Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Jason Lescalleet : Much To My Demise (Kye, 2014)

jason lescalleet much to my demise

J’ai passé quelques (en fait de nombreuses) minutes à materscruterdétailler cette pochette de LP, à me demander ce qu’il y avait dessus (voire derrière !, je le con-fesse). Pendant ce temps le disque tournait et peu à peu mon regard s’est perdu dans le blanc de ses sillons et mon oreille a pris le dessus.

C’est elle qui cherchait maintenant quels instruments avait bien pu utiliser Jason Lescalleet sur ces trois pièces d’un « calme » hypnotisant. Un piano (déjà) dont jouerait un élève avec l’endurance de l’apprenti. Mais après ? Il y a bien une mélodie, mais l’instrument, quoi ? Un orgue, des voix ralenties, un peu de vent ? Impossible à dire car il y dans le Lescalleet de Much to My Demise quelque chose du Moondog du coin de la rue et du Mandrake bruiteur. Epierscruterreconnaître ne sert à rien. Il faut se laisser faire avec ces trois merveilleux morceaux cachés derrière un rideau occultant – une guitare, sans doute, en feedback pour la troisième pièce ? L’occulte est le charme de ce Lescalleet pacificateur.

Jason Lescalleet : Much To My Demise (Kye)
Edition : 2014.
LP : A1/ A Misinterpretation of A Mispronunciation A2/ The Tragedy of Man – B/ My Dreams Are Dogs That Bite Me
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

ENOUGH!!! (Monotype, 2013)

enough!!!

Mais que trouve-t-on derrière ces trois points d’exclamation ?... Très bien... Ce n’est pas un, non ce n’est pas deux, mais bien trois dark-bruitistes ambianceurs qui vont vous faire mettre genou à terre, j’ai nommés : CM von Hausswolff, Jason Lescalleet et Joachim Nordwall.

Inutile de donner un titre à la chose enregistrée (le 20 décembre 2011 à l’Issue Project Room), les trois musiciens ont trop à faire. Ils nourrissent par exemple des aigus pour qu’ils persistent, concoctent des mini phases rythmiques, mettent le dernier tour d’écrou à un monstre de métal qui prend tout l’espace de la salle des machines… Soudain, la machine se met à léviter, elle se grippe et crache des bruits concrets. Mais l’expérience d’Hausswolff, Lescalleet et Nordwall fait que tout rentre dans l’ordre. Et même si, individuellement, les bidouilleurs se sont montrés plus efficaces (à mon sens : Mater Transfer pour le premier, The Pilgrim pour le deuxième et Soul Music pour le dernier), j’ai pris mes airs de bonimenteur pour vous convaincre qu’ENOUGH!!! vaut quand même farouchement le coup.

écoute le son du grisliENOUGH!!!
(extrait)

ENOUGH!!! : - (Monotype)
Enregistrement : 20 décembre 2011. Edition : 2013.
CD : 01/ -
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>