Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Louis Moholo-Moholo : 4 Blokes (Ogun, 2014)

louis moholo-moholo 4 blokes

Enregistré en studio le 12 novembre 2013, 4 Blokes marquerait la naissance d’un quartette emmené par Louis Moholo-Moholo, entendu plus tôt au Café Oto. A l’intérieur : Jason Yarde (remarkable saxophonist déjà de l’Unit du batteur), Alexander Hawkins (fougueux pianiste de Keep Your Heart Straight) et John Edwards.

Marquée par le souvenir des jeunes années du meneur (For the Blue Notes, Angel-Nomali, Tears for Steve Biko), la rencontre débute au son d’un Parisian Thoroughare transposé sur autoroute par les courts motifs que répètent Hawkins et Yarde – portés par la contrebasse et la batterie, la paire signera de beaux moments de connivence.

Ainsi, l’énergie préside-t-elle à la séance, dont profiteront Something Gentle (composition de Yarde) ou 4 Blokes (improvisation du groupe) mais qui pourra affranchir le lyrisme du pianiste : son jeu plombe alors Mark of Respect. Repli, donc, en mélancolies : un air de Dudu Pukwana et la reprise de Something Gentle rétablissent l’harmonie prometteuse.

Louis Moholo-Moholo Quartet : 4 Blokes (Ogun / Orkhêstra International)
Enregistrement : 12 novembre 2013. Edition : 2014.
CD : 01/ For the Blue Notes 02/ Something Gentle 03/ All of Us / Khwalo 04/ Mark of Respect 05/ Tears for Steve Biko 06/ 4 Blokes 07/ Yes Baby, No Baby 08/ Angel-Nomali 09/ Something Gentle (Reprise)
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Jason Yarde, Oli Hayhurst, Eddie Prévost : All Together (Matchless, 2012)

all together jason yarde eddie prévost oli hayhurst

Après Evan Parker et John Butcher, Jason Yarde – récemment entendu dans l’Unit de Louis Moholo – est donc le troisième « saxophoniste remarquable » à apparaître auprès d’Eddie Prévost dans cette série de Meetings passés sur disques baptisés All…

All Together, cette fois, enregistrée le 7 août 2011 au Network Theatre de Londres. A l’alto et au soprano, Yarde improvise sur le conseil d’un percussionniste provocant et avec le soutien d’Oli Hayhurst, contrebassiste autrement motivant – dans les façons qu’il a, par exemple, de rassurer sur motifs courts. C’est d’ailleurs les contrastes décidés par la paire rythmique (contrebasse appliquée et percussions de subtile licence quand elles ne donnent pas dans une frappe autoritaire) qui invitent Yarde à varier son jeu.

D’un swing amateur de répétitions – sur la seconde plage, le soprano redit ainsi une simple phrase jusqu’à ce qu’elle perde tout sens commun – en saillies ouvertes, le saxophoniste voit le jazz qu’il sert habituellement lui échapper un peu pour profiter d’une vigueur torve. Dans le kit et les usages de Prévost, on trouve en effet de quoi faire confondre toute habitude : alors Yarde fait maintenant œuvre de contorsion et s’interroge avec Eddie Prévost : existe-t-il une bonne manière de jouer le jazz ?

Jason Yarde, Oli Hayhurst, Eddie Prévost : All Together (Matchless Recordings / Metamkine)
Enregistrement : 7 août 2011. Edition : 2012.
CD : 01/ All Together – Part 1 02/ All Together – Part 2
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Louis Moholo-Moholo Unit : An Open Letter to My Wife Mpumi (Ogun, 2009)

mohoslimohosli

Rarement Unit aura si bien porté son nom. Drivé par un Louis Moholo-Moholo en grande forme et toujours aussi foisonnant derrière ses fûts, il faut entendre saxophones (Jason Yarde, Ntshuks Bonga), piano (Pule Pheto), vibraphone (Orphy Robinson), contrebasse (John Edwards) et voix (Francine Luce), s’unir et se séparer, s’entrecroiser et se métisser.

Tout semble si simple ici : il y a le rythme, toujours libre et animé, que le batteur déplace et bouscule en de longues vagues successives et il y a le chant, simples riffs joués à l’unisson et que l’on n’abandonne jamais car éléments moteurs de cette musique. De fait, et parce que cette musique n’en a nul besoin, il n’y aura pas de solos. Seulement un élan commun porté par toute et tous. Et quand vibraphone et batterie se retrouvent en duo (Fine Line), c’est tout l’orchestre que l’on croit entendre.

De ce chant profond et d’une liberté rêvée, perce quelque chose du grand Albert : la générosité, le partage, la fougue, la douceur, la fureur. Music Is the Healing Force of the Universe : ici, l’évidente preuve.

Louis Moholo-Moholo Unit : An Open Letter to My Wife Mpumi (Ogun / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2008. Edition : 2009.
CD : 01/ Mark of Respect 02/ Dikeldi Tsa Phelo 03/ The Tag 04/ Thank U 4 2 Day 05/ Sonke 06/ Russia 07/ Zanele 08/ Fine Line 09/ Two Alto Hit
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>