Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Jazz en MarsA paraître : le son du grisli #5En librairie : Bucket of Blood de Steve Potts

Gordon Monahan: Theremin In The Rain (C3R - 2006)

theremingrisli

Au moyen d’un theremin et de sculptures sonores, Gordon Monahan libère ses angoisses au son des sifflements de l’instrument sur quelques field-recordings, de la progression d’une indus rampante, d’expérimentations sur cordes métalliques ou d’enchevêtrements de constructions xylorythmiques. Sourcilleux ou plus léger, le discours est changeant et convainc la plupart du temps des intentions honnêtes de son auteur.


Gordon Monahan, Theremin In The Rain (extrait). Courtesy of C3R.


CD: 01/ Theremin In The Rain 02/ Fluid Dynamics 03/ Flex String 04/ Updown 05/ Long String Motor 06/ Automatic Electric String 07/ See Through Theremin 08/ When it Rains 09/ Aerial Drop 10/ Wavelength

Gordon Monahan - Theremin In The Rain - 2007 - C3R Records. Distribution Metamkine.



Axel Dörner, Diego Chamy : What Matters to Ali (C3R Records, 2007)

dornercamygrisli

Seul, le trompettiste Axel Dörner – récemment convaincant au sein de Die Enttäuschung – ouvre What Matters to Ali, pièce unique d’une nouvelle collaboration avec le percussionniste Diego Chamy. Modifiant sans cesse la trajectoire de ses souffles, Dörner multiplie les attaques d’une pratique alambiquée et les déviances mélodiques à combiner aux imprécations sur toms, clochettes ou verres, de Chamy. Malgré quelques accès d’inspiration, l’enregistrement pêche, sur la longueur, par son manque d’intensité.


Axel Dörner, Diego Chamy : What Matters to Ali (C3R / Metamkine)
Enregistrement : 2006. Edition : 2007.
CD :
01/ What Matters to Ali
Guillaume Belhomme © le son du grisli


Martin Küchen : Homo Sacer (Sillon, 2007)

martin_kuchen_homo_sacer

Après avoir demandé à Michel Doneda, Alessandra Rombola et Wade Matthews, d’interroger en solo leurs pratiques improvisées et expérimentales, le label Sillon propose aujourd’hui les réponses du saxophoniste Martin Küchen, échappé du groupe Exploding Customer et entendu récemment aux côtés de Raymond Strid et Per Zanussi.

Abordant l’exercice de manière saugrenue – celle d’une pratique polyphonique qui ravira tout ethnologue épris de musique –, Küchen engouffre ensuite ses souffles dans le corps de ses instruments (alto et baryton), leur impose une mécanique décidant pour eux de trajectoires circulaires, ou en fait la matière d’un bourdon angoissé.

Monté, à grands coups de rebonds, à bord d‘un hélicoptère de marque Stockhausen, Küchen s’éloigne d’un Homo Sacer primaire et inquiétant, au point de séduire partout l’auditeur évolué pas mécontent de faire une pause.

Martin Küchen : Homo Sacer (Sillon / Sofa Music)
Edition : 2007.
CD : 01/ 02/ 03/ 04/ 05/

Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Library Tapes: Höstluft (Make Mine Music - 2007)

Librarygrisli

Derrière un piano et en faisant usage de field recordings, Library Tapes construit Höstluft, dont l’écoute conseille le retour aux œuvres antérieures. Parce que l’enregistrement se contente de beaucoup moins que Feeling for Something Lost, amassant des mélodies dramatiques écrites pour dérailler ou se voir répéter sur quelques décorums déjà trop légers. Amateurs d’Harold Budd, Library Tapes évoque ici davantage un Tiersen joué sous pédale forte. Faire confiance au temps qui passe, et le prendre pour donner suite et convaincre encore.




CD: 01/ mörker genom tomrum 02/ skiss av träd 03/ noslipós 04/ repor 05/ dis/dagg/dimma 06/ mellan ljud och text 07/ skiss av löv 08/ pjotr 09/ höstluft 10/ ensamhet 11/ distans

Library Tapes - Höstluft - 2007 - Make Mine Music.


Albert Ayler: Hilversum Session (ESP - 2007)

aylerhilversumgrisli

Auprès de Don Cherry, Gary Peacock et Sunny Murray, Albert Ayler enregistrait en 1964, dans les locaux de la radio d’Hilversum (Pays-Bas), cinq de ses compositions et une autre de Cherry.

La singularité du saxophoniste est telle que parler de cette séance revient à redire ses manières de faire distribuées partout ailleurs : qui développent un hymne minuscule (Angels) avant d’exposer leur angoisse sous les ors d’un lyrisme écorché vif (No Name, ou l’entente idéale aux côtés de Murray), puis d’aller voir du côté d’un blues à noircir encore (Ghosts).

Dans le même temps, le quartette donne l’impression d’hurler ici moins fort que d’habitude, déposant plus sagement – même si l'on a appris que tout est relatif – toutes les valeurs qui font le jazz d’Ayler : plaintes arrachées aux vents, dissonances motivantes et indépendance allouée à la section rythmique. Bienvenue, la variation s’avère d’autant plus percutante.

CD: 01/ Angels 02/ C.A.C. 03/ Ghosts 04/ Infant Happiness 05/ Spirits 06/ No Name

Albert Ayler Quartet - Hilversum Session - 2007 (réédition) - ESP. Distribution Orkhêstra International.



Peter Brötzmann: The Complete Machine Gun Sessions (Atavistic – 2007)

machinegrislisessions

L’occasion (réédition augmentée de Machine Gun) faisant le larron angliciste : Peter Brötzmann conduisait, en 1968, la dream team de la Free Music européenne. Fast & Furious.

Aux côtés d’Evan Parker, Willem Breuker, Fred Van Hove, Peter Kowald, Buschi Niebergall, Sven-Åke Johansson et Han Bennink, Brötzmann décide de tout sacrifier à un défoulement exutoire : maelström de pratiques permissives hurlantes, découpées ou gonflées de plaintes qui savent faire usage d’ironie mordante – free jazz évaporé à l’arrivée d’une fanfare soul sur Machine Gun, ou écarté au son d’un mambo soudain rendu à l’unisson sur Responsible.

Les ruades de piano solo de Music for Han Bennink passées, voici d’autres versions des œuvres rares que sont les deux pièces citées plus tôt : prises alternatives ou enregistrement concert (auquel participe aussi le saxophoniste Gerd Dudek) qui réaffirment l’évidence selon laquelle : s’il faut avoir chez soi un disque de jazz fomenté en Europe à cette époque, alors, il s’agit de Complete Machine Gun Sessions.

 

Peter Brötzmann : The Complete Machine Gun Sessions (Atavistic / Orkhêstra International)
Enregistrement : 1968. Edition : 2007.

CD: 01/ Machine Gun 02/ Responsible / For Jan Van De Ven 03/ Music for Han Bennink 04/ Machine Gun (2nd Take) 05/ Responsible / For Jan Van De Ven (1st Take) 06/ Machine Gun (Live)
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


On Jazz (Créaphis - 2007)

Onjazzgrisli

Pour célébrer les 20 ans de l’Orchestre National de Jazz, les éditions Créaphis publient On Jazz, recueil de photographies de Guy Le Querrec accompagné d’un cd et de quelques textes (historique de l’institution, souvenirs, entretiens avec quelques uns de ses directeurs).

Si l’on peut être plus ou moins bouleversé par la qualité des travaux d’une institution bâtie sur l’idée de promouvoir plus efficacement le big band made in France, il faut reconnaître que l’orchestre aura fait appel à des musiciens souvent inspirés (François Jeanneau, Daniel Humair, Michel Portal, Ramon Lopez) et su fomenter quelques rencontres importantes (Gil Evans, Jeanne Lee). Alors, passer des images en noir et blanc soignées de Le Querrec – clichés de répétitions et séances de travail, photographies de concert – à quelques phrases à glaner autour, pas toutes de la taille de celle de Vincent Bessières, lorsqu'il pose la question : « Que reste-t-il d’un orchestre quand il n’existe plus ? » Les images, plus que le disque, y répondent.

Collectif - On Jazz - 2007 - Editions Créaphis. Distribution Le Seuil.


Mal Waldron: Moods (Enja - 2007)

Waldronmoodsli

Sur Moods, enregistré en 1978, le pianiste Mal Waldron interprète seul ou accompagné (par Steve Lacy, Terumasa Hino, Hermann Breuer, Cameron Brown, Makaya Ntshoko) quelques titres qui révèlent son goût pour la mélodie chargée émotionnellement. Et aussi, parfois, une tendance certaine à l’art pompier.

Imposant, dramatique, des accords qu’il dissout en arpèges plus (Lonely) ou moins (Enxiety) convaincants, le pianiste défend en groupe une musique qui profite de son art de l’accompagnement (Sieg Haile, relevé notamment par le soprano de Lacy) ou pâtit d’une interprétation moins subtile que le trompettiste Terumasa Hino charge encore de ses élans lyriques (Minoat). Sans doute, la maîtrise de Waldron aurait-elle pu davantage pour Moods. Se reporter plutôt à de plus anciens enregistrements.

CD: 01/ Anxiety 02/ Sieg Haile 03/ Lonely 04/ Minoat 05/ Happiness 06/ A Case Of Plus 4S 07/ I Thought About You 08/ Soul Eyes

Mal Waldron - Moods - 2007 (réédition) - Enja. Distribution Harmonia Mundi.


Sleeping People: Growing (Temporary Residence - 2007)

sleepingrisli

Sur Growing, Sleeping People défend en 10 morceaux un univers hésitant sans cesse entre punk, post-rock, métal et pop. De boucles mélodiques déposées sur une batterie crachant (Centipede’s Dream, sans doute le meilleur morceau de l’album) aux répétitions toujours reformulées des guitares (It’s Heart Loves Open), le groupe évoque un Battles traînant ses désillusions sur les rives du post-Lac de Genève. Et si Sleeping People se montre aussi quelques fois vulgaire, lourd et trop long, impossible de lui en vouloir tant les passages réussis de Growing s’avèrent efficaces.





Sleeping People, Yellow Guy / Pink Eye (extrait). Courtesy of Temporary Residence.

CD: 1/ Centipede's Dream 02/ James Spader 03/ Yellow Guy / Pink Eye 04/ Mouth Breeder 05/ ...Out Dream 06/ Three Things 07/ Grow Worm 08/ Underland 09/ It's Heart Loves Open 10/ People Staying Awake

Sleeping People - Growing - 2007 - Temporary Residence. Distribution Differ-ant.


Marc Baron, Bertrand Denzler, Jean-Luc Guionnet, Stéphane Rives: Propagations (Potlatch - 2007)

potlatchgrisli

Quatre saxophones (2 altos, 1 ténor et 1 soprano) servent une improvisation inquiète de révéler sa propre sonorité, à force de mesure et de pratiques expérimentales accordées.

Entassant souffles et drones, interventions timides ou osées, Baron, Denzler, Guionnet et Rives, passent de l’abstraction charmante d’une première partie à l’instauration d’élans plus palpables sur une deuxième, que la réflexion autant que l’insistance peaufinent avec lucidité. Plaidant pour l’éternel retour d’une note sur laquelle ils s’accordent, les musiciens dérangent ensuite leur entente au son de sifflements hauts et de graves, de ruptures soudaines et d’assauts fomentés. Menée avec intelligence, l’expérience rassure en révélant les conséquences heureuses de ses Propagations.

CD: 01/ Part 1 02/ Part 2 03/ Part 3

Marc Baron, Bertrand Denzler, Jean-Luc Guionnet, Stéphane Rives - Propagations - 2007 - Potlatch. Orkhêstra International.



Commentaires sur