Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Conrad Schnitzler, Andreas Reihse : Con-Struct (M=minimal, 2012)

conrad shnitzler con-struct

Beaucoup de sons de Conrad Schnitzler m’ont laissé pantois pour ne pas dire circonspect. Si ce que ce Tangerine Dream a apporté à la musique électronique est indéniable, ces notes synthétiques d’un autre âge (forcément) me laissent généralement de glace. Cette introduction pour dire que sur Con-Struct cette sorte de son m’a encore chiffonné l’oreille.  

Des Con qui parsèment la discographie de Schnitzler, Con-Struct est donc le dernier. Il a été enregistré avec Andreas Reihse (de Cologne et de Kreidler) : des morceaux numérotés de 9 à 16 qui font suite à neuf premiers Con-Struct gravés sur un autre disque du mêle label par Schnitzler, Borngräber & Strüver (vous suivez ?). Je ne reviendrai pas sur l’old school motorischo-digitale dont j’ai parlé un peu plus haut. Mais il me faut ajouter que quelques-uns de ces Con-Struct (9, 10, 14 & 17) apportent un peu de nouveauté : les beats ou les modulations de fréquence peuvent par exemple anéantir tous les effets nocifs, des boucles (comme celle d’un piano sur le titre de conclusion) peuvent être ralenties au point de dérouter l’auditeur… Voilà pourquoi on ne peut pas vraiment démolir Con-struct, qui est en plus le testament de Schnitzler...

Conrad Schnitzler, Andreas Reihse : Con-Struct (M=minimal)
Edition : 2012.
CD / LP / Téléchargement : 01-09/ Con-Struct 9-Con-Struct 16
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Eric Deshayes: Au-délà du rock (Le mot et le reste - 2007)

au_dela_du_rockgrisliDu site Internet Néosphères dont il a la charge, Eric Deshayes a tiré sa légitimité pour écrire une histoire du rock allemand des années 1970 (autrement appelé, pour faire vite et schnell, Krautrock): Au-delà du rock, la vague planante, électronique et expérimentale allemande des années 70.

Après avoir succinctement exposé les forces musicales en présence au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale (influences des groupes rock / psychédélique aux côtés des recherches plus sérieuses de l’Ecole de Darmstadt), Deshayes explique une situation politique et sociale favorable à la (contre) culture de jeunes comptant, via la musique ou le théâtre, faire valoir un droit de révolte. L’époque (1966-1968) et les enjeux s’y prêtant, Berlin voit émerger une scène rock instrumental, faite de musiciens venus de tous horizons (rock, pop, classique, jazz) oeuvrant au creux de vapeurs de substances illicites, et dont la cohérence sera révélée en 1968, lors du Festival d’Essen. Ainsi, la fin des années 1960 voit s’imposer quelques groupes de taille : Can, Organisation (qui deviendra, en 1970, Kraftwerk), Neu !, premiers ressortissants convaincants d’une Kosmische Musik en devenirs - de splits en transformations d’intentions hypnotiques en discours pop, new age ou expérimental.

S’ensuit un panorama exhaustif des groupes concernés, ordonné selon l’alphabet – passés au crible, les groupes (Agitation Free, Ash Ra Templ, Tangerine Dream, Can, Faust, Neu ! ...) et les musiciens papillonnant (Conrad Schnitzler, Dieter Moebius, Klaus Schulze, Asmus Tietchens) -, de producteurs ou managers d’importance (Connie Plank), de personnages capables d’influence (Joseph Beuys, Stockhausen) et de quelques labels (Brain Records, Virgin). Pratique, l’ouvrage s’avère complet (et épais, donc), ménageant l’histoire et l’anecdote pour mieux aborder dans le détail un propos pourtant éclaté. Seul point regrettable - mais à relativiser selon les goûts du lecteur -, la rigidité factuelle du style, adéquate, cependant, à toute lecture du livre faite sur le rythme binaire de la musique Motorik.

Eric Deshayes, Au-delà du rock, la vague planante, électronique et expérimentale allemande des années 70, Editions Le mot et le reste, 2007. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>