Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Peter Brötzmann Graphic WorksAu rapport : Rock In Opposition XParution : Premier bruit Trente-six échos
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

McPhee, Brötzmann, Kessler, Zerang : The Damage Is Done (Not Two, 2010)

thedamageisgrisli

Toujours ici : penser à Ayler. Reconsidérer le spasme et ne plus jamais faire de la convulsion un cri de révolte. Ou alors : pas uniquement. Entendre et étendre le message. Ne jamais l’éteindre. A ceux qui le peuvent encore : écouter et ne plus prendre fuite. Faire en sorte que leur cri ne soit pas cri dans le désert. Douter car à qui cette musique chante-t-elle aujourd’hui ? Qui en est assez sage pour en décrypter l’élan ?

Penser à Ayler donc. Mais fuir les comparaisons. Il serait facile de dire que Peter Brötzmann serait Ayler et que Joe Mc Phee serait Don Cherry et Don Ayler réunis (Je est donc deux autres). Et puis Kent Kessler serait…et puis Michael Zerang serait… Oublier tout cela, oublier l’avoir pensé, écrit.

C’est leur troisième disque. C’est un double CD. Enregistré en public (16 mars 2008. Alchemia. Cracovie). Il n’y a pas de round d’observation. Pas d’indications ou de clin d’œil. Juste un chant gorgé d’amour. Gagné d’amour. Et de hargne, si vous le voulez à tout prix. Mais je ne vous suivrais pas sur cette voie. Ici, je n’entends que quatre musiciens qui cherchent, s’autorisent à se tromper de route, à brouiller le convenu (le deuxième CD malaxe la palette sonique, croise des souffles inquiets). « McPhee est perdu, en retrait, gêné par l’ogre Brötz » brailleront les spécialistes. Laissons-les brailler : qu’il est doux de n’être pas spécialiste. Ici : juste enthousiaste à cette libre et envoutante musique.

Joe McPhee, Peter Brötzmann, Kent Kessler, Michael Zerang : The Damage Is Done (Not Two / Instant Jazz)
Enregistrement : 2008. Edition : 2010.
CD1 : 01/ The Damage Is Done 02/ Alchemia Souls - CD2 : 01/ A Temporary Trip 02/ With Charon 03/ On the Acheron 04/ Into the Hades
Luc Bouquet © le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Brötzmann, Schlippenbach, Johansson : Up and Down the Lion – revised (Olof Bright, 2009)

thegrislirevised

Il y a trente ans, trois hommes peu communs tournaient en Suède : Alexander von Schlippenbach (piano) et Sven-Åke Johansson (batterie) célébraient ainsi leurs retrouvailles avec Peter Brötzmann (saxophones).

Document d’importance, Up and Down the Lion – revised assemble des duos enregistrés et un trio fiévreux : Brötzmann rageur, sifflant, féroce ; Schlippenbach angoissé, obsessionnel, bilieux répétitif ; Johansson forcément percutant, terrible et torrentiel au point de devoir se réserver quelques pauses au son d’un drôle d'accordéon. Musique de fièvre en concert à Härnösand : impérieuse vague de souffre suivie de son ressac (acouphène passager).

Peter Brötzmann, Alexander von Schlippenbach, Sven-Åke Johansson: Up and Down the Lion – revised (Olof Bright)
Enregistrement : 1979. Edition : 2009.
CD : 01/ 18:07 02/ 07:27 03/ 06:31 04/ 14:39 05/ 10:29
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Full Blast : Black Hole

fullgrisli

Est-il donc encore nécessaire de chroniquer un disque de Peter Brötzmann ? Un rapide coup d’œil sur les crédits et l’on pourrait (presque) écrire la chronique sans écouter le CD. Car Brötzmann est Brötzmann et quel que soit le contexte dans lequel il évolue, il ne fera jamais que du Brötzmann…Ceci en toute logique puisqu’il est Brötzmann. Alors, que lui reprocher ? Rien finalement car de cette furie convulsive, jamais prise en défaut depuis des décennies, on n’arrive pas à se lasser.

De Brötzmann, certains voudraient autre chose : « de la douceur, balbutient-ils. Trop de déluges depuis trop d’années, qu’il s’adoucisse maintenant ! » Oui, convenons-en : on entend souvent de drôles de choses dans le cercle des initiés. Et ici, Peter Brötzmann va encore les décevoir de son souffle unique, insatiable, malin. Et ici, avec lui, une sacré paire de voyous soniques. Marino Pliakas & Michael Wertmueller : deux rockers (sic) qui ne savent pas tempérer. Une masse qui fait front et s’oppose au souffleur. Du fiel à tous les étages (Large Hadron Collider), de sournoises accalmies (Atlas), des crescendos ébouriffants (Protoneparcel), des brûlots et encore des brûlots. Et aucune raison pour que ça s’arrête. Alors : nécessaire ou pas la chronique ? L’écoute du disque, elle, l’est totalement.


Full Blast, Higgs. Courtesy of Orkhêstra International.

Full Blast : Black Hole (Atavistic / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2008 / Edition : 2009   
CD : 01/ Black Hole 02/ Suzy 03/ Ellis 04/ Alice 05/ String 06/ Atlas 07/ Protoneparcel 08/ Higgs 09/ Teilchencrash 10/ Large Hadron Collider 11/ Quarks Up-Down
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Sonore : Call Before You Dig (Okka Disk, 2009)

sonoresli

Sur la première plage du premier des deux disques (un concert en 2009 / une séance studio en 2008) qui font Call Before You Dig, touver une présentation appuyée des forces en présences : Peter Brötzmann, Ken Vandermark et Mats Gustafsson (Sonore).

Toutes concentrations requises ensuite, et puis l’alerte : les trois musiciens s’engouffrent dans un labyrinthe, chacun dans une direction différente. Frénétiquement, ils empruntent des couloirs, butent, cognent, prennent étages et suspensions, temps de réflexions mesurés, engagent des courses, des luttes, et puis des airs charmeurs lorsqu’il s’agit d’endormir les autres le temps de trouver une échappatoire et de s’y précipiter de nouveau. La distribution de l’édifice est peu orthodoxe : superstructure (saxophones alto et ténor, clarinettes) et infrastructure (saxophones baryton, tarogato, clarinette basse) confondues aux couloirs donnant sur de grandes aires de jeux, salles de combat ou de méditation, cabinets de musique apaisée (les grandes plages de conciliations et même d’unisson à entendre sur le second disque) ou boudoirs, enfin, magasins d’instruments dans lesquels les trois hommes s’emparent d’autres armes, les essayent posément avant de repartir en trombes.

Ici l’enregistrement s’intéresse de près à l’évolution de Brötzmann, ailleurs plutôt à celle de Vandermark ou de Gustafsson. Ainsi : l’auditeur se focalise sur untel qui soudain tombe sur un autre ou à qui deux autres font tout à coup face. Souvent, le toujours même auditeur prend un intervenant pour un autre, et cet autre encore pour le troisième ; heureux, à chaque fois, de perdre ses repères.

Sonore : Call Before You Dig (Okka Disk)
Enregistrement : 2008-2009. Edition : 2009.
CD1 : 01/ The Cliff 02/ Mountains of Love 03/ Shake Horn 04/ Nurecognized Reflections 05/ Charged by the Pound 06/ Mailbox for an Attic 07/ Call Before You Dig – CD2 : 01/ The Ravens Cry at Dawn 02/ Better a Bird than a Cow 03/ Human Fact 04/ Iranic / J. Giuffre 05/ A Letter from the Past 06/ The Bitter the Better 07/ The Longer the Lieber 08/ Birds of the Underworld 09/ Waiting for the Dancing Bear 10/ A Dyed String 11/ Hellpig 12/ Zipper Backwards 13/ Dark Cloud Blues 14/ Blue Stone 15/ Hardline Drawing 16/ Rat Bag 17/ Hard to Believe But Good to Know
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Peter Brötzmann, Fred Lonberg-Holm: The Brain of the Dog In Section (Atavistic - 2008)

Grislinsection

En duo avec l’un des membres de son Chicago Tentet, Peter Brötzmann se contente de trois improvisations ramassées sur The Brain of the Dog In Section, enregistrement court parce qu’emporté plus rapidement.

Qui oppose à l’endurance d’un saxophoniste égrenant d’autres chapelets faisant effets de plaintes introspectives l’à-propos – certes, parfois conciliant – du violoncelliste Fred Lonberg-Holm : grands mouvements d’archet convulsifs ou instrument envisagé de la même manière que d’autres, à cordes et électriques.

S’entendant à merveille lorsqu’il s’agit de combiner leurs aigus frénétiques, Brötzmann et Lonberg-Holm mettent fin à leur rencontre après trois essais qui seront allés crescendo d’affirmation virulentes en oppositions régénératrices.

CD: 01/ Section 1 02/ Section 2 03/ Section 3 >>> Peter Brötzmann, Fred Lonberg-Holm - The Brain of the Dog In Section - 2008 - Atavistic. Distribution Orkhêstra International.

Peter Brötzmann déjà sur grisli
The Complete Machine Gun Session (Atavistic - 2007)
The Fat is Gone (Small Town Superjazz - 2007)
Pica Pica (Atavistic - 2006)

Fred Lonberg-Holm déjà sur grisli
Terminal Valentine (Atavistic - 2007)
Dialogs (Emanem - 2004)

Commentaires [0] - Permalien [#]

Brötzmann, Nilssen-Love, Gustafsson: The Fat is Gone (Smalltown Superjazz - 2007)

brotguslovegrisli

Lors de l’édition 2006 du Festival International de Jazz de Molde, Peter Brötzmann prouvait en compagnie de Mats Gustafsson et de Paal Nilssen-Love que tout le monde peut s’entendre sur un conflit de générations.

Les deux saxophonistes donnant d’abord dans les rauques d’instruments graves sur le rythme frénétique propulsé par Nilssen-Love, avant d’opter, dès l’ouverture de Colours in Action, pour un développement plus langoureux, soul déchue par les tentatives expérimentales d’une clarinette basse et d’un saxophone baryton. Evidemment, la tension gagne à nouveau l’ensemble, mais redescendra.

Plus déconstruit, The Fat is Gone imbrique ses conversations soutenues, tenté souvent par des silences qu’il abandonnera au profit d’un free jubilatoire aux accents de fête aylérienne. Démantibulées en guise de conclusion ; celle de Fat is Gone, instantané convaincant d’un free jazz du jour. 

CD: 01/ Bullets Through Rain 02/ Colours in Action 03/ The Fat Is Gone

Peter Brötzmann, Paal Nilssen-Love, Mats Gustafsson - The Fat Is Gone - 2007 - Smalltown Superjazz. Distribution Differ-ant.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Peter Brötzmann: The Complete Machine Gun Sessions (Atavistic – 2007)

machinegrislisessions

L’occasion (réédition augmentée de Machine Gun) faisant le larron angliciste : Peter Brötzmann conduisait, en 1968, la dream team de la Free Music européenne. Fast & Furious.

Aux côtés d’Evan Parker, Willem Breuker, Fred Van Hove, Peter Kowald, Buschi Niebergall, Sven-Åke Johansson et Han Bennink, Brötzmann décide de tout sacrifier à un défoulement exutoire : maelström de pratiques permissives hurlantes, découpées ou gonflées de plaintes qui savent faire usage d’ironie mordante – free jazz évaporé à l’arrivée d’une fanfare soul sur Machine Gun, ou écarté au son d’un mambo soudain rendu à l’unisson sur Responsible.

Les ruades de piano solo de Music for Han Bennink passées, voici d’autres versions des œuvres rares que sont les deux pièces citées plus tôt : prises alternatives ou enregistrement concert (auquel participe aussi le saxophoniste Gerd Dudek) qui réaffirment l’évidence selon laquelle : s’il faut avoir chez soi un disque de jazz fomenté en Europe à cette époque, alors, il s’agit de Complete Machine Gun Sessions.

 

Peter Brötzmann : The Complete Machine Gun Sessions (Atavistic / Orkhêstra International)
Enregistrement : 1968. Edition : 2007.

CD: 01/ Machine Gun 02/ Responsible / For Jan Van De Ven 03/ Music for Han Bennink 04/ Machine Gun (2nd Take) 05/ Responsible / For Jan Van De Ven (1st Take) 06/ Machine Gun (Live)
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Music and the Creative Spirit. Innovators in Jazz, Improvisation, and the Avant Garde (Scarecrow Press - 2006)

petergrisliCollaborateur régulier du magazine américain Downbeat, Lloyd Peterson rassemble dans Music and the Creative Spirit 42 témoignages que lui ont accordés des musiciens (*) qu’il qualifie (à raison pour presque tous) de novateurs, évoluant dans le champ d’un jazz en évolution perpétuelle au contact d’un répertoire d’influences éclaté plutôt que confortablement installés dans une tradition qu’il faudrait absolument entretenir.

Sans mentionner la date à laquelle se sont déroulés les interviews – seul défaut majeur de l’ouvrage -, Peterson fait défiler une galerie judicieuse de personnages ayant à dire sur un style qui, comme le note le trompettiste Dave Douglas dans la préface, n’a jamais autant évolué que ces quarante dernières années.

Alors, on trouve Derek Bailey avancer que les deux grands principes qui animent sa pratique musicale sont l’indifférence et la non familiarité avant de se dire musicien conventionnel ; plus loin, William Parker lâche que la compréhension n’est pas du domaine de la beauté ; Steve Lacy, dans le fac-similé d’une lettre adressée à l’auteur, conseille, lui, de laisser la musique parler d’elle-même plutôt que de la contraindre à l’exercice de la théorisation.

Plus prolixes, d’autres expliquent le rapport qu’ils entretiennent avec leur art – Hamid Drake révélant, à la suite d’Albert Ayler, le lien étroit entre la portée musicale de l’univers et la portée universelle de la musique, quand David S. Ware confie que la spiritualité l’a amené à ne plus jouer pour sa notoriété – ou tentent de mettre au clair les affinités de leurs pratiques - Ikue Mori parlant de la scène bruitiste japonaise, Otomo Yoshihide de son rapport au courant Onkyo.

Ailleurs encore, Barry Guy revient sur son expérience au sein du London Jazz Composers Orchestra, George Lewis et Wadada Leo Smith évoquent la grande époque de l’A.A.C.M., tandis qu’autour de Peter Brötzmann, Ken Vandermark, Mats Gustafsson, Joe McPhee et Paal Nilssen-Love discutent, le temps d’un tour de table intelligent, d’improvisation autant que de société, de leur rapport au public autant que de politique.

(*) Fred Anderson, Derek Bailey, Joey Baron, Tim Berne, Peter Brotzmann, Regina Carter, Chicago Roundtable, Marilyn Crispell, Jack DeJohnette, Dave Douglas, Hamid Drake, Bill Frisell, Fred Frith, Annie Gosfield, Mats Gustafsson, Barry Guy, Dave Holland, Susie Ibarra, Eyvind Kang, Steve Lacy, George Lewis, Pat Martino, Christian McBride, Brad Mehldau, Myra Melford, Pat Metheny, Jason Moran, Ikue Mori, David Murray, Paal Nilssen-Love, Greg Osby, Evan Parker, William Parker, Joshua Redman, Maria Schneider, Wadada Leo Smith, Ken Vandermark, Cuong Vu, David S. Ware, Otomo Yoshihide, John Zorn.

Lloyd Peterson, Music and the Creative Spirit. Innovators in Jazz, Improvisation, and the Avant Garde, Scarecrow Press, 2006.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Peter Brötzmann: Pica Pica (Atavistic - 2006)

pislipisli

Parce qu’Han Bennink - avec lequel ils avaient l’habitude de jouer - s’adonnait au jazz d’avant-garde avec Misha Mengelberg, Peter Brötzmann et Albert Mangelsdorff trouvèrent en Günter Sommer un percussionniste de substitution, certes, mais aussi de taille. Cet enregistrement de 1982 au Jazzfest Unna en est la preuve.

Dès Instant Tears, les trois musiciens exposent leurs différences, tout en courant derrière la même méthode instinctive: Sommer déployant un jeu tendu, proche d’un rock chargé ; Mangelsdorff ayant recours à la répétition discrète et à l’usage de silences ; quand Brötzmann façonne à son image un free déambulatoire au gré des saxophones qu’il utilise – alto, ténor et baryton.

Baryton avec lequel le saxophoniste sonnera la charge du trio dans la dernière partie d’Instant Tears, qui contrastera avec l’allure de Wie du Mir, So Ich Dir Noch Lange Nicht, même si le saxophone et le trombone y soufflent encore le chaud et le froid sur le rythme alangui décidé par un Sommer ici plus subtil.

Plutôt à l’aise sur chacune des progressions, le trio construit peu à peu un free jazz singulier mis au service d’une fronde complice. Terminée au son de Pica Pica, pièce courte qui imbrique les courts rebonds des vents sur cadence soutenue, et simule une danse de Saint Guy en guise de conclusion conciliatrice.

Peter Brötzmann : Pica Pica (Atavistic / Orkhêstra International).
Enregistrement : 1982. Réédition : 2006.

CD : 01/ Instant Tears 02/ Wie du Mir, So Ich Dir Noch Lange Nicht 03/ Pica, Pica
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Peter Brötzmann: Berlin Djungle (Atavistic - 2004)

grislidjungle

Vingt ans après son enregistrement au JazzFest de Berlin, le label Atavistic ressortait Berlin Djungle du saxophoniste Peter Brötzmann, édité à l’origine par Free Music Production.

Le temps d’un concert unique, 11 musiciens servirent le fantasme du Brötzmann Clarinet Project, certains devant laisser leur instrument de prédilection au profit de la clarinette : parmi eux, les saxophonistes Tony Coe (transfuge de l’orchestre d’Henry Mancini) et John Zorn. Au nombre des intervenants, compter aussi Louis Sclavis, Toshinori Kondo (trompette), Johannes Bauer et Alan Tomlinson (trombones), quand William Parker et Tony Oxley assurent la section rythmique.

Et Brötzmann, bien sûr, qui adresse un clin d’œil à Dolphy avant de conduire son ensemble le long des deux parties de What A Day, pièces sans concessions évoluant au gré des emportements : mouvements saccadés, cris, sifflements, pizzicatos de Parker surpris en pleine transe nihiliste. Espacés, des solos sont ensuite plus à même d’instaurer des pauses obligatoires avant l’unisson ultime et suraigu auquel résiste, seul, le barrissement d’un trombone (First Part). L’épreuve est extrême, et la seconde partie nous apprendra que le bout du bout de la fougue bruyante peut encore changer d’allures. Les contraintes presque toutes anéanties, les trombones dressent leurs sirènes plaintives au milieu desquelles Brötzmann installe au tarogato (saxophone en bois d’origine hongroise) un blues badinant avec la Rhapsody In Blue de Gershwin. Incursion démesurée dans le champ du free jazz et de l’improvisation contestataire, Berlin Djungle est, en plus, un document d’importance, au générique singulier. Prometteur à l'époque ; confirmé aujourd'hui.

CD: 01/ What A Day / First Part 02/ What A Day / Second Part >>> Peter Brötzmann - Berlin Djungle - 2004 (réédition) - Atavistic. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>