Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Lettre ouverte de Joëlle Léandre aux Victoires du jazzle son du grisli #3Conversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Yves Dormoy, Rodolphe Burger: Planetarium (Dernière bande - 2005)

dormoygrisli

D’une collaboration à la Cité de la Villette, faire un disque. Les sciences, pour l’option prise par Yves Dormoy et Rodolphe Burger sur une musique des sphères ; l’industrie, pour la mise sous presse d’un enregistrement mené par les mêmes pour le compte du label Dernière bande.

Sur un Planetarium qu’il a pour beaucoup composé, Dormoy pose saxophone et clarinette, programme, donne à entendre des souvenirs enregistrés de hall d’aéroports, de voix dont lui seul connaît le visage. Envoûté par un Japon rouge de néon, il succombe parfois à l’exotisme moderne touchant l’homme écrasé par les tours de verre. Au pays de la technologie, il se rend aussi compte que ses appareils commencent à dater (Chut…), et l’atmosphère de devenir impossible de lourdeur naïve (Story Tellers, Song for Aichi).

Pour calmer un peu les esprits, s’en remettre aux prises de anches. Compositeur impeccable, Dormoy sert ses mélodies avec délicatesse (Ne change rien), conduit un blues déconstruit (Stars Way), ou laisse, timide, la parole à quelques brouillons de guitare. Pour son infortune, d’ailleurs, lorsque l’ensemble cherche à prendre de la hauteur, alors que les musiciens n’y voient clair qu’en bas.

En bas, les méandres obscurs où Burger et Dormoy trouvent leur salut : dans la déclinaison intelligente d’un thème (Alan Turing), dans l’entier don de soi au presque rien (Radio Altimeter), dans l’habileté à trouver des soutiens de choix (Antoine Berjeaut sur Preflight Contact, Benoît Delbecq sur Ne change rien). Enfouis, ils démontrent leur maîtrise de la situation, et donnent l’exemple qu’on peut ne pas accomplir tout à fait ses rêves, et très bien gérer son rapport au réel.

CD: 01/ Story Tellers (Ornette in Tokyo) 02/ Chut… 03/ Comme si 04/ Alan Turing 05/ Radio Altimeter 06/ Gagarine 07/ Stars Way 08/ Preflight Contact 09/ Souls On Board 10/ Ne change rien 11/ Song for Aichi

Yves Dormoy, Rodolphe Burger - Planetarium - 2005 - Dernière bande. Distribution Chronowax.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>