Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Linda Sharrock : They Begin to Speak (Improvising Beings, 2016)

linda sharrock they begin to speak

Linda Sharrock. Donc le cri. Pas le cri bien appliqué et discipliné des bons élèves (on s’y laisse prendre parfois). Donc le cri de rage. Donc le cri d’amour. Le crescendo qui monte. La gorge et la poitrine en feu. Le cri des chaos d’hier. Et de ceux à venir. L’écartèlement. Le cri des origines. Le cri toujours indompté. Et des diables (Mario Rechtern, Itaru Oki, Eric Zinman, Makoto Sato, Yoram Rosilio, Claude Parle, Cyprien Busolini) surgissant des murs. Forts. Enthousiastes. Bondissants. Envoûtés. 20 mai 2015 – Paris : le cri qui dure.

Linda Sharrock. Donc la blessure. Donc les blessures. Donc les bleus. Et toujours le cri. Chez les anglais (Derek Saw, John Jasnoch, Charlie Collins + Mario Rechtern) une autre rage. D’autres équilibres. Des horizons sans barreaux. Trompette et saxophone en bataille. Et toujours le cri en pleine poire. Et Linda qui guide le cri. Chef d’orchestre plus qu’on ne le croit. 5 mai 2015 – Sheffield : le cri et son insupportable beauté.


they begin to speak

Linda Sharrock : They Begin to Speak
Improvising Beings / Orkhêstra International
Enregistrement : 2015. Edition : 2016.  
2 CD : CD1 : 01/1 02/2  03/3 - CD2 : 01/1 02/2  03/3
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Jac Berrocal, Dominique Coster, Roger Ferlet : Musiq Musik (Futura, 1973)

jac berrocal musiq musik

Cette chronique est extraite de sept trompettes, hors-série papier à paraître début mars 2013.

Jac Berrocal : « Une nuit d’août 1970, une 2CV poussive et bariolée s’arrêta au bord d’une piste finlandaise où je bivouaquais : c’était Roger Ferlet, passionné de pop et futur astrophysicien. Quelques heures après, arrivés au bord de l’aurore au cercle polaire, nous décidions de monter le Music Ensemble auquel se joindront aussitôt l’accordéoniste Claude Parle, Dominique Coster et le peintre Michel Potage. Grâce à la firme Futura, Musiq Musik vit le jour : soit une carte postale sonore avec des tambours de l’an 1000 qui croisent la détresse de réfugiés tibétains rencontrés dans des hôtels miteux du Népal. Pour l’histoire, ce disque en réverb’ naturelle fut enregistré en 1973 à quelques mètres de la tombe de l’évêque Pierre de Corbeille qui fut l’instigateur vers 1241 de la « Messe des fous ».

Ce projet fut réalisé par Gérard Terronès qui permit à bon nombre de musiciens de se faire entendre. Futura Records serait impensable aujourd’hui : songez, dans un catalogue à dominante free, Gérard produisait des albums de New Orleans, de rock étrange, du jazz bop, du théâtre musical, et ce disque atypique, objet brut musical. C’était une époque un peu folle : on pouvait monter un groupe l’après-midi, enregistrer des bandes le soir, trouver un  label le lendemain, et, en plus, la presse et les radios s’intéressaient à vous. » Ce premier album est aussi beau que le meilleur de Don Cherry : on y verra comme un écho dans les bandes inédites enregistrées à la même époque et que publiera plusieurs décennies après Emmanuel Carcano.

Jac Berrocal, Dominique Coster, Roger Ferlet : Musiq Musik (Futura)
Enregistrement : 1973. Edition : 1973.
LP : Musiq Musik
Philippe Robert © Le son du grisli

83807248

Commentaires [0] - Permalien [#]
>