Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Lokai : Transition (Thrill Jockey, 2009)

lokaisli

Acteurs majeurs et hyperactifs de la scène musicale viennoise, en solo ou au sein de leurs diverses collaborations, Stefan Németh et Florian Kmet ont remis le couvert Lokai en 2008, trois années après leur inaugural 7 Million, édité à l’époque sur leur propre label, l’excellent Mosz. L’enregistrement de ce second effort Transition achevé, c’est du côté de Chicago et de la maison Thrill Jockey – déjà home des travaux de Németh au sein du trio Radian, dont le récent Chimeric est chroniqué en ces mêmes pages – que le projet autrichien trouve refuge.

Très peu engageante, la première minute de l’album invite à l’abandon en rase campagne – la faute à ses formes craquelées trop fortement décalquées du Cholagogues de Figueras, Toop & Burwell. Ici s’arrête la mauvaise nouvelle, place maintenant aux (nombreuses) bonnes. En premier lieu, la dynamique interne d’une musique réalisée avec une économie de moyens qui ne s’entend guère – ou si peu. Echafaudés sur des structures lâches et joliment convaincantes, les morceaux se laissent guider par des fils distendus, ils relient en pleine souplesse – celle qui fait défaut au dernier Radian ? – les guitares et l’électronique, complétées par un Rhodes ou des percussions félines et racées. Les deux premiers morceaux (hormis ces fameuses premières soixantes secondes) sont formidables. Assouvis d’une chaleur tropicale qui aurait fait sienne la vitalité de la culture viennoise, ils soumettent les six cordes de Kmet à une danse imprimée du bout des orteils. Quelques fois hésitants au démarrage, d’autres morceaux ne perdent rien pour attendre, eux non plus. Dès une coda instaurée, elle est toujours d’une grande subtilité, les variations lokaïennes s’enlacent autour d’une immense complicité qui ne nous veut que du bien.

Lokai : Transition (Thrill Jockey)
Edition : 2009.
CD : 01/ Roads 02/ Salvador 03/ Panarea 04/ Volver 05/ 4 a.m. 06/ Glimmer 07/ Bruit 08/ Tik 09/ Roads (reprise)
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Radian : Chimeric (Thrill Jockey, 2009)

chimerslic

La feuille de presse l’affirme sans ambages – et  pour une fois, nous ne pouvons qu’acquiescer, Chimeric est un disque oublié des bancs de polissage. Brut et malfaisant, ce qui ne veut nullement dire qu’il est nourri de malfaçons, le nouvel effort de Radian se livre à un exercice d’automutilation d’une délicate facture noise. Evocation lointaine, mais très réelle, du très radical – et génial – Flame Desastre du trio Sister Iodine, le son des Autrichiens débauche des percussions martiales et des guitares tordues sans coup férir (Git Cut Noise). La tornade épuisée, des instants de repos chavirés embrassent l’horizon des magnifiques Kapital Band 1, rappel essentiel du rôle proéminent que joue Martin Brandlmayr aux fûts des deux formations viennoises. Meilleur morceau de ce troisième opus, ce très acoustique Feedbackmicro / City Lights est à vivre et à rappeler séance tenante.

Relativement peu travaillé à l’électronique, Chimeric ne rappelle que par instants épars la connexion quasi naturelle entre Stefan Németh et les manipulations sonores. Au mitan de l’esprit des labels Thrill Jockey et Mosz, voire Editions Mego, un titre tel que l’intrigant Git Cut Derivat évite toutefois les compromissions trop faciles. A l’instar du médian Chimera, dépassement ambigu entre calme jazztronica précaire et revendication noise rock, les paysages louvoient entre improvisations maîtrisées à l’extrême (est-ce de trop ?) et déclinaisons noircies au feutre de Till The Old World's Blown Up And A New One Is Created (vs Tortoise, on est sur Thrill jockey, que diable). Un chouia de relâchement en sus et tout eut été parfait.

Radian : Chimeric (Thrill Jockey / Amazon)
Edition : 2009.
CD : 01/ Git Cut Noise 02/ Feedbackmicro / City Lights 03/ Git Cut Derivat 04/ Chimera 05/ Kinetakt 06/ Subcolors
Fabrice Vanoverberg © le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Stefan Németh: Film (Thrill Jockey - 2008)

nemethgrisli

Premier album personnel de Stefan Németh (Radian, Lokai), Film assemble des pièces instrumentales écrites à destination de courts-métrages ou d’installations vidéo ; réétudiées, un peu, pour l’occasion.

Au nombre des instruments : guitare électrique et batterie (réunis sur la composition brute qu’est Via L4 Norte), claviers plus ou moins datés, et ordinateur, pour les fioritures : grésillements, reverses, bourdons, boucles et parasites. Alors, s’installe une électroacoustique capricieuse, qui hésite à servir une ambient plus (Ortem Ende) ou moins (Soprus) fameuse, une sage illustration sonore (Transitions) ou quelques progressions convaincantes (Field, enregistrée en compagnie du batteur Martin Brandlmayr). Acceptable, l’ensemble, même si plombé souvent par l’usage peu original qu’on y fait de l’électronique.


Stefan Németh, Via L4 Norte (extrait). Courtesy of Thrill Jockey.

CD: Via L4 Norte 02/ Field 03/ Luukkaankangas 04/ Soprus 05/ Transitions 06/ Ortem Ende

Stefan Németh - Film - 2008 - Thrill Jockey.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>