Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Mia Zabelka : Monday Sessions (Creative Sources, 2015)

mia zabelka monday sessions

Crissante, voltigeuse, insistante, vrillante, écartelée, cisaillante, robuste, bruissante : voici Mia Zabelka. Mia Zabelka est violoniste, on commence à le savoir. Elle râcle et frotte la corde jusqu’à la rupture. Elle additionne les périphéries de l’instrument, pousse le raid assez loin. Comme d’autres sont adeptes du souffle continu, elle, est partisane de l’archet continu. Elle pousse son instrument dans ses derniers retranchements, le parasite mais, parfois, lui ordonne de comploter quelque partita délurée, énigmatique.

Mia Zabelka est aussi vocaliste : ça, on le sait moins. En duo-désaccord avec son violon, elle le provoque, l’abandonne et l’encourage à crisser encore plus loin. En solitaire, elle navigue entre murmures, étirements, égosillements : drôle de scat sonique-rythmique que celui-ci. Le violon ne me sciant pas les nerfs, j’adopte sans restriction aucune le Monday Sessions de Mia Zabelka.

monday sessions

Mia Zabelka : Monday Sessions
Creative Sources / Metamkine
Enregistrement : 2015. Edition : 2016.
CD : 01/ Dunkles zu Sagen 02/ Concentric Circles 03/ Oscillations 04/ Strömungen 05/ Imminent Disaster 06/ Entfremdung 07/ Stream of Consciousness 08/ Papagei 09/ Remembrance 10/ Nachtbild
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Mia Zabelka : M (Monotype, 2012)

mia zabelka m

N’éprouvant pas de goût particulier pour le violon électrique (il en est ainsi), la passion avec laquelle Mia Zabelka « l’enfourche » sur la couverture de son nouveau CD m’a fait craindre le pire. Ca, c’était avant que la première plage ne me rassure : la musique de Zabelka s’y diffuse goutte après goutte, sous delay, dans une belle épreuve minimaliste que la voix de la dame vient couronner.

C’est d’ailleurs la voix de Zabelka qui impressionne le plus ici, qu’elle se promène sur un drone vaporeux (sur Opus M) ou soit multipliée par la force du re-recording pour donner la parole à une réunion de sorcières (sur Adil’iu). Pour ce qui est du violon, lui aussi passe au re-recording mais n’est pas toujours convaincant (excessif dans l’expérimentation ou le mélodrame, il alourdit lquelques fois le propos de Zabelka). On retiendra de la chanteuse et violoniste un amour pour la multiplication des voix et un autre pour la réverbération : bien assemblés, c’est la musique de Zabelka qui gagne en mystère.

Mia Zabelka : M (Monotype)
Edition : 2012.
CD : 01/ Körperklangmaschine 02/ Opus M 03/ Mind Scratching 04/ Malstrom 05/ Adil'iu 06/  Tenebrae 07/ Roter Halbmond
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>