Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Cassettes Expéditives : Jeff Henderson, Hheva, ArGil & Loïc Joseph, VOICEOVER, Cyril M., Black Givre, Satchel Forrester...

cassettes expéditives

trois balades

ArGil & Loïc Joseph : Trois Balades (Tanuki, 2014)
C’est en préparation d’une exposition qu’ArGil et Loïc Joseph ont manipulé des field recordings qui font la part belle au langage humain. Bouclées sans vergogne, les discussions sont insaisissables, que peuvent accompagner une basse ou (semble-t-il) un peu de synthétiseur. Rappelant quelques travaux Sonic Arts Network ou les témoignages ayant inspiré Olivier Cadiot et Rodolphe Burger, ces Trois balades pourraient constituer la bande-son du beau livre de photographies de Patrick Thinsy, Codegenerates. (gb)

built like

Jeff Henderson, Vicky Mettler, Raphaël Foisy, Félix Lachance : Built Like a Brick Shithouse (Small Scale Music, 2014)
Jeff Henderson (saxophone, clarinette), Vicky Mettler (guitare électrique), Raphaël Foisy (basse) et Félix Lachance (batterie) composent ce Built Like a Brick Shithouse enregistré en septembre 2013 à « Feu la brique, Montréal ». L’exercice est d’un free jazz à l’ancienne, tendu et grinçant, mais qui démontre un intérêt pour le travail du son : ainsi l’alto d’Henderson et la mesure défaite de Mettler colorent cette poignée d’improvisations virulentes. (gb)

twice stopped

Bryan Counter & Satchel Forrester : Twice Stopped (Small Scale Music, 2014)
Pour le même label et dans la même veine, Satchel Forrester (saxophone alto) et Bryan Counter (batterie) s’essayèrent au duo. Le son est d’abord lointain, qui étouffe quelque peu la frappe du batteur, mais on déplacera le micro. S’interroger alors sur la nature de la pièce à entendre sur ces deux faces : improvisation décidée ou simple répétition ? Forrester phrase Coleman et Ayler en tête, Counter rappelle un Hamid Drake sans assurance : la proposition est un peu courte, précipitée sans doute. (gb)

black givre

Black Givre : Explosion Therapy  (Beaver Club / Small Scale Music, 2014)
Black Givre est un homme-orchestre (batterie, samplers et racks d’effets) qui répond au doux nom de Samuel Bobony – voilà pour le côté informatif de cette chroniquexpéditive. Enregistré live en studio en 2013, Explosion Therapy montre que celle-ci s’avérait nécessaire : le musicien est nerveux, obsessionnel, truculent ou peine à jouir, selon le bout de bande sur lequel vous vous trouvez. Sa pop expérimentale vaut en tout cas le voyage jusqu’à là. (pc)

voiceoverVOICEOVER : Nervous Breakthrough (Tanuki, 2014)
Quand il ne joue pas dans Institut Für Feinmotorik, VOICEOVER est un homme-orchestre (voix, turntables, effets…) qui répond au doux nom de Marc Matter – voilà pour le côté informatif de cette chroniquexpéditive – que j’imagine en amateur de bruits déroutants. Il en fait d’ailleurs des structures organiques bullaires quand il ne travaille pas à la transformation de l’homme (la voix d’Otto Nebel) en… gibbon. Tout ça (A & B) est très mystérieux, et donne envie d’en entendre un peu plus. (pc)

cyril mCyril M. : Diffraction (New Bones, 2014)
Cyril M. est un guitare-héros qui a profité d’un concert à la chapelle Saint-Jean de Mulhouse pour prouver qu’il savait improviser, et seul encore. Dans l’espace, son instrument tisse des fils de sons qui s’emmêlent et font parfois pas mal de bruit, alors il démêle : mais le méditatif est toujours enclin au soubresaut. En face B, il improvise en duo avec la pianiste Sacha Navarro-Mendez. Plus courant et… moins fort, dans tous les sens du terme. (pc)

hhevaHheva : Her FrozenHeart Bore the Weight of a Thousand Stars (Geräuschmanufaktur, 2014)
Je m’interrogeais l’autre jour sur le post-indus (ou indus ambiantique) de Hheva (Drenched in the Mist of Sleep), et voilà qu’il me faut déjà revoir mes conclusions. Car Her FrozenHeart Bore the Weight of a Thousand Stars, c’est un autre Hheva, on croirait presque : doom sous valium, ténèbres planantes et profondes comme des tambeaux (c’est de moi), bref surprenant et même décisif : j’applaudis les Maltais ! (pc)

wölfli nurse with wound lsdg

Commentaires [0] - Permalien [#]

Cassettes expéditives : Hheva, Andreas Brandal, Talweg, Vomir, Sloth, Josselin Arhiman

cassettes expéditives le son du grisli septembre 2014

hheva

Hheva : Drenched in the Mist of Sleep (Diazepam, 2014)
Voilà pour moi tout d’abord du travail bien rustre : dégager la cassette de sa gangue de cuir (de cuir, vraiment ?) ficelée façon paquet grand-mère. Cela fait, offrons une oreille attentive au projet maltais de musique « post-industrielle », Hheva : grosse basse, des percussions à la Z’EV et des vocals dans le fond. Le post-indus, ce serait donc de l’indus ambientique… Pourquoi pas.

andreas brandal then the strangestAndreas Brandal : Then the Strangest Things Happened (Stunned, 2011)
Or voilàtipa qu’Andreas Brandal sème le doute : son synthé analogique, sensible aux vibrations, diffuse une autre ambient sur laquelle le monsieur tapera fort. Chocs ferreux, sifflets, surprises de toutes espèces, Brandal ne ménage ni son auditeur ni ses instruments, dans un délire sonore que l’on qualifiera de vangoghien.

andreas brandal turning pointAndreas Brandal : Turning Point (Tranquility Tapes, 2012)
Et quand ce n’est pas Van Gogh qui nous inspire le Brandal, c’est William Friedkin. Peut-on parler d’ambient pour la sorte de B.O.de film de frousse qu'est Turning Point ? Une loop et un clavier minimaliste suffisent à m’hypnotiser et les bribes de mélodies pop nous cachent ce qui nous attend : la frousse, donc, d’une ambient toute kampushienne (autrement dit : élevée en cave).

talwegTalweg : - (Anarcho Freaks, 2014)
Pourtant, des caves, j’en ai fréquentées, parfois contraint et forcé moi aussi. Et en frousse, je m’y connais – dois-je balancer les noms de Substance Mort & Hate Supreme ? Alors, je retrouve mon minotaure : vite fait (la bande n’est pas longue) mais bien fait. En face A, la batterie assène et les voix donnent fort, accordées sur un même diapason hirsute. En face B, deux autres morceaux se répondent (le second se nourrirait peut être même du premier, dont il renverserait les pistes ?) dans un genre folk gothique : poignant !

sloth vomirVomir / Sloth : Split (Sloth, 2014)
Vomir et Sloth (de l'Ohio) ont-ils choisi le format cassette pour s’essayer au grabuge sur platine ? Mais des platines utilisent-ils seulement ? Si « que de questions ! », c’est que leur split les pose. Car Sloth donne dans un harsh noise qu’on imagine le fruit de la rencontre d’un saphir sautillant et d’un vinyle 156 tours gondolé, et que si Vomir c'est à force de tourner sur un 16,5 tours rayé. Le pire, c’est que ça marche : la cassette n’arrête pas d'autoreverser. 

josselin arhiman

Josselin Arhiman : Grains de table (Hum, 2013)
Dans le vomi(r), j’ai trouvé des grains de table ! Josselin Arhiman (normalement pianiste) ne donne pas que dans le piano (& pas que dans le jeu de mots non plus)... Mais en plus dans des jeux de construction électronique qui vibrionnent, dronent, scient, assaillent, à vous de choisir. Toujours ludiques, pas toujours hostiles, ces Grains de table valent qu’on y jette nos portugaises (qu’elles soient, après l’écoute de cette salve de cassettes, entablées ou non).

Commentaires [0] - Permalien [#]
>