Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

The Clarinet Trio : 4 (Leo, 2012)

clarinet_trio_4

Beaucoup de cas de figures exposés ici par le Clarinet Trio (Jürgen Kupke, Michael Thieke, Gebhard Ullman). On aurait envie de dire : l’unisson, d’abord, encore et toujours. Ici, un unisson de combat ; ailleurs, un unisson fielleux, malade et expert en désunion.

Toujours, les souffles arpentent mille routes : celles, voilées, de la microtonalité et d’autres, plus déterminées, en direction de contrepoints doucement giuffriens. Sur ces routes aux signalisations sommaires, tous les trois s’adonnent à la course-poursuite : cris, strangulations, virages dangereux, traits saillants ; autant de conduites à risques et toujours arrivées à terme sans le moindre choc. Ailleurs mais sans s’éterniser, ils improvisent et avancent prudemment avec la sagesse au cœur.

Que leur reprocher ici ? Surement pas la diversité de leurs élans, l’étendue de leurs souffles. Rien, donc.

The Clarinet Trio : 4 (Leo Records / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2011. Edition : 2012.  
CD : 01/ May 5 02/ Blaues Viertel 03/ Collectives #13 #14 04/ Homegenous Emotions 05/ Catwalk Münzstrasse 06/ Waters  07 /Kleine Figuren # 1 08/ News ? No News ! 09/ Geringe Abweichungen von der Norm 10/ Kleine Figuren # 1 (Variation) 11/ Kleine Figuren # 2
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

BassX3 : Transatlantic (Leo, 2012)

bassx3_transatlantic

Cette basse multipliée n’est autre qu'une addition : celle des instruments graves de Gebhard Ullman (clarinette et flute), Chris Dahlgren et Clayton Thomas (contrebasses), enregistrés à l’été 2009 en studio berlinois.

En Transatlantic, ces trois basses promises improvisent en roue libre une musique d’atmosphère qui doit autant à un folk ombreux qu’à un réductionnisme en négatif. Les objets qui interrogent les contrebasses les font trembler : les cordes, malléables, chantent alors des nappes épaisses qui iront, dans les meilleurs moments, avaler les aigus d’un Ullman querelleur.

Quand elle n’est pas d’atmosphère, que les contrebasses préparées se refusent au mouvement de balancier, l’affrontement est inévitable : c’est qu’il s’agit pour elles d’anéantir la naïveté pseudo-andine d’Ullman passé à la flûte (The No Piece) ou d’encaisser quelques claques qui contraindront la clarinette à abandonner les phrases qu’elle répète avec vigueur (Transatlantic Part Two). En conclusion, la troisième et dernière partie du morceau-titre retourne en marécages : les drones y sont plus compacts encore, qu’Ullman parvient à percer de temps à autre et enfin à changer en mer d’huile. Une bouteille de graves et de plaintes y flotte encore.

BassX3 : Transatlantic (Leo / Orkhêstra International)
Enregistrement : 14 août 2009. Edition : 2012.
CD : 01/ Transatlantic 02/ The Thing 03/ The No Piece 03/ The Epic 04/ Transatlantic (Part Two) 05/ Ornette’s Closet 07-08/ Berlin Is Full Of Lonely People 09/ Transatlantic (Part Three)
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Joe Fonda : Loaded Basses (CIMP, 2006)

grislibottom

Distribuant quelques accrocs à sa discrétion au gré des sorties régulières d’albums presque à chaque fois impeccables, le contrebassiste Joe Fonda dresse en 2006 une stèle imposante aux graves : Loaded Basses.

Auprès du saxophone baryton de Claire Daly, du tuba de Joe Daley, de la clarinette basse de Gebhard Ullman et du basson de Michael Rabinowitz, enfin, porté par la science percussive de Gerry Hemingway, Fonda tire d’un gimmick soutenu une composition sourcilleuse mais charmante, qui fait aussi bien avec l’unisson des notes allongées des instruments à vent qu’avec les digressions individuelles – tenant d’un free mesuré ou d’un apaisement nécessaire prôné par le basson (Bottoms Out/Gone Too Soon).

Emporté ensuite dans une ronde jouant des contretemps et des prédispositions au solo de chacun des musiciens (Breakdown), le sextette profite pleinement des possibilités graves de ses instruments sur Rocks In My Head : lentes, rampantes, les phrases investissent un sillon d’où Daley voudra s’extraire, pour emmener bientôt ses partenaires sur la voie d’une ballade soul et lâche, dans laquelle on instille des périodes de flottement. Pour conclure, le duo Fonda / Hemingway lance une marche fantasque, prétexte pour l’ensemble à feindre l’épuisement, avant de servir un swing rageur. Et de conclure dans un chaos allègre ce concert donné en 2005 au Spirit Room de New York, et cette nouvelle preuve offerte sur disque du don du Bottom's Out de Joe Fonda.

Joe Fonda's Bottoms Out : Loaded Basses (CIMP)
Enregistrement : 2006. Edition : 2006.
CD :
01/ Bottoms Out/Gone Too Soon 02/ Breakdown 03/ Rocks In My Head 04/ Brown Bagging It
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Gebhard Ullman: Cut it Out (Leo Records - 2006)

ullmanDéjà pleinement investi au sein du Clarinet Trio, Gebhard Ullman estime autrement les possibilités du travail à 3 aux côtés du bassiste Chris Dahlgren et du batteur Jay Rosen (membre, lui, du Trio-X). Le temps d’un Cut It Out plus que subtil.

Si ce n’est sur Lolligager – morceau qui balance entre un swing incertain et une marche lente, signé Dahlgren -, le trio choisit de donner dans l’improvisation. Astucieuse, celle-ci, qui combine les vues exigeantes et les codes de bonne sociabilité, au rythme soutenu d’un free jazz abordable (Walking Under Trains) ou au son d’accalmies déposées (Calling Mr. Waits No.2, U.S.O. Ballad).

Passant de la clarinette (basse) à la flûte (basse), Ullman ne cesse de creuser le sillon de ses graves à forces d’intentions répétitives (Grid Speak), de laisser-aller généreux (Calling Mr. Waits No.1) ou plus introspectif (Mbira). D’accord aussi pour suivre les conseils de ses partenaires, qu’il s’agisse de la course directive de Rosen (Walking Under Trains) ou des boucles instituées via sampler dont use Dahlgren (Bass/Bass, Epilog).


Une fois seulement, le trio peut donner l’impression de faire fausse route, sur No Mouthpiece, pièce d’expérimentale convenue. Partout ailleurs, il aura su gérer à merveille les changements d’humeur et de tons, décidant d’apaiser ici pour mieux fulminer là, refusant toujours l’acharnement fatal.

CD: Cut It Out (part 1) 01/ Grid Speak 02/ Calling Mr. Waits No. 1 03/ U.S.O. Ballad 04/ Lolligager 05/ No Mouthpiece Cut It out (part 2) 06/ Calling Mr. Waits No. 2 07/ Mbira 08/ Walking Under Trains 09/ Bass/Bass 10/ Epilog (Ballad No. 2)

Gebhard Ullman - Cut it Out - 2006 - Leo Records. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

The Clarinet Trio: Ballads and Related Objects (Léo Records - 2004)

clari3

Depuis 1998, Gebhard Ullman et Jürgen Kupke abordent en trio la question de la clarinette. En compagnie de Theo Nabicht, dans un premier temps, et maintenant aux côtés de Michael Thieke, ils inventent, au sein du Clarinet Trio, autant d’approches rares de l’instrument que de compositions alambiquées destinées à en faire redécouvrir les richesses.

Signés Ullman lorsqu’ils ne sont pas improvisés, les morceaux de Ballads And Related Objects multiplient les propositions : harmoniques évasives et entrelacements entêtants, choix ou refus du jeu à l’unisson pour l’interprétation de ballades apaisantes (Desert…Bleue…East), de mouvements extatiques (29 Shoes) ou de blues revisité (Collective N°.10 (Lines)).

Gimmicks contrôlés, les ruptures, de rythmes et d’intuition, distillent leurs poisons délicats à l’écrit (Seven 9-8, suite éléphantesque majestueuse) comme à l’improvisé (Collective N°.9 (Part 1-4)). Ici, elles permettent aux tentatives funambules de croître et de multiplier (Déjà Vu (Theme)), tandis qu’ailleurs, savamment positionnées, elles permettent aux clarinettes de lutter contre l’installation du silence en usant des silences (Déjà Vu (Variation 2)).

Ceci n’empêche en rien le trio de distribuer les solos agressifs ou les tournures rythmiques chaleureuses. De basses enivrantes en élucubrations aigues, la maîtrise pour principal fil conducteur, The Clarinet Trio fait preuve d’inspirations variées tout en menant une quête homogène commune de l’inédit musical. Trois clarinettistes à atteindre, ensemble, le but qu’ils s’étaient fixé.

CD: 01/ Déjà Vu (Variation 1) 02/ Seven 9 – 8 03/ Collective N°.9 (Part 1-4) 04/ Almost Twenty – Eight 05/ Variations On A Theme By Claude Debussy 06/ Collective N°.10 (Lines) 07/ 29 Shoes 08/ Collective N°.11 (Hohe Objekte) 09/ Verschiedene Annäherungen an den Ton Ges 10/ Déjà Vu (Theme) 11/ Desert...Bleue...East 12/ Collective N°.12 (Ballad) 13/ Déjà Vu (Variation 2)

The Clarinet Trio - Ballads and Related Objects - 2004 - Leo records. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>