Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Au rapport : Rock In Opposition XParution : Premier bruit Trente-six échosParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Colorlist : The Fastest Way to Become the Ocean (Serein, 2011)

colorlist_the_fastest_way_to_become_the_ocean

Il y a forcément une surprise, bonne ou mauvaise, lorsqu'on ne s'attend à rien de particulier. D'autant plus lorsqu'il s'agit d'un EP, un format souvent d'essai et de ratures. La surprise est ici excellente. La musique jouée par Colorlist (Charles Rumback,  batterie, synthétiseurs, électroniques & Charles Gorczynski, saxophones, harmonium, Monome) évoque tour à tour le world-jazz atmosphérique de Jan Garbarek (Light Conditions), les passacailles vocales de Moondog (What We Have Left) et les contrepoints calculés de Steve Reich (Nine Lives, sur lequel le guitariste Jeff Parker de Tortoise a été invité).

Colorlist nous offre ainsi un bain sonore bienfaiteur où les arpèges ensorcelants sont accompagnés de percussions pointillistes et de drones à l'harmonium. La sensiblerie et de la technicité font facilement sombrer ce type de mélopées. Colorist force le respect en accordant autant de place à la sensibilité et à la précision.

Colorlist : The Fastest Way to Become the Ocean (Serein)
Edition 2011.
LP : A1/ Light Conditions A2/ Nine Lives B1/ Coming into Sight bB2/ What We Have Left
Eric Deshayes © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Fred Anderson : 21st Century Chase (Delmark, 2009)

Fredchasesli

Fred Anderson fêtait récemment ses 80 ans. Pour l’occasion, donnait un concert en trio dans son endroit, le Velvet Lounge, en compagnie du saxophoniste Kidd Jordan, du guitariste Jeff Parker, du contrebassiste Harrison Bankhead et du batteur Chad Taylor. Comme souvent maintenant (et comme il l’avait déjà fait avec Fred Anderson pour Timeless), le label Delmark a choisi de produire le même enregistrement sous forme de CD et de DVD.

Si l’image n’est pas obligatoire (en bonus, le film donne la parole à Henry Grimes), elle permet quand même de suivre les gestes d’Anderson, silhouette à la courbe fière, qui laisse Jordan ouvrir seul la première des deux parties de 21st Century Chase. Déjà, le son est profond, la musique intense et l’ensemble astreignant : impossible à l’auditeur de se détacher du discours ici mis en place, d’autant que l'octogénaire rattrape maintenant son partenaire intempestif. Reste à la fougueuse section rythmique d’accompagner le tout et à Parker de changer rapidement ses premières saillies mièvres en colliers d’aigus autrement convaincants, qu’il destine à sa soudaine coalition avec Jordan, insistant lui aussi dans les hauteurs. La seconde partie du titre verra le guitariste jouer davantage l’incitateur éclairé et mener les musiciens d’expérimental minimaliste en free jazz apothéotique [soumettre un autre adjectif].

En conclusion, Ode to Alvin Fielder, malgré l’hommage, peine à convaincre sur un swing gauche : restent seulement les entrelacs des saxophones ou la solution du retour aux deux premières plages.

Fred Anderson : 21st Century Chase (Delmark / Amazon)
Enregistrement : 2009. Edition : 2009.
CD / DVD : 01/ 21st Century Chase Part 1 02/ 21st Century Chase Part 2 03/ Ode to Alvin Fielder
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Bill Dixon: With Exploding Star Orchestra (Thrill Jockey - 2008)

dixon

Emmené par le trompettiste Rob Mazurek, l’Exploding Star Orchestra (dont font entre autres partie le guitariste Jeff Parker, la flûtiste Nicole Mitchell et le tromboniste Jeb Bishop) faisait, en septembre 2006, une rencontre inattendue : celle de Bill Dixon, légende, à sa manière détachée, des premières heures du free.

Au programme : un hommage du jeune trompettiste au plus ancien (Constellations For Innerlight Projections) inséré entre les deux mouvements d’Entrances : suite d’embouteillages instrumentaux qui réussit à placer quelques solos brefs sur un rythme soutenu avant de traîner son univers d’impressions lentes (One), puis clin d’œil au Third Stream assemblant des morceaux d’atmosphère de plus en plus denses jusqu’à l’apparition de sirènes reposantes (Two).

Entre les deux, la dédicace de Mazurek : Damon Locks récitant un texte plein de notes et de constellations, d’images et de planètes. A la suite de Sun Ra, donc, une faille spatio-temporelle que l’on investit avant que l’Exploding Star Orchestra envisage sa chute au son inquiet des hurlements, free grandiose en voie d’apaisement quand même, histoire de mieux faire le lien entre l’avant et l’après. Tout comme la rencontre, le fruit de celle-ci : inattendu.

CD: 01/ Entrances/One 02/ Constellations For Innerlight Projections (For Bill Dixon) 03/ Entrances/Two

Bill Dixon With Exploding Star Orchestra - 2008 - Thrill Jockey. Distribution PIAS.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Josh Abrams: Cipher (Delmark - 2003)

abrams

Au sein de son quartette, le contrebassiste Josh Abrams peut s’enorgueillir d’avoir engagé trois des musiciens qui comptent actuellement dans la sphère des musiques improvisées : le clarinettiste et saxophoniste Guillermo Gregorio (sideman de Jim O’Rourke ou Anthony Braxton), le trompettiste Axel Dörner (compagnon régulier de Mats Gustafsson et de John Butcher), et le guitariste Jeff Parker (collaborateur de Tortoise et membre du Chicago Underground).

Ménageant quelques compositions d’Abrams ou de Gregorio et des morceaux d’improvisation, Cipher aurait donc du mal à sombrer. Mesurant méthodiquement la portée de ses expérimentations, le groupe investit un swing ravagé par les décisions individuelles : guitare passablement étouffée (Mental Politician), gimmicks perturbés de contrebasse (Space Modulator), ou exposé des limites sonores du saxophone alto (Calamities Break).

Pour ce qui est des accords collectifs, on relèvera le respect du cadre entendu sur Background Beneath – où les vents interrompent régulièrement un swing old school -, le recours amusé à une tension créatrice sur No Theory, ou l’installation des harmoniques d’And See. Dans le champ du jazz, il arrive au quartette d’évoquer un cool proche de celui de Giuffre (Neb Nimaj Nero, For SK – ballade à la mélodie nette) ou un free diminué (First Tune That Night), plus quelques références plus anciennes glissées ici ou là. Soit, de quoi combiner un ensemble sage, certes, mais baroque et habile, inventif à force d’ingéniosités.

CD: 01/ Mental Politician 02/ And See 03/ Neb Nimaj Nero 04/ Cipher 05/ Calamities Break 06/ No Theory 07/ Background Beneath 08/ Space Modulator 09/ First Tune That Night 10/ For SK >>> Josh Abrams - Cipher - 2003 - Delmark.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>