Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Courtis/Moore : Bring Us Some Honest Food (Dancing Wayang, 2015)

anla courtis aaron moore bring us some honest food

Si ce n’est pas la première fois que le duo Anla Courtis / Aaron Moore interroge d’autres instruments que la guitare et la batterie qui ont servi à l'élaboration de leur signature, Bring Us Some Honest Food soumet la méthode à un principe de réécriture – l’enregistrement date du 22 mars 2014, que Moore a réinventé sur la première face et Courtis sur la seconde.

Ici un piano, que le duo démonte et sur lequel il chante ; là une guitare nouvelle, dans quel bayou retrouvée ? S’ils permutent, Courtis et Moore tiennent néanmoins à leur pop expérimentale qui, de chanson déglinguée compactant des airs de This Heat / Joy Division... en folk rompu, de boucles de basse-fosse (de moindre intérêt) en outros appelés à faire refrain de chaque son minuscule, fait souvent effet.

En seconde face, les musiciens imbriquent quelques combinaisons rythmiques de fer et de bois qu’augmentent reverses, morceaux de trompette et de piano, cordes étouffées et peaux graves… Concentrés, ils cherchent peut-être ici à se souvenir de la chanson révélée par la face précédente. Peinant à remettre la main dessus, ils se défaussent avec panache et inventent à la place : tant mieux puisque, comme d’autres la science, Courtis et Moore ont la pop infuse.

Alan Courtis, Aaron Moore : Bring Us Some Honest Food (Dancing Wayang)
Enregistrement : 22 mars 2014. Edition : 2015.
LP : A1/ Portions of Honesty A2/ The Honest Waitress A3/ Honest Pork Pie – B1/ Dishonest Dessert
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

andré_salmon_léon_léhautier

 

Commentaires [0] - Permalien [#]

Aaron Moore, Thierry Müller : Today Is Yesterday’s Tomorrow (Three:Four, 2012) / Courtis, Moore : Courtis/Moore (Earbook, 2012)

aaron moore thierry muller today is yesterdays tomorrow le son du grisli

A lire la discographie qu’Aaron Moore a signé en dehors de Volcano the Bear, on trouve des duos bien pensés qui contraignent cette collaboration avec Thierry Müller (d'Ilitch) à se montrer à la hauteur. C’est aussi frétillant que tremblant pour eux qu’on dépose le diamant sur la première face du (double !) vinyle…

Tout commence sur un air de post-rock mais un air de quelques secondes seulement. Car une clarinette basse se lève qu’un drone suit qu’une guitare suit que des trompettes suivent : tout s’enchaîne plutôt lentement et fait pencher l’enregistrement vers l’atmosphérique expérimentale. Fondu enchaîné : du mélancolique replié sur lui-même, des mélodies avortées de guitares avortones ou de grand piano opportun. On l’a vite comprend, Moore et Müller n’ont pas dans l’idée de défendre une esthétique ou même un disque cohérent. Ils sont là pour jouer et jouent et se déguisent, singent Gastr del Sol, Merzbow, Sonic Youth, Broken Social Scene, Mark Hollis

Au diable les compositions complexes, bonjour les citations et les clins d’œil (jusqu’à un ethnofolk tout moisi ou une pop qui ferait passer les productions K Records pour des gargouilles gothiques, qu’importe enfin !). Today Is Yesterday’s Tomorrow est le titre qu’il fallait : il explique ce qu’il est possible à deux musiciens de faire avec pour (presque) seul matériau leurs références et leurs envies de s’amuser. Maintenant, faudra-t-il que l’auditeur ait les mêmes références et les mêmes envies pour goûter les délires libertaires du duo ? A voir…

EN ECOUTE >>> Today Is Yesterday's Tomorrow

Aaron Moore, Thierry Müller : Today Is Yesterday’s Tomorrow (Three:Four / Souffle Continu)
Enregistrement : 2009-2011. Edition : 2012.
2 LP : A1/ Absolute Returk A2/ Cybèle était si belle A3/ Le secret des pieds A4/ Olivia is Thinking – B1/ The Helicopter of the Beast – C1/ Absolute Divorce C2/ Fantocomon C3/ The Slits Runner C4/ Are you in a Plane ? – D1/ The Lost Interstellar Tourist D2/ I Swan You D3/ Meurtre parfait
Pierre Cécile © Le son du grisli

anla courtis aaron moore courtis moore

Enregistré en concert en février 2009, Courtis/Moore fait suite à Brokebox Juke sorti sur le label No-Fi. Comme si la présence de Courtis étouffait les penchants pour la pop (expérimentale ou non) de Moore, le CD bâtit son propos sur des drones, des résonances, des instruments à vent qu’on dirait imaginaires (sur l’irrésistible P=1) et encore des guitares qui en promettent en distorsions et chants électriques. Tout autre chose donc. Moins facile et encore plus convaincant !

Anla Courtis, Aaron Moore : Courtis/Moore (Earbook)
Enregistrement : 2009. Edition : 2011.
CD/ 01/ E=1 02/ P=1 03/ P=2 04/ L=2 05/ L=1
Pierre Cécile © Le son du grisli

ff

Commentaires [0] - Permalien [#]

Volcano the Bear : Golden Rhythm/Ink Music (Rune Grammofon, 2012)

volcano the bear ink music

Le retour de Daniel Padden, Aaron Moore et Clarence Manuelo est donc annoncé sur Rune Grammofon. L’album a pour nom Rhythm/Ink Music et rassemble des titres enregistrés en 2006 et 2008. Ce qui n’empêche : c’est un nouveau Volcano the Bear qui sort aujourd’hui.

On y retrouve les ingrédients dont le gorupe a fait un grand mix : pop expérimentale, rondes psychédéliques, folk répétitif, ambient déstructurée, post-rock minimaliste ou krautrock revisité. Avec une cuillère de bois de taille énorme, les trois musiciens tournent le tout sans faiblir, ajoutant ici un doigt de Joy Division, un autre de Current 93, un autre de Divine Comedy sous acide (je m’en rends compte : ces deux derniers parallèles peuvent paraître surannés). Et qu’est-ce qui fait que le tout passe le cap, ne vire pas à la soupe et même mieux tient la route ? La magie… de Volcano the Bear.

Volcano the Bear : Rhythm/Ink Music (Rune Grammofon / Amazon)
Enregistrement : 2006/2008. Edition : 2012.
CD / LP : 01/ Buffalo Shoulder 02/ Baby Photos 03/ The Great Reimbursing 04/ Bravo 05/ Quiet Salad 06/ Spurius RUga 07/ Golden Ink 09/ Firean Show
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Anla Courtis, Aaron Moore : KPPB (Earbrook, 2014)

alan courtis aaron moore kppb

Après Brokeboxe Juke (élaboré par correspondance) et Courtis/Moore (enregistré en concert), la folie est la même qui (par correspondance encore) inspire Anla Courtis et Aaron Moore. Les contours de KPPB (King Pancreas et Punk Butter) n’en changent pas moins de ceux des deux références qui la précèdent.

C’est que cette folie inspirante tient au duo lieu de poésie, et que la poésie ne permet pas qu’on la répète. D’autant qu’ici, un millier d’instruments la traduisent à fin de collages hétéroclites. Guitares, saxophones, accordéon, violon, petites percussions et grands tambours... Tout œuvre à une « ambient in opposition » qui multiplie les efforts pour perdre son promeneur : expérimental minimaliste, boucles hallucinées, rengaines angoissées, expressionnisme pressant…

Certes, quelques flottements sur King Pancreas – absorbé par l’éther, le duo tente un air à la Wim Mertens ou boucle un temps des sonorités de peu – que Punk Butter relativise avec une morgue rare : bols en décalages et archets en perdition y introduisent une complainte captivante aux mouvements égaux. Un art musical de la situation et de son beau retournement…  

écoute le son du grisliAnla Courtis, Aaron Moore
KPPB (extraits)

Anla Courtis, Aaron Moore : KPPB (Earbook)
Edition : 2014.
CD : 01/ King Pancreas 02/ Punk Butter
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

aaron moore anla courtis

Anla Courtis et Aaron Moore entameront ce 10 mars une tournée en Europe. Pour la France et la Suisse, ils sont attendus à Montreuil, Marseille, Toulouse et Genève : Instants Chavirés le 13, GRIM le 14, Myrys le 15, Cave 12 le 16.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Alan Courtis, Aaron Moore : Brokebox Juke (NO-FI, 2009)

Brokeboxsli

Fruit de la collaboration d’Anla Courtis (Reynols) et Aaron Moore (Volcano The Bear), Brokebox Juke est composé d’enregistrements ayant fait le voyage entre Argentine et Etats-Unis au point d’en devenir un précieux ouvrage au positionnement indéfini.

Parce que le duo va voir partout où la musique populaire saura faire preuve d’audace : mélodie répétée au point de tenir bientôt de la litanie abstraite, mécanique grippée de cordes de guitare ou de violon, mouvements lents vouant un culte aux effets crachant, gestes improvisés sur instruments multiples et épaisses couches de claviers électroniques ; enfin, progression fière et inattendue d’une autre guitare et d’une batterie. Formé au gré des transports, Brokebox Juke n’en finit pas de changer d’allure et de point de vue, laissant au final l’auditeur attester du passage d’un objet rare, confectionné dans le secret par deux musiciens ayant la pop ombreuse en partage.

Alan Courtis, Aaron Moore : Brokebox Juke (NO-FI / Metamkine)
Enregistrement : 2007-2008. Edition : 2009.
LP : A01/ Prorgreso = Ropes Gro A02/ Lopsla Nes = Opals Lens A03/ Lunoion = A Nu Lion A04/ Bluifedls = I Feed Bulls B01/ Conpcion = P-Cone Conic B02/ El Sincio = Silence Oil B03/ Gigngante = Anti Egg
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>