Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

TonArt Ensemble, Ernesto Rodrigues : Murmúrios (Creative Sources, 2010)

murmurslis

Ernesto Rodrigues ne se refuse rien, en tout cas aucune rencontre, pas même celle forcément imposante du TonArt Ensemble que l’on entendit jadis auprès d’Anthony Braxton, Vinko Globokar, Peter Kowald, Evan Parker ou Keith Rowe.

A son tour, alors : le violoniste évoluant faiblement à l’archet en opposition aux interventions brèves et éclatées de l’ensemble : d’abord des souffles dispendieux et puis une note de clarinette met un terme aux ébats et, de l’empêchement, naît une autre saveur. L’improvisation se fait répétitive et compose à force d’entasser des feuilles de murmures – tuba et saxophones sont maintenant de la partie. Alors, de frêles percussions commandent un autre développement : les musiciens s’accordant sur un plus grand volume en congrégation affolée.

La seconde partie de Murmúrios, de s’en trouver changée : le vindicatif Rodrigues faisant maintenant face à un drone installé par un accordéon puis à une poignée de larsens. Les conséquences de telles confrontations sont diverses : bruyantes, sévères, accablantes ou apaisantes, mais toutes malignes – luttant souvent contre le seul usage microtonal. Ainsi, le violoniste aura eu raison de faire le voyage jusqu’à Hambourg.

TonArt Ensemble, Ernesto Rodrigues : Murmúrios (Creative Source / Metamkine)
Edition : 2010.
CD : 01/ Part 1 02/ Part 2
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>