Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Paranoia Birthday : Il ne restera / Hesta (Young Girls, 2008)

paranoiacgrisli

Emanation personnelle du fondateur du label bruxellois Young Girls Records, hébergeur de talent d’artistes inclassables parmi lesquels le farouchement indépendant Maurizio Bianchi et sa très recommandable Dekadenz, Paranoia Birthday nous présente au format CD-R ultra-limité (50 copies chacune) deux œuvres éditées par FF HHH, autre maison belge dans les marges (et pas qu’un peu).

Le premier EP deux titres Il Ne Restera est tout particulièrement intéressant, en dépit de son champ d’action fréquenté par l’incroyable Jim O’Rourke sur son magnifique I’m Happy, tout récemment réédité. Tournant sur d’obsédantes boucles à l’orgue qui virent de plus en plus à l’orage (sans qu’il ne craque jamais), Ni L’Amour prend tout son sens quand on l’écoute au casque. Harcelant et grésillant, le morceau termine par rendre complètement dingue, comme si un essaim de robots dans le brouillard cherchait à se faire embaucher dans un montre sidérurgique broyeur d’humains. Impressive. Le second titre Ni Les Larmes nous entraîne dans les restes chauds d’un concerto pour orgue démoli par Fennesz (ou capté sur Radio Tirana), un UFO tournoyant à l’horizon. Avant une brève conclusion proto rock où une mélodie vocale – très – mal chantée sur un air joué sur chaîne hi-fi décomplexera tous les chanteurs en salle de bains de la planète.

Le second disque Hesta n’est qu’à demi réussi. Imprégné d’échos pratiquement lynchéens où un spectre monomaniaque hanterait nos soirées du haut d’un drone synthétique à l’angoissante chaleur, le morceau-titre est remarquable, notamment au niveau des harmonies spectrales qui habitent ses ténèbres mouillées au contact d’un drone irascible. Le seul reproche qu’on lui adressera – sa longueur, 27’50 (!) – étant trop peu musical pour être pris au sérieux. Moins convaincante, voire énervante, la dernière partie Something Will Be The End Of invite (?) à une expédition dans un cyberespace peuplé d’insectes androïdes qui auraient kidnappé Gyorgy Ligeti et pris les commandes de l’ordinateur HAL 9000. 

Paranoia Birthday : Il Ne Restera / Hesta (Young Girls Records)
Edition : 2008.
CD Il Ne Restera : 01/ Ni L’Amour 02/ Ni Les Larmes - CD Hesta : 01/ Hesta 02/ Something Will Be The End Of
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>