Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Alva Noto : Xerrox Vol.3 (Raster-Noton, 2015)

alva noto xerrox vol

Prolifique (mais alva-silencieux depuis quelque temps), Carsten Nicolai en est déroutant… En écoutant le troisième volume de Xerrox, je m’aperçois qu’ainsi (quoi ?) il y a déjà eu deux Xerrox de son Alva Noto et que je suis passé à côté. Je pourrais rattraper mon retard, vous me direz, et moi je répondrais « ça se pourrait bien ».

Une musique encore plus électrisante qu’électrique (un sticker devrait nous prévenir du danger à l’approche de ces nappes de synthés qui circulent comme des bancs de poissons de Miyazaki) et encore plus profonde (basses, mes amies) que tout ce que j’ai entendu du projet de Nicolai. Pop-impressionniste, nostalgico-naïf de temps en temps, l’ambient du vol.3 évoquera le duo Eno / Budd, mais en plus moderne (modo = temps présent). Et mon temps présent à moi est celui qu’Alva Noto fait, même si c’est à rebours : vol.3, vol.2, vol.1.



Alva Noto : Xerrox Vol.3 (Raster-Noton)
Edition : 2015.
CD : 01/ Xerrox Atmosphere 02/ Xerrox Helm Transphaser 03/ Xerrox 2ndevol 04/ Xerrox Radieuse 05/ Xerrox 2ndevol2nd 06/ Xerrox Isola 07/ Xerrox Solphaer 08/ Xerrox Mesosphere 09/ Xerrox Spark 10/ Xerrox Spiegel 10/ Xerrox Exosphere
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Greie Gut Fraktion : reKonstruKtion (Monika Enterprise, 2011)

greie_gut_fraktion_rekonstruktion

Rapprochement à demi-réussi (seulement) entre la jeune Finlandaise de Berlin AGF (aka Antye Greie) et  la légendaire Gudrun Gut, figure du Kreuzberg underground eighties avec son punk band Malaria et patronne de longue date du label Monika, Baustelle déclinait voici deux ans les bruits de chantier (d’où son titre) au son d’un electro-pop minimaliste et sombre. Réussi par instants, dont l’obsédant Drilling An Ocean et la relecture spoken word du hit de Palais Schaumburg Wir Bauen Eine Neue Stadt, inconsistant en d’autres, l’exercice n’appelait à priori pas à la tentation facile du remix – qui est pourtant réussi avec acuité, sinon brio.

Parmi les titres retenus (les moins ont été laissés de côté, et c’est tant mieux), certains bénéficient d’un regard extérieur leur donnant une réelle plus-value sonore, voire totalement inédit à tel point qu’on n’identifie plus grand-chose de l’objet initial (notamment le Drilling An Ocean sous les doigts menaçants de Mika Vainio). Toujours formidablement en phase, Wolfgang Voigt confronte Wir Bauen Eine Neue Stadt au son martial de son génial piano sous beats techno – à la manière de son terrifiant Freiland Klaviermusik sorti l’an dernier.

Egalement identifiable au bout de quelques secondes, le son de Natalie Beridze insuffle à We Matter une touche poétique sous calmants électroniques, là où le traitement motorique de Jennifer Cardini sur Make It Work accapare sans réellement captiver. Autrement plus étonnant est le regard de Barbara Morgenstern sur Cutting Trees (mais il me laisse de marbre) tandis qu’Alva Noto est en pilotage automatique sur, lui aussi, Wir Bauen Eine Neue Stadt.

EN ECOUTE >>> Wir Bauen Eine Neue Stadt (Alva Noto)

Greie Gut Fraktion : reKonstruKtion (Baustelle Remixe) (Monika Enterprise)
Edition : 2011.
CD : 01/ Drilling An Ocean (AGF) 02/ Wir Bauen Eine Neue Stadt  03/ Wir Bauen Eine Neue Stadt (Wolfgang Voigt) 04/ Drilling An Ocean 05/ Ready Ready 06/ Black Betwixt Darkness 07/ The Far Field (WNYC Remix) 08/ The Serpentine Way 09/ Compounding Daydream 10/ Fabian Fox 11/ The Waves And The Beat 12/ Wir Bauen Eine Neue Stadt (Alva Noto)
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Alva Noto, Ryuihi Sakamoto : Summvs (Raster-Noton, 2011)

alva_noto_sakamoto_summvs

A la vision des protagonistes en présence, on ne vous fera pas l’injure de rappeler les nombreux hauts faits d’armes de leurs discographies respectives, on ne peut que s’attendre à un événement incontournable, sinon musical, du moins médiatique. A vrai dire, nous aurions aimé ne dire que du bien de Summvs (somme, dans l’idiome éteint de Néron et Brutus) mais l’honnêteté la plus élémentaire ne peut taire quelques agacements.

Alors que l’électronicien allemand et le compositeur japonais en sont déjà à leur cinquième collaboration, un sentiment diffus de laisser-aller – certains évoqueront même la notion de paresse – imprègne les cinquante-six minutes du disque. Non que ce soit de mauvais goût, les deux gaillards savent ce qu’ils font, même trop bien, simplement nous avons trop pris l’habitude de nous extasier devant leurs travaux précédents pour ne pas en apercevoir les plus voyantes ficelles.

Notes éparses de piano chez l’un, elles nous font toutefois pleinement regretter Un autre décembre de Sylvain Chauveau, interventions numériques chez l’autre, on leur préférera sans doute la bien plus pertinente confrontation ANBB de l’an dernier, tout concours à la balise d’un sentier tellement familier qu’on finit par ne plus trouver de surprise ni même de plaisir. D’autant plus regrettable que le duo germano-nippon nous avait récemment tapé dans l’oreille avecutp_, splendide live réalisé avec l’Ensemble Modern pour le quatre centième anniversaire de la ville de Mannheim, doublé d’un DVD absolument fascinant.  

Alva Noto, Ryuichi Sakamoto : Summvs (Raster-Noton)
Edition : 2011.
CD : 01/ Microon I 02/ Reverso 03/ Halo 04/ Microon II 05/ Pionier IOO 06/ Ionoscan 07/ By This River 08/ Naono 09/ Microon III 10/ By This River – Phantom
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Alva Noto : For 2 (Line, 2010)

frogrislinoto

Personnage ardemment défendu sur le Grisli, Alva Noto compile sur For 2 les compositions dédiées à des personnages du vingtième siècle, du cinéaste russe Andrei Tarkovsky au dramaturge allemand Heiner Müller en passant par le  musicien américain Phill Niblock. En avant pour un très intéressant aperçu de la vie parallèle de l’auteur de Unitxt, entre 2003 et 2007.

Davantage inspiré par un esprit ambient qui confine au néo-classiscisme tel que l’imaginerait Wolfgang Voigt (alias GAS), Carsten Nicolai n’oublie toutefois pas complètement le minimalisme de ses beats, ceux qui nous excitent tant sur son label Raster-Noton (Garment, 13). Ici penché sur l’héritage indispensable de la musique concrète de Francisco López (Villa Aurora), là impregné d’un faux jazz viennois que pratiquerait Kai Fagaschinski aux côtés de Philip Glass (Argonaut), For 2 dévoile les multiples facettes méconnues de son auteur. Explorateur des espaces interstellaires, à l’instar de Lawrence English mais aussi de Brian Eno, le musicien de Chemnitz sublime le beau dans la pérennité alors que, trop souvent rangé dans la catégorie des producteurs d’une techno squelettique qui n’en demeure pas moins indispensable, il pourrait se contenter de capitaliser sur la recette d’une relative et bien illusoire notoriété.

Alva Noto : For 2 (Line)
Edition : 2010.
CD : 01/ Garment For A Garment 02/ Villa Aurora For Marta Feuchtwanger 03/ Pax For Chain Music 04/ Argonaut For Heiner Müller 05/ Stalker For Andrei Tarkovsky 06/ Sonolumi For Camera Lucida 07/ Interim For Dieter Rams 08/ T3 For Dieter Rams 09/ Early Winter For Phill Niblock 10/ Anthem Berlin For The Kingdom Of Elgaland-Vargaland 11/ Ans For Evgeny Murzin 12/ Argonaut-Version For Heiner Müller
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

ANBB : Ret Marut Handshake (Raster Noton, 2010)

angrislibb

Tout bien réfléchi, la collaboration entre  alva noto / Carsten Nicolai et Blixa Bargeld fait partie de l’ordre naturel des choses – tels les deux pôles d’un même globe tournoyant autour d’un axe Berlin-Chemnitz.

Admirable créateur de beats qui assèchent les marais pour mieux donner l’envie putride de secouer les muqueuses, le co-boss du label Raster-Noton n’est pas à son coup d’essai en matière de duo incandescent. Un coup dans le rétro, pas trop loin ? Mais oui, vous y êtes, c’était en 2008, année de sortie de l’importantissime unitxt (notre incontestable album de cette année-là). Et qui trouvait-on au micro aux côtés de M. Nicolai ? Le poète français Anne-James Chaton et son timbre grave, au flow inimitable récitant des billets d’avion et des numéros de cartes de crédit trouvés dans la poche de l’homme de l’ex-Karl-Marx-Stadt.

Figure éminente du Kreuzberg des années 80 à l’ouest du Mur jusqu’aux scènes internationales de notre temps (des sold out réguliers à l’Ancienne Belgique de Bruxelles, par exemple), Blixa Bargeld préside aux commandes d’Einstürzende Neubauten avec une telle régularité dans l’exigence sonore que son seul nom est devenu synonyme de légende. Auteur de morceaux de bravoure inégalés, quel que soit le côté du Rhin – citons en vrac des titres tels que Meine Seele Brennt ou Halber Mensch – le spoken word du Berlinois prend évidemment toute sa place revendicatrice aux côtés de la pyromanie technoïde d’alva noto.

Réellement impressionnant de diversité, le maxi-45 T (oh, doux terme vintage) Ret Manut Handshake explore diverses facettes d’une musique made in Germany anno 2010. Abordant l’allemand ou l’anglais – dont une reprise terrrrrrrible de l’air traditionnel américain I Wish I Was A Mole In The GroundNicolai et Bargeld témoignent d’une formidable complicité tout au long des cinq titres. Qu’il s’agisse d’une construction autour d’un squelette techno (le morceau-titre), ou d’une mélopée néo-classique aux inquiétants contours electronica (Bernsteinzimmer), les dimensions hors-normes du projet le rendent dès aujourd’hui pleinement indispensable.

ANBB : Ret Marut Handshake (Raster-Noton / Metamkine)
Edition : 2010.
CD : 01/ Ret Marut Handshake 02/ One 03/ Electricity Is Fiction 04/ Bernsteinzimmer 05/ I Wish I Was A Mole In The Ground
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Alva Noto, Ryuichi Sakamoto, Ensemble Modern : Utp (Raster Noton, 2009)

alvanosli

Troisième projet commun à Carsten Nicolai et Ryuichi Sakamoto, Utp donne à entendre et à voir – le label Raster Noton ayant choisi de coupler ici CD et DVD – le couple donner un concert en compagnie de l’Ensemble Modern.

D’ordinaire appliqué à défendre de grands travaux de musique contemporaine, l’ensemble investit l’exercice au son de grands coups d’archets qu’il dépose sur un drone traînant, avant d’agir avec plus de discrétion lorsque Sakamoto ose quelques notes de piano sur un bip à la sonorité d’hier – musique électronique que le Japonais a toujours appréciée, élevée entre modernité et archaïsme.

Plus loin, des vignettes atmosphériques au discours mélodique évaporé défilent, comparent leurs mécaniques : notes à distance faisant toute confiance aux volutes porteuses du décorum de Broken Line 1 ; transport sur écho léger d’autres notes de piano et de pizzicatos rapides sur Broken Line 2 : Nicolai modelant, sans rien laisser paraître de ses intentions, la forme ultime de l’échange : sensible et assez vaste.

Alva Noto, Ryuichi Sakamoto, Ensemble Modern : Utp (Raster Noton / Metamkine)
Edition : 2009.
CD : 01/ Attack Transition 02/  Grains 03/ Particle 1 04/ Transition 05/ Broken Line 1 06/ Plateaux 1 07/ Silence 08/ Particle 2 09/ Broken Line 2 10/ Plateaux 2 (End)
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>