Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Peter Brötzmann Graphic WorksAu rapport : Rock In Opposition XParution : Du piano-épave de Ross Bolleter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Wooley, Rempis, Niggenkemper, Corsano : From Wolves to Whales / Ballister : Worse for the Wear (Aerophonic, 2015)

nate wooley dave rempis pascal nigeenkemper chris corsano from wolves to whales

L’idée d’entendre une formation qui réunirait Dave Rempis et Nate Wooley – pour dire vite : deux des plus brillants instrumentistes (issus du jazz) de leur génération – commençait à dater. Il y a un an, elle finissait par éclore : sur scène (trois concerts new yorkais) puis en studio. From Wolves To Whales est ainsi le premier disque d’un quartette dans lequel on trouve aussi (et même « encore ») Pascal Niggenkemper et Chris Corsano.

L’occasion n’a pas été manquée de concilier art de la voltige et goût prononcé pour l’expérimentation. Un air de salive en circuits – le temps pour Wooley de s’extraire de son instrument – et les souffleurs dévalent une première improvisation à étages. Avec adresse, le groupe maintient l’équilibre entre énergie et invention dans sa quête de Swingin’ Apoplexy, pour reprendre un des titres du disque. Les boucles d’alto révélées sur les souffles aphoniques de la trompette (qui montrera sur Count Me Out qu’elle aussi sait faire tourner un motif) et les grippements intentionnels de la contrebasse sur les chahuts de la batterie relativisent alors : pourquoi craindre les risques d’un fantasme qu’on concrétise ?

Nate Wooley, Dave Rempis, Pascal Niggenkemper, Chris Corsano : From Wolves to Whales (Aerophonic)
Enregistrement : 10 février 2014. Edition : 2015.
CD : 01/ Slake 20/ Serpents Tooth 03/ Stand Up for Bastard 04/ Swingin’ Apoplexy 05/ Count Me Out
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

ballister worse for the wear

Moins de nuances peut-être, mais toujours les mêmes effets. Sur son cinquième enregistrement, Ballister développe son swing nerveux quand il ne le couche pas plutôt – sous les doigts de Lonberg-Holm, des sonorités peu communes, sur lesquelles Rempis surfe parfois, enrichissent le vocabulaire du trio. A tel point que la marche déviante de Vulpecula insiste : Worse for the Wear un Ballister indispensable.  





Ballister : Worse for the Wear (Aerophonic)
Enregistrement : 28 mars 2014. Edition : 2015.
CD : 01/ Fornax 02/ Scutum 03/ Vulpecula
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

john coltrane luc bouquet lenka lente

Commentaires [0] - Permalien [#]

Ballister : Mi casa es en fuego (Ballister, 2013) / Pandelis Karayorgis : Circuitous (Driff), 2013)

ballister mi casa es en fuego

Cette maison incendiée devant public, le 7 avril 2012, par Ballister (Rempis, Lonberg-Holm et Nilssen-Love) est la Casa del Popolo de Montréal. Même si pyromane, le trio fait preuve de patience : choisit lentement un coin où faire naître une étincelle, engendre une première flamme (archet du violoncelliste et batterie s’y employant avec endurance) qu’il entretiendra à coups de solos impétueux (Rempis à l’alto d’abord) et de brusques embardées de concert.

Bientôt – la fumée, peut-être –, le trio vacille mais exulte toujours : modules nerveux et répétitions affirmées jusqu’au dernier souffle ; enfin, la marche contrariée mais vaillante de Smolder (le temps duquel Lonberg-Holm passe à la guitare) et les derniers coups défaits de Phantom Box System en disent long sur une torpeur aussi inspirante que fut étourdissant le brasier qui la précéda. Reste à Rempis, au ténor et au baryton, d’apaiser les esprits et de promettre l’ouverture d’une cellule de crise. On préférera cependant faire longtemps avec l’enivrant trauma.

Ballister : Mi casa es en fuego (Ballister)
Enregistrement : 7 avril 2012. Edition : 2013.
CD : 01/ Cockloft 02/ Smolder 03/ Phantom Box System
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

pandelis karayorgis quintet circuitous

D’un premier voyage fait de Boston (où il réside) à Chicago en 2007, le pianiste Pandelis Karayagis a pensé un quintette. A l’intérieur – comme l’atteste cet enregistrement de concert donné le 16 janvier 2012 –, trouver Dave Rempis, Keefe Jackson, Nate McBride et Frank Rosaly. Maladresse possible, lorsqu’il faut aux partenaires suivre les compositions un brin précieuses du pianiste ; gêne, lorsque Karayorgis ne mesure pas combien son piano clinque ; indulgence, lorsque Rempis et Jackson s’emparent des reines pour, avant toute chose, nouer bien fort les cordes du piano.

Pandelis Karayorgis : Circuitous (Driff)
Enregistrement : 16 janvier 2012. Edition : 2013.
CD : 01/ Undertow 02/ Nudge 03/ Swarm 04/ Circuitous 05/ Vortex 06/ Evenfall 07/ Blue Line 08/ Here in July 09/ Souvenir
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Ballister : Mechanisms (Clean Feed, 2012)

ballister mechanisms

En concert à Chicago, Dave Rempis (saxophones ténor et baryton), Fred Lonberg-Holm (violoncelle, electronics) et Paal Nilssen-Love (batterie) improvisèrent trois titres : consignés en Mechanisms, ils sonnent le retour de Ballister.

Rempis sait qu’il existe deux façons d’allumer un feu : la percussion ou la friction. Ainsi confie-t-il la première à Nilssen-Love, la seconde à Lonberg-Holm, pour s’occuper du reste en toute liberté. Par le reste, entendre l’entretien de la flamme : par spirales tracées au ténor qui remplissent l’espace d’un souffle neuf, motifs dont l’intensité est revendiquée par chacune des notes qui les composent, répétitions qui insistent jusqu’au dérapage qui grippera la machine, sifflements qu’avalent parfois l’électronique de Lonberg-Holm, salves crachées qui ont valeur de phrases définitives…

Eprouvant avec une ingéniosité rare la force d’invention et la résistance de Rempis, Lonberg-Holm et Nilssen-Love la subliment. Au point que le second enregistrement de Ballister est une référence aussi indispensable à la courte discographie du groupe qu’à celles, plus impressionnantes, de chacun de ses trois membres.



Ballister : Mechanisms (Clean Feed / Orkhêstra International)
Enregistrement : 24 novembre 2010.
CD : 01/ Release Levers 02/ Claplock 03/ Roller Nuts
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Ballister : Bastard String (Dave Rempis, 2010)

bastardgrisliEnregistrement d’un concert donné à Chicago publié par Dave Rempis en personne, Bastard String donne à entendre le saxophoniste en trio du nom de Ballister qu’il compose avec le violoncelliste Fred Lonberg-Holm (son partenaire au sein du Vandermark 5) et le batteur Paal Nilssen-Love.

C’est d’abord une demi-heure d’improvisation que la conjugaison de trois emportements dispense d’introduction délicate. Sur abrupts allers et retours d’archet et force de frappe marquée du sceau « PNL », Rempis n’aura plus qu’à passer d’alto en ténor et de ténor en baryton avec une verve remarquable. Caisses et cymbales dévolues au tangage, Nilssen-Love oppose son art de la ronde bosse aux bas (solo d’électronique étouffée de Lonberg-Holm ou entier morceau-titre aux divagations quiètes de solistes indépendants) et hauts reliefs (saillies déclamatoires de Rempis et autres renfrognements communs faits efficaces moyens d’expression) de ses associés. Rappelons le nom de l’association : Ballister, qui tournait encore en novembre dernier.

Ballister : Bastard String (Dave Rempis, 2010)
Enregistrement : 16 juin 2010. Edition : 2010.
CD : 01/ Belt and Claw 02/ Bastard String 03/ Cocking Lugs
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>