Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Au rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Sven-Åke Johansson : The 80's Selected Concerts (SÅJ, 2014)

sven-ake johansson 80's selected concerts

Veillant à la bonne garde et à la restauration de précieux documents archéologiques, de bienveillants ingénieurs du son (ici Christian Fänghaus ou les musiciens eux-mêmes) ont su documenter Sven-Åke Johansson tout au long des eighties. Ainsi :

Le 6 septembre 1990 à Berlin, SÅJ, Wolfgang Fuchs et Mats Gustafsson se répondaient du tac au tac et naissait une utopique fanfare. Clarinettiste et saxophoniste faisaient concours de babillages. Les prises de becs (mémorables !) ne se calculaient plus. L’accordéoniste et le clarinettiste sectionnaient l’horizon. Wolgang Fuchs jouait au crapahuteur chevronné. Sven-Åke Johansson devenait prolixe et inspiré-inspirant. Mats Gustafsson, tout juste la trentaine, ne jouait pas encore au fier-à-bras (depuis…). Précieux document que celui-ci.

A Berlin, un jour oublié de l’an (19)85 un pianiste et un percussionniste combattaient la routine. L’un faisait se télescoper ses claviers acoustique et électronique, débordait de tous côtés tandis que l’autre, émerveillé, frappait et grattait les surfaces passant à sa portée. Instables et fiers de l’âtre, Richard Teitelbaum et Svan-Åke Johansson jouaient à se désarticuler l’un l’autre. Zappant d’une cime à l’autre, parcourant la caverne aux sombres réverbérations, crochetant quelques virages brusques, ils perçaient l’insondable et y prenaient plaisir. Et au mitan de ce trouble magma, le batteur prenait le temps de « friser » en grande vitesse (et haute sensibilité) renforçant ainsi son statut de percutant hors-norme(s).

A Berlin, le 18 mars 1991, ils étaient cinq teutons (Günter Christmann, Wolfgang Fuchs, Torsten Müller, Alex von Schlippenbach, Tristan Honsinger) et un teuton d’adoption (Sven-Åke Johansson) à croiser leur(s) science(s). Il y avait de faux mouvements de jazz, des souffleurs sans états d’âme, un violoncelliste imposait des lignes franches, le pianiste dévastait son clavier (normal : AvS !), on investissait le centre et on ne le quittait pas, violoncelle et piano s’isolaient pour mieux s’agripper, on décrochait des tensions-détentes… Et si n’étaient ces shunts systématiques, on classerait cet enregistrement parmi les plus évidentes références de la fourmilière improvisée.
 
A Umeå, en novembre 1989, on retenait les cymbales frémissantes du leader, le fin caquetage du sopranino de Wolfgang Fuchs, le trombone-poulailler de Günter Christmann, les crispations d’un violoncelle extravagant. Extravagant, ce cher Tristan Honsinger (qui d’autre ?), et la plupart du temps lanceur et guide d’alertes toujours soutenues par ses trois amis. Risque de décomposition, remous grandissants, souci de ne jamais récidiver, stratigraphie contrariée, voix sans assise, césures permanentes, disgracieux babillages, décapant duo violoncelle-accordéon, jungle déphasée : soit l’art de se rendre profondément ouvert à l’autre.

Au Dunois parisien en 1982, la guitare d’acier d’Hans Reichel réveillait les morts, un flipper passait par là, l’essaim Rüdiger Carl piquait à tout-va, Steve Beresford encanaillait un vieux standard, un cabaret improbable s’installait, la samba était d’épouvante et tous jouaient aux sales gosses (le batteur-accordéoniste semblait y prendre plaisir). A la fin du voyage, l’évidence s’imposait : le désordre avait trouvé à qui parler.


saj selected concerts

Sven-Åke Johansson : The 80’s Selected Concerts
SÅJ
Enregistrement : 1982-1991. Edition : 2014.
5 CD : Rimski / Erkelenzdamm / Splittersonata / Umeå / BBBQ Chinese Music
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Rüdiger Carl, Sven-Åke Johansson: D’accord (SAJ, 2011)

rudiger_carl_sven_ake_johansson_d_accord

Ce D’accord est un double-disque de duos enregistrés avec Rüdiger Carl que publie Sven-Åke Johansson. Les deux hommes sont à l’accordéon ; le premier retournant parfois à la clarinette ; le second jouant aussi de la batterie et donnant quelques fois de la voix.

Premier disque. L’enregistrement date de 1997. Lorsque deux accordéons s’accordent, naissent des sons qui changent bien sûr l’instrument de son usage traditionnel. Abstrait en conséquence, le dialogue trouve d’autres formes selon les changements d’appareils : Carl se faisant plus mélodique à la clarinette, Johansson orientant l’exercice vers un théâtre musical lorsqu’il s’applique à un sérieux récitatif.

Second disque, enregistré cinq ans plus tard. Les recherches gagnent encore en vigueur, voire en nervosité. La clarinette se fait impétueuse pour répondre aux frottements et secouages par le biais desquels Johansson interroge l’accordéon. Encore quelques mots glissés dans la conversation et le voici regagnant la batterie : Carl à la clarinette, à l’accordéon, à la clarinette encore : la verve du duo s’occupe de constructions ludiques – ironie, élément essentiel de son vocabulaire – ou de minuscules morceaux d’atmosphère avec un art de l’enchaînement qui n’est pas pour rien dans la réussite de l’accord promis.

Rüdiger Carl, Sven-Åke Johansson: D’accord (SAJ / Metamkine)
Enregistrement : 1997 & 2002. Edition : 2011.
CD1 : 01/ Accoacc I 02/ Accoacc II 03/ Clacc I 04/ Accodrum I 05/ Accodrum II 06/ Gesacco I 07/ Gesacco II 08/ Gesacco III “Handschuhfabrikation” 09/ Accodrum III 10/ Accoacc III 11/ Accoacc IV 12/ Accoacc V – CD2 : 01/ Langer Ludwig 02/ Schlosskeller 03/ Mathildenhöhe 04/ Ferienkurse 05/ Fünffingerturm
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Irène Schweizer, Rüdiger Carl, Louis Moholo : Messer Und... (FMP, 2010)

moholeirsli

Le repos n’aura été que de courte durée : quelques minutes à peine de la piccolo flute de Rüdiger Carl avant que piano et batterie réintègrent le spectre convulsif qui couvre Messer und…

En concert (Moers, 19 mai 1975 / Graz, 17 novembre 1977) ou en studio (Berlin, 11 décembre 1975), l’élan est le même : battre le fer quand il est chaud, naître et renaître au convulsif, ne rien arrêter d’une furie démoniaque, continuer à vie et à mort ce combat sauvage, titanesque.

Fuyant le silence, héroïques dans la tourmente ; Irène Schweizer, Rüdiger Carl et Louis Moholo d’en remettre une couche dans ce vaste incendie qu’étaient alors les seventies.

Irène Schweizer, Rüdiger Carl, Louis Moholo : Messer Und… (FMP / Instant Jazz)
Enregistrement : 1975 & 1977. Edition : 2010.
CD : 01/ Messer 02/ Come-on-Bert 03/ Gondsi mitenant 04/ Conn-Conn 05/ Tuned Boots
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Blank: Post (Grob - 2005)

blank post grob

Des 3 membres de Blank, Rüdiger Carl est celui qui orienta le trio vers la musique improvisée. Convaincus, Oliver Augst et Christoph Korn se sont laissé faire avec assez d’enthousiasme et d’acharnement, semble-t-il, pour proposer aujourd’hui sur Grob un florilège iconoclaste de leurs enregistrements : Post, 33 morceaux.

S’y bousculent, dans le désordre, et pour résumer, une musique folk sérielle – convaincante (Blut, Coal, Brut) ou non (Herero) -, des expériences bruitistes ravissantes (Radio, Jam), un rock décomplexé et rugueux (Konto) ou un post-rock nullissime (Rag), une berceuse angoissante (des)servie par les pires sonorités d’un mini synthétiseur qui commence à dater (Blade).

Ailleurs, le trio crache une samba sur les mots de T.S. Elliot (Old), déploie un blues blanc sur ceux de Werner Büttner (Green Birds) ; instigue une marche pop (Groom) ou entrecoupe d’envolées de beat box une valse punk saturée (Spartakus). Ici, comme sur Revenge ou Bullet, un parallèle possible avec la musique de Xiu Xiu, lorsque – trop rarement, d’ailleurs – celle-ci sert des compositions valant la peine qu’on s’y attarde.

Bien sûr, presque inévitablement, des plages inutiles (Pill, Twister, Vage). Rien de grave, étant donné le propos de Post : déluré, irrespectueux à souhait, refusant toujours d’envahir le champ d’une esthétique du fini à laquelle on a l’habitude de sacrifier l’âme. Originale, celle dont Blank dote ses 33 exercices de styles, ingrédients d’un bouillon de cultures divertissant et vengeur.

Blank : Post (Grob / Metamkine)
Edition : 2005.
CD : 01/ Parken 02/ Revenge 03/ Twister 04/ Spartakus 05/ Brot 06/ Pill 07/ Herero 08/ Bleib 09/ Radio 10/ Poke 11/ Bullet 12/ Old 13/ Ash 14/ Rag 15/ Trap 16/ Pace 17/ Blade 18/ Vage 19/ Blut 20/ Green Birds 21/ Groom 22/ Kerouac 23/ Bote 24/ Hoheit 25/ Coal 26/ Runover 27/ Tin 28/ Brut 29/ Home 30/ Welt 31/ Jam 32/ Konto 33/ Byebabe
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>