Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Festival Baignade Interdite : Rivières (Tarn), 2-4 septembre 2016

festival baignade interdite 2-4 septembre 2016

Vous en connaissez beaucoup, des festivals où les concerts se déroulent dans le grand bassin, le petit bassin et la pataugeoire ? C'est à « Baignade interdite », et nulle part ailleurs. Ce frais festival vient de connaître, du 2 au 4 septembre, sa cinquième édition. Il se déroule dans le Tarn, à Rivières, dans l'ancienne piscine désaffectée d'Aiguelèze. Outre le cadre, ce qui fait tout son charme, c'est l'ambiance : décontractée, festive, vacancière, jeune, ouverte, tolérante. Et la merveilleuse diversité de la programmation.

Chacun y trouve ses diamants. Pour nous, la pépite, ce fut, dimanche matin, Insub Meta Orchestra, dans un format à 20 musiciens. Ils n'ont pas joué, en plein air, dans un des bassins (pour d'évidentes raisons de besoin d'écoute), mais dans un lieu indescriptible : un ancien office de tourisme qui n'a jamais fonctionné, désaffecté lui aussi, et où il n'y a ni scène, ni sièges pour le public, ni véritablement d'espace continu, où les musiciens jouent devant un vide qui distribue des étages, celui en sous-sol, inutilisé, et celui du premier étage, où des spectateurs se pressent le long du garde-corps, autour de ce vide qui laisse monter la musique. Ces volumes, absolument pas pensés pour la musique, offrent une acoustique étonnante, réverbérante, profonde.

IMG_1649

L'Insub Meta Orchestra est dirigé par Cyril Bondi (percussionniste, mais qui ici joue de l'harmonium indien à soufflet) et d’incise (machiniste, pour dire vite, jouant ici du melodica à clavier et à tuyau). Dans une grande improvisation d'une heure, très construite et très dirigée, cette abondance de musiciens creuse le sillon d'une musique paradoxale, voire impossible, qui laisse la place au silence, qui fait respirer vingt instrumentistes d'un même souffle, ténu, imperceptible, puis de plus en plus puissant. Ce joyau musical et collectif se vit, se ressent, se vibre collectivement. Les trois séquences s'enchaînent avec une totale concentration, et le public, respiration suspendue, ne moufte pas : il sait que le silence fait partie de cette musique. Le silence est écouté comme des minutes signées John Cage. Même les quelques enfants présents dans l'assistance sont bouche bée. Première séquence. On est dans le ténu, le frottement, le glissement, le souffle, la respiration. Toutes les quatre secondes, Cyril Bondi tranche l'air avec son bras, et les frottements, glissements, changent de nature, imperceptibles variations collectives qui suscitent une intense écoute. C'est fascinant, subtil, perceptible. Un bonheur. Deuxième séquence. De la musique, du son, une vibration légère et harmonieuse de l'air. Puis du silence. Puis, avec d'autres instrumentistes, d'autres couleurs sonores, de la musique, une vibration, du son. Puis du silence. Les moments s'enchaînent, avec une grande place pour le vide, qui répond parfaitement à l'architecture invraisemblable du lieu. La palette sonore est infinie. Cette composition instantanée et collective, tendue, maîtrisée, fascinante, évoque inévitablement l'écriture de Morton Feldman. Le public est suspendu. Troisième séquence : un grand crescendo, tutti (outre les melodica divers, ordinateurs et autres instruments électroniques, il y a une contrebasse, une viole de gambe, une vielle à roue, un basson, deux saxophones, une flûte, un violon, une cloche tibétaine...). Sur deux notes, un demi-ton d'écart, et en faisant tourner la matière musicale, comme un nuage, dans ce lieu insensé, avec vibrations en réponse aux vibrations. Cette fois c'est à Giacinto Scelsi qu'on pense, avec ce travail sur les timbres. Si peu de notes et tant de musique ! Ce diamant était un des seize concerts de ces trois jours. Mais il y avait quoi d'autre ?

IMG_1534

Nous avons entendu des éructations punk réjouissantes et irrésistibles de Blurt, dans le petit bassin, samedi, avec le chanteur-saxophoniste Ted Milton, un monument surgi de la fin des seventies. Nous avons souri jusqu'aux oreilles avec Sourdure, de son vrai nom Ernest Bergez, violoneux, chanteur, et batteur avec les pieds, qui revisite le répertoire trad occitan, dans une couleur rustique électro, avec des échardes plein son bois mal dégrossi et un charme fou. Il jouait dans le pédiluve, vendredi. La même soirée, dans le grand bassin, un duo. Elle, à la batterie, commence sur le mode niais d'une débutante appliquée. Puis, très vite, se déchaîne avec une fureur jouissive. C'est Valentina Magaletti, qui forme avec le guitariste-élecronicien Tom Reelen le groupe anglais Tomaga. Tomoko Sauvage, dans le même espace que l'Insub Meta Orchestra, a installé, le samedi matin, des saladiers remplis d'eau, avec des micros plongés dedans. Une simplicité de moyens, des gobelets en hauteur d'où coulent des gouttes d'eau, des accessoires électroniques basiques, pour une musique très minimale, parfois trop... Un mot de Kim Myhr, Norvégien qui explore les résonances de sa guitare douze cordes. Il jouait dans l'église de Carla, à Castenau-de-Lévis (première délocalisation pour Baignade interdite). Pour être franc, il faut dire que, parfois, son acharnement à jouer du plectre sur toutes les cordes, très vite et sans la moindre pause, peut fatiguer l'auditeur. Ici, avec la même technique, dans ce lieu qui sonne bien, et avec le public assis partout, par terre jusque sur la scène, le même acharnement a révélé les sons diffus, la mélodie fantomatique et subtile qui surgit de cet océan furieux et plane, en battements nuageux, au-dessus de la mêlée. Une expérience, acoustique et artistique, de 35 minutes. Il n'en fallait pas plus, mais on a touché un bout de l'aile de l'ange.

IMG_1551

Anne Kiesel © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Diatribes & Cristián Alvear : Roshambo (Trio) / Yan Jun : On 3 Pipes (1000füssler, 2015)

diatribes cristian alvear yan jun roshambo trio on 3 pipes

Sans y paraître, les petits disques 1000füssler prennent de plus en plus de place, s’installent dans le paysage mais en toute discrétion. C’est ce que font les deux dernières publications du label, qui datent de novembre dernier : Roshambo (Trio) de Diatribes et Cristián Alvear et On 3 Pipes de Yan Jun. Après l’écoute, et une fois rangés, on les soupçonne même d’enregistrer encore…

C’est chez Alvear, au Chili, que D’incise et Cyril Bondi sont allés enregistrer Roshambo, une de leurs compositions déjà consignée sur disque (A New Castle). La guitare de l’invité devra faire face aux bourdons du duo et jouer aussi avec ses souffles, ses silences, ses enregistrements de terrain – d’un monde renversé où les Suisses gagnent en altitude –, ses usinages en équilibre… Alvear choisissant de se fondre dans le décor, il composera ce trio qui ne changera pas Diatribes mais le déstabilisera quand même, en sourdine.

A Pékin, c’est un autre trio que Yan Jun fit chanter en deux fois (et modifia bien sûr ensuite) : un tuyau enregistré en 2009 (Track 2), puis deux autres l’année suivante (Track 1). Derrière les sifflements étouffés – ceux du matériel utilisé pour l’enregistrement – de la première plage, entendre un peu d’eau qui circule à différentes vitesses ; derrière la succession de roulements et de (presque) silence de la seconde, c’est cette fois le bruit d’une position : les micros dont se sert Yan Jun révélant à chaque fois la musique d’un intérieur qu’on supposait inaccessible jusqu'à ce que la sonnerie d’un téléphone, atténuée par les parois du tube, ne nous ramène à une réalité, autrement concrète.

diatribes_cristian_alvear_roshambo

Diatribes & Cristián Alvear : Roshambo (Trio)
1000füssler
Enregistrement : 11 décembre 2014. Edition : 2015.
CD : 01/ Roshambo (Trio)

 

cover_yan_jun_3pipes

Yan Jun : On 3 Pipes
1000füssler
Enregistrement : 2009-2010. Edition : 2015.
CD : 01/ track 1 02/ Track 2
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Illogical Harmonies : With D’incise (Insub., 2016)

illogical harmonies d'incise

Dans l’un de ces beaux étuis que publie désormais le label Insub., on trouve un nouveau poster qui, malgré le pliage, délivre le code permettant de télécharger ces quarante-cinq minutes de concert enregistré à Genève (Cave 12). Ce soir-là, 22 février 2015 : Johnny Chang (violon) et Mike Majkowski (contrebasse) – Illogical Harmonies est le nom dont s’est emparé le duo – improvisaient avec D’incise (enregistrements).

D’une note unique maintenue à l’archet – qu’elle aille et vienne, tremble sous la main du violoniste ou flanche lorsque Majkowski pince une de ses cordes –, le trio fait le décor dans lequel il sème des graines d’idées, malheureusement pauvres. Ainsi, sur les archets, D’incise dépose un field recording convenu (turbines bruissantes ou rideaux de pluie). Et puis, une fois le field recording passé, Chang ose une mélodie plus fausse encore qu’illogique. Expressément ? La question se pose. Assourdissant, l’ennui que l’improvisation dispense nous empêchera d’y réfléchir.



illogical harmonies

Illogical Harmonies : With D’incise (Insub.)
Enregistrement : 22 février 2015. Edition : 2016.
Téléchargement (en étui) : 01/ Illogical Harmonies with D’Incise
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Diatribes : Great Stone / Blood Dunza (Aussenraum, 2015) / Diatribes : Augustus (Insub, 2013)

diatribes great stone blood dunza

Jamais trop occupés, D'incise & Cyril Bondi transformaient récemment, sous l’influence de King Tubby, deux pièces de dub des années 1970. Et le divertissement opère.

A la vitesse qu’un dubplate fiché dans le sable mettrait à fondre au soleil, le duo réduit ses instruments (mélodicas, micros, haut-parleurs…) en poudre et en filtre les sons. Diffuse, alors, une électroacoustique où les basses et les vibrations rivalisent d’équilibre sur mille plateaux tournant. Désarticulé, le dub encore promis est ensuite filé : consolidé par un rythme minuscule ou un drone défaillant sur Blood Dunza ou ouvragé par quelques basses fuyantes sur Great Stone – ici, la subtile progression du duo rappelle le YMCA d’Alan Licht ou le Pablo, Feldman, Sun, Riley de Dax Pierson et Robert Horton. Inspirés par le dub, Diatribes signe là une référence indispensable de sa discographie.


Diatribes : Great Stone / Blood Dunza (Aussenraum)
Edition : 2015.
LP / Téléchargement : A/ Blood Dunza B/ Great Stone
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

diatribes augustus

S’il faudra de toute façon télécharger Augustus, l’objet du même nom existe : poster enfermé dans une pochette de carton noire. Au son, c’est une musique du temps qui passe et même de temps à passer dans la rumeur d’un tambour grave et le chant de réductions mécaniques qui, détachées de tout si ce n’est de l’instant qu’elles marquent, font la ronde.

Diatribes : Augustus (Insub)
Edition : 2013.
Téléchargement : 01/ Augustus
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Jacques Demierre : The Thirty and One Pianos (Flexion, 2014)

jacques demierre the thirty and one pianos

Une autre fois, faire impression. Non plus seul mais en grande compagnie : face à Jacques Demierre, trente pianistes prêts à « exécuter » – tous ne joueraient cependant pas, prévient-il – et puis enregistrés au théâtre du Galpon à Genève le 9 septembre 2012.

En force, Demierre revient donc à l’instrument. En nuances aussi, qui interdiront la ressemblance aux trois parties de Thirty Pianos : carillon nourri de motifs répétés et tocsin transformé selon qu’on l’envisage dans le ventre d’un piano ou sur la table d’un autre ; allers-retours sur cordes créant un brouhaha fabuleux sur un mouvement de vagues ; chants de mécaniques qui jouent de roulements autant que d’expressions ravalées. A chaque fois, la démonstration est faite de la conductibilité du piano pensé par Demierre.

Comme en miroir, le pianiste retouche maintenant un enregistrement de concert (Paris, 15 octobre 2000). De Free Fight, un extrait donne ici une idée de l’exubérance. Seul, Demierre remue toutes les parties de son instrument – objectif qui nécessite quelques déplacements – dont tombent bientôt des notes sèches ou étouffées, des phrases déconcertantes, les bribes d’un langage parasite et même quelques flèches. Ainsi la machine rend-elle l’âme sous les coups d’une envie : « Il y a l’envie de comprendre l’expérience du piano en tant qu’expérience directe, envie d’entrer directement dans le phénomène. »



Jacques Demierre : The Thirty and One Pianos (Flexion)
Enregistrement : 9 septembre 2012. Edition : 2014.
CD : 01/ Thirty Pianos Part I 02/ Thirty Pianos Part II 03/ Thirty Pianos Part III 04/ Free Fight
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Cyril Bondi, D’incise, Jacques Demierre, Jonas Kocher : Öcca (Bocian, 2013)

bondi demierre kocher dincise occa

Les bourdons et sifflements périssables, multipliés en conséquence, de l’accordéon de Jonas Kocher agiront une fois encore comme autant d’aimants. A eux, viendront dans un ordre ou un désordre que seul peut permettre l’improvisation de groupe – pas aussi fourni que l’Insub Meta Orchestra, celui-ci, mais imposant quand même –, le bruissement des cordes de piano que pince ou frôle Jacques Demierre, les rumeurs des caisses graves de Cyril Bondi, les ornements électroniques de D’incise.

C’est bientôt le battement d’un cœur que l’on soupçonne puis que l’on authentifie. Entre ses silences – courts mais parfois pesants, qui plusieurs fois en tout cas nous font craindre l’abandon –, il chante à force de tremblements orageux, de larsens contrits, de carillons presque éteints, d’harmoniques intimidées par leurs propres possibilités, voire formules… toutes sonorités qui, après avoir exploré tout l’espace, s’en reviendront droit au cœur large qui jadis les nourrit.

Cyril Bondi, D’incise, Jacques Demierre, Jonas Kocher : Öcca (Bocian / Metamkine)
Enregistrement : 29-31 août 2011. Edition : 2013.
LP : A1/ Telllre A2/ Scrae A3/ Rssac(s) – B1/ Iln Acynn
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Queixas : Eye of Newt (Insubordinations, 2012)

queixas eye of newt

Le projet helvético-portugais Queixas regroupe Cyril Bondi, D’incise et Abdul Moimême sur son premier essai Eye Of Newt. Là où le second nommé laissait voguer les crissements singuliers, les trois comparses invitent à un déjeuner sur l’herbe expérimentale où, certes, les bruits épars d’une civilisation post-ouvrière se font encore entendre dans le lointain.

Tel un négatif, au sens photographique du mot, de La Forêt Des Mécanismes Sauvages, leur Œil de Newt jette un regard périphérique empreint de paradoxes, entre calme apparent et nerfs au bord de l’implosion. On vous laisse juges, pour ma part, j’aime – vraiment – beaucoup.

Queixas : Eye Of Newt (Insubordinations)
Edition : 2012.
CD / DL (libre) : 01/ An All Wynde that Blowth No Man to Good 02/ Stow the Croze 03/ Everybody Out
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Insub Meta Orchestra : Archive #1 (Insubordinations, 2012)

insub meta orchestra archive1

45 musiciens (Christian Müller, Christophe Berthet, Christoph Schiller, Cyril Bondi, Florence Melnotte, Hannah Marshall, Patricia Bosshard, Rodolphe Loubatière…) s’ouvrent à la menace. Approfondissent la ligne, réduisent son isolement, diffèrent le chaos, font l’éloge des choses souterraines.

Dans cet atelier, une sourde respiration ouvre les débats. La machinerie, maintenant, s’active et délivre ses vifs roulis. Un court et impressionnant crescendo surgit. La cassure intimide la ligne mais échoue à la briser totalement. Et c’est précisément, cette ligne qui fait office de lien et assure sa dense continuité aux cinq conductions de ce disque.

Fondé en septembre 2010, l’Insub Meta Orchestra signe ici son premier enregistrement (disponible en CD ou en téléchargement gratuit). La menace est à prendre au sérieux.

EN ECOUTE >>> Punkte und Flächen >>> Miroir

Insub Meta Orchestra : Archive #1 (Insubordinations netlabel)
Enregistrement : 2011. Edition : 2012.
CD / Téléchargement libre : 01/ Punkle und Flächen 02/ Et si… 03/ The Living Dust 04/ Miroir 05/ Lava Underground 06/ Set Sail, Finally
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Abdul Moimême, Rocardo Guerreiro : Knettanu (Creative Sources) / Diatribes, Abdul Moimême : Complaintes de marée basse (Insub.)

abdul_moim_me_ricardo_guerreiro_knettanu

Abdul Moimême (guitares électriques jouées simultanément et parfois préparées) et Ricardo Guerreiro (interactive computing platform) se connaissent assez bien pour que le premier ait accepté de faire de ses sons improvisés le matériau de départ des jeux de transformation du second.

C’est ce que raconte Knettanu sur l’air d’une musique qui hésite sans cesse entre délicatesses et expressions exacerbées. Ici, le chant est raisonnable : la guitare est gentiment frappée, mais l’ordinateur la retourne et change ses murmures en munitions qu’elle projette par salves. L’exercice connaît quelques longueurs, mais la dernière pièce, bruyante, vacille avec furie au point qu’on ne peut regretter s’être déplacé jusque-là.  

Abdul Moimême, Rocardo Guerreiro : Knettanu (Creative Sources / Metamkine)
Enregistrement : 19 juin 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ #26 02/ #34 03/ #30 04/ #29.1 05/ #29.2 06/ #29.3 07/ #36
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

diatribes_abdul_moim_me_complaintes_de_mar_e_basse

Plus tôt, à Lisbonne, le même Abdul Moimême et Diatribes ont enregistré Complaintes de marée basse. La guitare préparée côtoie là les laptop et objets de D’incise et les percussions et frêles percussions de Cyril Bondi. La musique est rampante, jouant de bourdons épais, puis, à mi-parcours, la batterie se permet un rythme auquel se mesureront les intervenants avec plus d’intensité. Le mirage d’une pâle rencontre Keith Rowe / Ingar Zach s’efface alors, au profit d’un ouvrage plus original qui vaut bien qu’on l’écoute. D'autant qu'Insubordinations le met librement à disposition.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Diatribes, Barry Guy : Multitude (Cave 12, 2010)

grislitude

S’imaginant que l’influence chimique de Barry Guy puisse garantir pyrotechnie & précipités à toute rencontre musicale inédite, l’auditeur devra, avec cet enregistrement de janvier 2009, revoir ses espérances – que le contrebassiste avait portées assez haut, dans un cadre presque comparable, en compagnie du groupe suédois Tri-Dim par exemple (disque 2 of 2, label Sofa).

Répondant à l’invitation de Diatribes (soit le duo, rompu à l’hospitalité, de Cyril Bondi [batterie, percussions] et D’incise [laptop, objets], augmenté de la clarinette de Benoît Moreau sur une pièce), Guy manie un archet certes décisif, commandant aux abeilles sans sombrer dans l’épilepsie, mais qui n’arrive pas à faire grimper la teneur des échanges. Les formes brèves qui en découlent peinent à convaincre : sprints crissants, lambeaux de gamelan, discrètes ébullitions…

Diatribes, Barry Guy : Multitude (Cave 12 / Metamkine)
Edition : 2010.
CD : 01/ Le grand jeu financier 02/ Le poids des humeurs 03/ Corrosion du possible 04/ Pour les hommes du port 05/ Ne plus avoir peur des monstres 06/ Un peu plus rouge 07/ Exil
Guillaume Tarche © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>