Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Steve Lacy (unfinished)le son du grisli sur InstagramMy Bloody Valentine : Loveless de Guillaume Belhomme
Archives des interviews du son du grisli

Ryuichi Sakamoto : Hidari Ude No Yume (We Want Sounds, 2020)

sakamoto Hidari Ude No Yume

La toute première réédition d’Hidari Ude No Yume nous replonge en 1981 : Ryuichi Sakamoto fait encore le naughty boy dans Yellow Magic Orchestra, mais ça ne l’empêche pas de s’adonner aux plaisirs solitaires – je ne dis pas ça parce que le disque est sorti aux Pays-Bas sous le nom de Left Handed Dream.

Dix morceaux, qui ont l’âge qu’ils ont, et qui sentent donc bon les câbles rouge, bleu et noir, et le plastique des touches de synthé. Comme toujours avec le Sakamoto de ces années-là, on oscille entre la pop kawai et l’expérimentation électro… Pas loin de Bowie non plus (Living In The Dark), Sakamoto fait son cosmopolite et nous parle l’esperanto sur fond de refrains entêtants (The Garden Of Poppies) ou d’étranges vibes (Tell’Em To Me). Pas si kitsch, donc !

microjapon125

Ryuichi Sakamoto : Hidari Ude No Tume
Réédition : 2020.
We Want Sounds / Souffle Continu
Pierre Cécile © Le son du grisli

 

Image of A paraître : Micro Japon de Michel Henritzi



Alva Noto, Ryuihi Sakamoto : Summvs (Raster-Noton, 2011)

alva_noto_sakamoto_summvs

A la vision des protagonistes en présence, on ne vous fera pas l’injure de rappeler les nombreux hauts faits d’armes de leurs discographies respectives, on ne peut que s’attendre à un événement incontournable, sinon musical, du moins médiatique. A vrai dire, nous aurions aimé ne dire que du bien de Summvs (somme, dans l’idiome éteint de Néron et Brutus) mais l’honnêteté la plus élémentaire ne peut taire quelques agacements.

Alors que l’électronicien allemand et le compositeur japonais en sont déjà à leur cinquième collaboration, un sentiment diffus de laisser-aller – certains évoqueront même la notion de paresse – imprègne les cinquante-six minutes du disque. Non que ce soit de mauvais goût, les deux gaillards savent ce qu’ils font, même trop bien, simplement nous avons trop pris l’habitude de nous extasier devant leurs travaux précédents pour ne pas en apercevoir les plus voyantes ficelles.

Notes éparses de piano chez l’un, elles nous font toutefois pleinement regretter Un autre décembre de Sylvain Chauveau, interventions numériques chez l’autre, on leur préférera sans doute la bien plus pertinente confrontation ANBB de l’an dernier, tout concours à la balise d’un sentier tellement familier qu’on finit par ne plus trouver de surprise ni même de plaisir. D’autant plus regrettable que le duo germano-nippon nous avait récemment tapé dans l’oreille avecutp_, splendide live réalisé avec l’Ensemble Modern pour le quatre centième anniversaire de la ville de Mannheim, doublé d’un DVD absolument fascinant.  

Alva Noto, Ryuichi Sakamoto : Summvs (Raster-Noton)
Edition : 2011.
CD : 01/ Microon I 02/ Reverso 03/ Halo 04/ Microon II 05/ Pionier IOO 06/ Ionoscan 07/ By This River 08/ Naono 09/ Microon III 10/ By This River – Phantom
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli


Alva Noto, Ryuichi Sakamoto, Ensemble Modern : Utp (Raster Noton, 2009)

alvanosli

Troisième projet commun à Carsten Nicolai et Ryuichi Sakamoto, Utp donne à entendre et à voir – le label Raster Noton ayant choisi de coupler ici CD et DVD – le couple donner un concert en compagnie de l’Ensemble Modern.

D’ordinaire appliqué à défendre de grands travaux de musique contemporaine, l’ensemble investit l’exercice au son de grands coups d’archets qu’il dépose sur un drone traînant, avant d’agir avec plus de discrétion lorsque Sakamoto ose quelques notes de piano sur un bip à la sonorité d’hier – musique électronique que le Japonais a toujours appréciée, élevée entre modernité et archaïsme.

Plus loin, des vignettes atmosphériques au discours mélodique évaporé défilent, comparent leurs mécaniques : notes à distance faisant toute confiance aux volutes porteuses du décorum de Broken Line 1 ; transport sur écho léger d’autres notes de piano et de pizzicatos rapides sur Broken Line 2 : Nicolai modelant, sans rien laisser paraître de ses intentions, la forme ultime de l’échange : sensible et assez vaste.

Alva Noto, Ryuichi Sakamoto, Ensemble Modern : Utp (Raster Noton / Metamkine)
Edition : 2009.
CD : 01/ Attack Transition 02/  Grains 03/ Particle 1 04/ Transition 05/ Broken Line 1 06/ Plateaux 1 07/ Silence 08/ Particle 2 09/ Broken Line 2 10/ Plateaux 2 (End)
Guillaume Belhomme © Le son du grisli


Fennesz & Sakamoto: Cendre (Touch - 2007)

cendregrisliEnregistré à Vienne entre 2004 et 2006 et deuxième collaboration entre Christian Fennesz et Ryuichi Sakamoto, Cendre dépose ses ors au son d’une ambient précieuse.

Une autre fois, les habitudes prises au piano par Sakamoto l’incitent à mesurer son propos, imposant une distance de sécurité entre chacune de ses interventions, mélodies rêveuses (Kokoro, Aware) ou plus dramatiques (Oto), ou déposant un accompagnement prompt à devenir le champ sur lequel fleuriront des répétitions perturbatrices (Abyss). Rassurant mais peu novateur, Sakamoto compte sans doute sur Fennesz pour donner toute sa singularité à la rencontre.

De son côté, le guitariste s’attache à envelopper les mélodies du pianiste ou plonger son discours dans une abstraction stylisée : drones vaporeux, inserts d’effets divers et bruitistes tous ; accords timides, ailleurs, sortis d’une guitare folk (Glow). Et à force d’efforts, le dialogue se fait œuvre équilibrée, dans laquelle s’entendent sans rien rogner de leurs premiers desseins les intentions mélodiques et les expérimentations légères. Y gagnent, même et fantasment parfois la figure d’un Satie jouant au milieu des drones (Kuni, Mono). Alors, allez entendre, rien que pour l’image.

CD: 01/ Oto 02/ Aware 03/ Haru 04/ Trace 05/ Kuni 06/ Mono 07/ Kokoro 08/ Cendre 09/ Amorph 10/ Glow 11/ Abyss

Fennesz & Sakamoto - Cendre - 2007 - Touch. Distribution La Baleine.



Commentaires sur