enxiety) convaincants, le pianiste défend en groupe une musique qui profite de son art de l’accompagnement (Sieg Haile, relevé notamment par le soprano de Lacy) ou pâtit d’une interprétation moins subtile que le trompettiste Terumasa Hino charge encore de ses élans lyriques (Minoat). Sans doute, la maîtrise de Waldron aurait-elle pu davantage pour Moods. Se reporter plutôt à de plus anciens enregistrements.

CD: 01/ Anxiety 02/ Sieg Haile 03/ Lonely 04/ Minoat 05/ Happiness 06/ A Case Of Plus 4S 07/ I Thought About You 08/ Soul Eyes

Mal Waldron - Moods - 2007 (réédition) - Enja. Distribution Harmonia Mundi.


Sleeping People: Growing (Temporary Residence - 2007)

sleepingrisli

Sur Growing, Sleeping People défend en 10 morceaux un univers hésitant sans cesse entre punk, post-rock, métal et pop. De boucles mélodiques déposées sur une batterie crachant (Centipede’s Dream, sans doute le meilleur morceau de l’album) aux répétitions toujours reformulées des guitares (It’s Heart Loves Open), le groupe évoque un Battles traînant ses désillusions sur les rives du post-Lac de Genève. Et si Sleeping People se montre aussi quelques fois vulgaire, lourd et trop long, impossible de lui en vouloir tant les passages réussis de Growing s’avèrent efficaces.





Sleeping People, Yellow Guy / Pink Eye (extrait). Courtesy of Temporary Residence.

CD: 1/ Centipede's Dream 02/ James Spader 03/ Yellow Guy / Pink Eye 04/ Mouth Breeder 05/ ...Out Dream 06/ Three Things 07/ Grow Worm 08/ Underland 09/ It's Heart Loves Open 10/ People Staying Awake

Sleeping People - Growing - 2007 - Temporary Residence. Distribution Differ-ant.


Marc Baron, Bertrand Denzler, Jean-Luc Guionnet, Stéphane Rives: Propagations (Potlatch - 2007)

potlatchgrisli

Quatre saxophones (2 altos, 1 ténor et 1 soprano) servent une improvisation inquiète de révéler sa propre sonorité, à force de mesure et de pratiques expérimentales accordées.

Entassant souffles et drones, interventions timides ou osées, Baron, Denzler, Guionnet et Rives, passent de l’abstraction charmante d’une première partie à l’instauration d’élans plus palpables sur une deuxième, que la réflexion autant que l’insistance peaufinent avec lucidité. Plaidant pour l’éternel retour d’une note sur laquelle ils s’accordent, les musiciens dérangent ensuite leur entente au son de sifflements hauts et de graves, de ruptures soudaines et d’assauts fomentés. Menée avec intelligence, l’expérience rassure en révélant les conséquences heureuses de ses Propagations.

CD: 01/ Part 1 02/ Part 2 03/ Part 3

Marc Baron, Bertrand Denzler, Jean-Luc Guionnet, Stéphane Rives - Propagations - 2007 - Potlatch. Orkhêstra International.



Joëlle Léandre, Kevin Norton : Winter in New York 2006 (Leo, 2007)

winteringrisli

Forcément placée sous le signe de l’ardeur, la rencontre de la contrebassiste Joëlle Léandre et du percussionniste Kevin Norton en arrive aux conclusions de Winter in New York 2006 : appuyées et définitives.

Hachant souvent leur dialogue, Léandre et Norton imposent à leurs improvisations un rythme frénétique sur lequel estimer leur inspiration : insistances mélodiques ou emportements derniers sur lesquelles se glisse la voix de Léandre, archet grinçant contre notes suspendues de vibraphone, résonance des cymbales combinées aux parcours chaotiques des pizzicatos.

De phrases lasses jouant les apaisées en précis de perturbations fascinantes, le duo trouve partout l’accord parfait obligeant toutes ses contradictions.

Joëlle Léandre, Kevin Norton : Winter in New York 2006 (Leo Records / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2006. Edition : 2007.
CD : 01/ Winter December #1 02/ Winter December #2 03/ Winter December #3 04/ Winter December #4 05/ Winter December #5 06/ Winter December #6 07/ Winter December #7 08/ Winter December #8
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


David Watson: Fingering An Idea (XI Records - 2007)

watsongrisli

Guitariste entendu auprès d’Otomo Yoshihide, Lee Ranaldo, Eugene Chadbourne ou Ikue Mori, David Watson expose sur Fingering an Idea ses travaux de cornemuses, avant d’interroger une de ses anciennes œuvres pour guitare.

Sur le premier disque, Watson fomente en compagnie de 5 camarades la rencontre d’un folklore sifflants et d’expérimentations sonores, traînant des bourdons hauts comme des souffles portés, dont l’instabilité de l’insistance rappelle les travaux de Terry Riley ou Charlemagne Palestine. Sur le second disque, il part d’un enregistrement datant des années 1980 pour mettre sur pied Sinister, suite de pièces qui combinent les élans d’une guitare électrique et ceux d’une guitare folk. No wave minimaliste, la musique oppose des harmoniques à des façons de faire parfois imprécises (tapping, cordes étouffées), l’important étant de rendre efficace l’urgence du propos. Percussif, chaotique, et souvent surprenant.

CD1: 01-08/ Music for Highland Bagpipe - CD2: 01-08/ Music for Acoustic and Electric Guitars

David Watson - Fingering An Idea - 2007 - XI Records. Distribution Metamkine.


Oliver Lake: Zaki (HatOLOGY - 2007)

Zakigrisli

Enregistré au Festival de Willisau en 1979, Zaki voit Oliver Lake passer de l’alto au soprano, du soprano au ténor, en compagnie de l’impétueux guitariste Michael Gregory Jackson et du plus discret batteur Pheeroan AkLaff. Pour l’interprétation de thèmes signés par le saxophoniste (si ce n’est le plus rock 5/1 de Jackson), le trio fait toute confiance à l’émulation capable, toujours, de nouvelles propositions ascensionnelles – pas convaincantes à chaque fois. Heureusement, brillant, Lake invective, paraphrase quelques schémas répétitifs défendus par Jackson, démontre une verve implacable sur les encouragements rassurants d’AkLaff, et rattrape à lui seul les rares baisses de tension.

CD: 01/ Zaki 02/ Clicker 03/ Shine 04/ 5/1 05/ Zaki

Oliver Lake Trio - Zaki - 2007 (réédition) - HatOLOGY. Distribution Harmonia Mundi


Sawako: Madoromi (Anticipate - 2007)

sawakogrisli

Sur son troisième album, Sawako impose une musique électroacoustique hésitant entre ambient légère et pop gentiment expérimentale, toutes deux construites sur des amas de boucles, de minces effets électroniques et de field recordings, qu’enveloppent des interventions à la guitare folk, au vibraphone ou au violoncelle. Estimant pour finir la force de résonance d’une nostalgie sortie de lamelles d’acier, Sawako conclut sans déranger un Madoromi déjà discret.





CD: 01/ August Neige 02/ It’s Not On Purpose 03/ Uta Tane 04/ Passepass 05/ Appled Soapbox 06/ Kira Kira 07/ Purple Sky Coming 08/ Far Away 09/ Tiny Tiny

Sawako - Madoromi - 2007 - Anticipate records.


Archie Shepp: Steam (Enja, 1976 /2007)

archie shepp steam

S’il n’est pas l’enregistrement sur lequel Archie Shepp fait le plus preuve de personnalité, Steam – aujourd’hui réédité – reste l’une des références incontournables de la discographie du ténor.

Enregistré en mai 1976 aux côtés du contrebassiste Cameron Brown et du batteur Beaver Harris, le disque trahit en effet l’influence prédominante qu’exerce encore à l’époque Coltrane sur le Shepp. Qui ne s’en cache pas, traduisant à un rythme effréné A Message From Trane, ou investissant un swing introspectif et rocailleux sur Invitation.

Ailleurs, le saxophoniste peut lâcher son instrument de prédilection pour un piano sacrifiant tout au décalage (Solitude) ou privilégier de grands dialogues avec ses partenaires (Ah-Leu-Cha). Quelque manière qu'il emploie, ne lâche pas un instant l’inspiration ardente à l’origine du chef-d’œuvre.

Archie Shepp : Steam (Enja / Harmonia Mundi)
Edition : 1976. Réédition : 2007.
CD : 01/ A Message From Trane  02/ Solitude 03/ Invitation 04/ Ah-Leu-Cha 05/ Steam 06/ 52nd Street Theme
Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Commentaires sur