Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Conrad Schnitzler, Andreas Reihse : Con-Struct (M=minimal, 2012)

conrad shnitzler con-struct

Beaucoup de sons de Conrad Schnitzler m’ont laissé pantois pour ne pas dire circonspect. Si ce que ce Tangerine Dream a apporté à la musique électronique est indéniable, ces notes synthétiques d’un autre âge (forcément) me laissent généralement de glace. Cette introduction pour dire que sur Con-Struct cette sorte de son m’a encore chiffonné l’oreille.  

Des Con qui parsèment la discographie de Schnitzler, Con-Struct est donc le dernier. Il a été enregistré avec Andreas Reihse (de Cologne et de Kreidler) : des morceaux numérotés de 9 à 16 qui font suite à neuf premiers Con-Struct gravés sur un autre disque du mêle label par Schnitzler, Borngräber & Strüver (vous suivez ?). Je ne reviendrai pas sur l’old school motorischo-digitale dont j’ai parlé un peu plus haut. Mais il me faut ajouter que quelques-uns de ces Con-Struct (9, 10, 14 & 17) apportent un peu de nouveauté : les beats ou les modulations de fréquence peuvent par exemple anéantir tous les effets nocifs, des boucles (comme celle d’un piano sur le titre de conclusion) peuvent être ralenties au point de dérouter l’auditeur… Voilà pourquoi on ne peut pas vraiment démolir Con-struct, qui est en plus le testament de Schnitzler...

Conrad Schnitzler, Andreas Reihse : Con-Struct (M=minimal)
Edition : 2012.
CD / LP / Téléchargement : 01-09/ Con-Struct 9-Con-Struct 16
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Kreidler : Mosaik 2014 (Italic, 2009)

kreisli

Deux albums impeccables – Week End (1996) et Appearance And The Park (1998) – ont permis à Kreidler de s’imposer parmi les plus notoires représentants de la féconde scène post-(kraut)rock des années 1990. Avec Mosaik 2014, le groupe – désormais réduit à un trio depuis le départ de Stefan (Mapstation, To Rococo Rot) Schneider – rompt un long silence discographique, son dernier album, Eve Future Recall, datant de 2004.

Faute d’être exceptionnel, ce retour s’avère tout à fait séduisant, Thomas Klein, Andreas Reihse et Detlef Weinrich faisant preuve d’une aisance intacte dans l’art si délicat du soundwriting. Disque modeste, Mosaik 2014 n’opère certes pas de grand bouleversement stylistique mais témoigne d’une appréciable aptitude au renouvellement, doublée d’un sens aiguisé du détail et des arrangements. Durant neuf morceaux (tous instrumentaux), synthés sinueux et rythmiques métronomiques s’entrelacent harmonieusement, déployant un moelleux tapis sonore sur lequel l’auditeur se laisse planer avec une douce volupté. De ce parcours en neuf étapes, le bien nommé Impressions d’Afrique, aux inflexions tribales prononcées, constitue à n’en pas douter le grisant point d’acmé.

Kreidler : Mosaik 2014 (Italic / Module)
Edition : 2009.
CD : 01/ Mosaik 02/ Zero 03/ Marauder 04/ Brass Cannon 05/ High Wichita 06/ European Grey 07/ Doom Boys 08/ Impressions D'Afrique 09/ Luminous Procuress 10/
Jérôme Provençal © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>