Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Au rapport : Météo [2]A la question : Harutaka MochizukiAu rapport : Météo 2018
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Jonas Kocher : Duos 2011 (Flexion, 2012) / Udarnik (L'innomable, 2011)

jonas kocher duos 2011

Avant Jonas Kocher, l’accordéon a connu de grands iconoclastes (nos premières pensées vont bien sûr à Pauline Oliveros). Cela aurait pu être d’autant plus dur pour le Suisse de faire entendre sa voix. Or, en quelques disques, il a réussi à nous familiariser avec son langage.

Après un solo du nom de Solo, c’est une compilation de duos (et d’un trio) enregistrés en 2011 du nom de Duos 2011 qu’autoproduit aujourd’hui Kocher. Hans Koch (clarinette basse) & Patricia Bosshard (violon), Christian Wolfarth (cymbales), Gaudenz Badrutt (electronics), Urs Leimgruber (saxophone), Christoph Schiller (épinette) et Christian Müller (clarinette contrebasse) sont les amis qui l’accompagnent sur ce CD. Les échanges comme au coin du feu sont différents selon la couleur des flammes.

Les plus beaux moments sont les flamboyances avec Wolfarth et Badrutt (Kocher tire sur ses aigus comme s’il cherchait à produire des sons électroniques), Leimgruber et Müller (Kocher souffle des graves qui équilibrent sa conversation avec ses partenaires). Soulignons aussi le beau travail de réalisation (et le master de Giuseppe Ielasi) : l’écoute se fait d’une traite sans qu’on y décèle le moindre accroc. Soufflant…

EN ECOUTE >>> Schiller / Kocher

Jonas Kocher : Duos 2011 (Flexion)
Enregistrement : 2011. Edition : 2012.
CDR : Duos 2011
Héctor Cabrero © Le son du grisli

udarnik

Jonas Kocher grogne au début de cette improvisation de 2010 avec Michel Doneda (saxophone soprano), Tao G. Vrhovec Sambolec (computer) et Tomaž Grom (superbe contrebasse). Les instruments sont différents mais leur mélange se fait naturellement et malgré les éructations, les grognements, les hurlements et les chocs sonores d’autres espèces encore, Udarnik ne parvient qu’à faire l’admiration de l’auditeur. Epoustouflant…

Michel Doneda, Jonas Kocher, Tao G. Vrhovec Sambolec, Tomaž Grom: Udarnik (Zavod Sploh/ L'Innomable, 2011)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Udarnik 1 02/ Udarnik 2 03/ Udarnik 3 04/ Udarnik 4 05/ Konstrukt
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Michel Doneda, Nils Ostendorf : Cristallisation (Absinth, 2012)

michel_doneda_nils_ostendorf_cristallisation

A Tanus, Chapelle de Las Planques, Michel Doneda et Nils Ostendorf improvisèrent quatre heures les 26 et 27 avril 2010. De ces séances, Cristallisation a retenu une dizaine de moments.

Agissant comme un troisième interlocuteur, la Chapelle renvoie les notes et prolonge donc le discours : de saxophones et de trompette aux souffles mesurés quand ils ne sont pas impétueux, d’harmoniques en diable, d’interférences et de surimpression, de recherches faites dans le corps de l’instrument, d’éclats d’aigus et de phrases inclinées formant au sol un labyrinthe, en l’air des volutes qui s’évanouissent. L’endroit se chargeant de la cristallisation promise, Doneda et Ostendorf s’y installèrent pour en tirer artifices.

Michel Doneda, Nils Ostendorf : Cristallisation (Absinth)
Enregistrement : 26 et 27 avril 2010. Edition : 2012.
CD : 01/ Saline 02/ L’etier 03/ Bossis 04/ Guiffres 05/ Œillet 06/ Ladure 07/ trémet 08/ Vasière 09/ Adernes 10/ Fares
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Festival Le bruit de la musique #6 : Saint-Silvain-sous-Toulx, 16-18 août 2018

le bruit de la musique

C’est encore une très belle édition du festival Le Bruit de la musique qui vient de se terminer, à Saint-Silvain-sous-Toulx, charmant village de la Creuse.

Plantons le décor. Comme chaque année, le cœur du festival bat dans une pâture, derrière la micro-salle des fêtes du village, juste en face de la mignonne église. Un chapiteau de cirque a été monté, rouge pétant et jaune. Des guirlandes, faites de triangles de tissu de récupération. Une tente ouverte, avec des matelas, pour se reposer. Une autre avec une installation de vélos sonores, agencée par François Arbon, qui font dzing et blam quand on pédale. Des parapluies haut placés, au bout de grands piquets. C’est pour rire, il ne pleut jamais pendant le festival. Des tables et des bancs, afin de manger et discuter. Trois jours de musique, de rires d’enfants, de découvertes artistiques pointues, parfois déroutantes. Le public ? Il y a ceux qui reviennent chaque année, depuis qu’ils ont découvert cette pépite, de toute la France et de plus loin (on parle un peu toutes les langues ici, allemand, italien, grec, anglais…). Et des gens du coin, qui arrivent à pied, en voisins, les oreilles et l’esprit ouvert à toutes les aventures sonores et artistiques.

Alors, pendant ces trois jours, du 16 au 18 août, qu’a-t-on entendu ? Du très dépaysant : Yaping Wang et son yangqin préparé. Qui dit mieux ? On connaît bien sûr le piano préparé. Nous avons découvert, en ouverture du festival, une épinette préparée (lire plus loin). Mais un yangqin, instrument de la musique traditionnelle chinoise, de la famille des cithares sur table, avec des vis et des morceaux de caoutchouc coincés entre les cordes ? Il fallait la rencontre de cette musicienne, compositrice, improvisatrice, et d’un festival tel que le Bruit de la musique, pour jouir d’un tel concert, dans la petite église de Toulx-Sainte-Croix.

Yaping Wang

Les cordes frappées avec des mailloches en bambou donnent, au naturel, une sonorité curieusement à la fois métallique et moelleuse. Dans la composition contemporaine, écrite par elle-même, avec laquelle Yaping Wang a ouvert son concert, les passages rapides présentent un son continu, une cascade complexe et riche, qui ne ressemble à rien de connu. Elle ne s’interdit pas de jouer aussi sur le cadre métallique ou sur le bois de son instrument. La deuxième partie, l’improvisation sur le yangqin rapidement préparé par elle sous nos yeux, a commencé par des crissements furieux, produits à mains nues, du bout des ongles, ses mains gigotant comme de petites araignées en folie. Puis, changement radical d’ambiance, elle reprend ses mailloches et, très lentement, distille des notes aux harmonies étranges, une suite calme et pondérée, qui emporte l’auditeur dans un état de relaxation et d’écoute profonde, quasiment de conscience modifiée. On y flotte, au fil de sonorités cadencées, avec une lenteur qui semble dialoguer avec des rythmes organiques internes. Yaping Wang finit par nous ramener sur terre. Tonnerre d’applaudissements, salle enthousiaste. Nous étions au fin fond de la Creuse, nous sommes partis vraiment ailleurs…

Autre voyage musical, l’Ensemble U:. Il y a de grandes chances que vous n’ayez jamais entendu ce groupe estonien. En effet, c’est la première fois qu’il se produisait en France. Il a fallu le Bruit de la musique pour organiser ces trois concerts. Depuis quelques années, Martine Altenburger et Lê Quan Ninh, qui portent le festival et en assurent la programmation, proposent un « fil rouge » à un groupe invité, c’est-à-dire une série de concerts, un par jour, l’occasion de montrer des facettes différentes de son travail. Spécialisé en musique contemporaine et expérimentale, U:, basé à Tallin, existe depuis quinze ans. Il a offert un concert contemporain de pièces baltes et nordiques, un concert participatif, et un troisième programme, centré sur le minimalisme.

Ensemble U Tatjana

Gros coup de cœur pour le premier de ces trois concerts. Avec, par exemple, une pièce de Jüri Reinvere, écrite pour les six musiciens, d’une grande complexité rythmique (chacun bat la mesure à son tour, selon qui a une main droite disponible à ce moment-là), et d’une magnifique richesse de timbres. Ou cet hommage à Schönberg, par Vykintas Baltakas, consistant en une réécriture d’un passage de Pierrot lunaire. Ou encore cette pièce bruitiste toute en subtilité de Tatjana Kozlova-Johannes, faisant intervenir le bruissement de fines feuilles de plastique ou les tintements de grains de riz doucement lâchés en pluie au-dessus d’un plat. Ce programme, splendidement maîtrisé, a lui aussi suscité l’enthousiasme du public, remplissant la charmante église de Domeyrot.

La deuxième prestation de U: était très différente. Grâce à un programme dédié, accessible par wifi depuis tout ordinateur portable, tablette ou smartphone, le public est invité à prendre le pouvoir sur les compositeurs et sur les interprètes. Une démonstration amusante, qui permet d’arriver à une conclusion peu surprenante : c’est mieux quand un vrai compositeur écrit de la musique, plutôt que le public, collectivement, en direct. Le troisième concert, consacré à la musique minimaliste, comportait notamment deux pièces radicales. L’une, de Peter Ablinger, présente un récitant (ici l’époustouflant flûtiste Tarmo Johannes) lisant un texte, sa voix étant totalement couverte par les grésillements variés, à volume très élevé, d’un haut-parleur installé juste à côté de son visage. Et l’autre, pour chef d’orchestre solo, de Thierry de Mey : la violoniste raffinée Merje Roomere bat très sérieusement la mesure, de manière de plus en plus farfelue, dans le silence, face public. Une très belle découverte, cet ensemble ! Les CD de U: se sont d’ailleurs vendus comme des petits pains. Ils sont disponibles sur leur site.

Clara Cornil

Autre proposition surprenante du festival, My Dog and I, un spectacle qui mêle plusieurs disciplines artistiques. Le point de départ est une commande à la compositrice irlandaise Jennifer Walshe. Elle a écrit une partition textuelle (téléchargeable ici) et réalisé un petit film, en plusieurs parties, avec entre autres des images de la chienne Skubi. Son propos, sur les relations entre les chiens et les humains, est assez décoiffant. Sur scène, pendant que le film est projeté, et entre ses séquences, il y a trois êtres vivants : la violoncelliste Martine Altenburger, la chorégraphe Clara Cornil, et la chienne Skubi. Skubi ne fait rien d’autre qu’être là – nous ne sommes pas au cirque (bien qu’étant sous un chapiteau), la chienne ne « joue » pas. En revanche, la musicienne et la danseuse sortent de leurs rôles traditionnels en bougeant, parlant, manipulant des objets, dessinant au sol avec un fil rouge et des sables colorés, ou se peignant les avant-bras en vert forêt. Une représentation au charme étrange, pleine d’empathie, d’attention, et dont on sort en portant un autre regard sur les chiens et les animaux en général.

Jeune fille orrible

En plein air, devant la façade du château de la Roche, voici la performance de Jeune fille orrible. Ils sont trois : Frédéric Danos, Audrey Gaisan-Doncel, Olivier Nourrisson. Ils improvisent, avec des objets et matériaux trouvés sur place ou apportés. Ils produisent des bruits (pas de la musique), uniquement acoustiques. Avec un parti pris d’absence d’intention, d’absence de récit, d’absence de communication visible entre eux (pas de regard, pas de synchronisation), ils bricolent une sorte de négation de spectacle, dont se dégage de l’humour (pas toujours), de la fantaisie, une occasion de réfléchir sur le principe du spectacle (nous sommes bien là à les regarder, ils font bien ça devant nous, et pas juste comme des enfants qui jouent avec des emballages en carton). Ça en a hérissé certains (plusieurs personnes sont parties), ça en a réjoui pas mal d’autres.

Plusieurs musiciens sont venus ici avec une approche très fine de la subtilité des petits sons qu’ils peuvent tirer de leurs instruments. C’est le cas de Christoph Schiller, et son épinette arrangée. Du bout des doigts, il joue dans les cordes, chipote avec divers accessoires (un tampon à vaisselle métallique, un morceau de boîtier de CD en plastique…). On est dans le très minimal, très ténu, très captivant. Une parfaite entrée en matière (c’était le premier concert du festival, jeudi après-midi). Autres pratiquants de l’arachnéen, le duo Jonas Kocher / Gaudenz Badrutt. Accordéon et électronique, les deux hommes construisent leur improvisation, pleine de silences, de moments très légers, de micro-variations, puis d’éclats de fureur, au fil d’une idée musicale toujours soutenue. Une très belle expérience, étayée par une grande qualité d’écoute, comme toujours dans ce festival.

Deux prestations bien givrées, maintenant : Parlophonie, en plein air, à La Spouze. Anne-Julie Rollet aux machines, envoie des sons dans une série de vieilles radios, de transistors ou de ghetto blasters. Anne-Laure Pigache vocalise, grimpant parfois à un Everest du farfelu, avec des sons organiques en pleine ébullition. Très réussi et joyeux. Et le solo de Michael Vorfeld, qui produit des sons à partir d’ampoules lumineuses, qu’il allume et éteint, et dont il amplifie les bruits électriques. Il joue dans le noir, bien sûr. C’est agréablement bizarre. On peut toutefois se permettre de dire ici que ça ne procure pas une émotion artistique inoubliable. Autre bémol, au milieu de ce très riche programme : les images de synthèse et les sonorités binaurales de Mathieu Chamagne, avec une projection sur l’autre façade du château de la Roche, nous ont laissée dubitative.

Violaine Gestalder Michel Doneda

Aucune réserve, en revanche pour le concert des deux saxophonistes Violaine Gestalder et Michel Doneda, dans l’église de Toulx-Sainte-Croix. Elle, dans des pièces contemporaines (Scelsi, Berio…), lui dans des improvisations. Drôle de duo : ils ne jouent pas ensemble, mais se répondent, Doneda s’appuyant dans ses impros sur des éléments des pièces écrites. Dialogue contemporain et musique improvisée : un parfait résumé de l’esprit de ce festival.

Il faudrait aussi parler de la pièce de Mauricio Kagel, Eine Brise, pour 111 cyclistes, qui a été interprétée joyeusement par 70 participants, spectateurs, artistes, bénévoles, après deux répétitions rondement menées. Une déambulation vélocipédique et musicale, sifflée, chantée et ponctuée de coups de sonnette, juste avant le bal sous chapiteau avec le groupe Frisette.

U2

Anne Kiesel © Le son du grisli

ep3

Commentaires [0] - Permalien [#]

Festival Le bruit de la musique #5 : Saint-Silvain-sous-Toulx, 17-19 août 2017

le bruit de la musique 5

Vous arrivez dans la petite église de Domeyrot, un village de la Creuse. L'autel, baroque, coloré, naïf, est surmonté d'un Dieu-le-Père joufflu, assis sur un nuage floconneux. Les chaises sont disposées en long face à la chapelle latérale. Le concert est sur le point de commencer : un duo d'accordéonistes qui joue de la musique contemporaine. C'est curieux, vous dites-vous. Ça va être amusant. Sur la petite scène, deux chaises vides, deux accordéons posés au sol. Le premier musicien commence à jouer. C'est Jean-Etienne Sotty. Il est sur le côté, il enlace un autre accordéon. Un son long, tenu, tendu. Dans votre dos, vous percevez une sonorité, ténue, subtile, en harmonie. Une réverbération ? Non, un second accordéon, celui de Fanny Vicens. Ce qui vous arrive dans les oreilles et dans le cœur est d'une infinie tendresse pleine de légèreté. Ce n'est pas de l'accordéon, c'est le chant des anges. Vos yeux errent sur la sculpture d'une mignonne Vierge, toute de doré vêtue. Sur les candides peintures qui évoquent le ciel. Vous y êtes, au ciel.

xamp

Ce premier morceau joué par le duo Xamp est inspiré du gagaku, la musique savante japonaise, vieille de plus mille ans. Balayées, vos suppositions d'avant le concert. Ce n'est ni curieux, ni amusant : Xamp vous emmène plusieurs étages au-dessus de tout ça. Les deux musiciens sont les seuls en France à jouer d'instruments accordés en quarts de ton. A Domeyrat, ils interprètent des morceaux écrits spécialement pour leur duo, par Bastien Davis, Régis Campo et Davor B. Vincze. Et d'autres arrangés par eux-mêmes : du Ligeti et, clin d'œil aux racines de l'instrument, une musette de cour de Couperin. Certains sur un accordéon « normal », d'autres sur des instruments microtonaux. Le concert se déroule, splendide. Le public du festival, venu – souvent de loin – pour ces trois jours de musique, et quelques habitants du coin, sont sous le charme.

Arrive le dernier morceau. « C'est très important pour nous », expliquent les deux jeunes interprètes. Une création, rien de moins. La compositrice, Pascale Criton, est présente. Sa pièce s'appelle Wander Steps. Elle est, au sens strict, inouïe. Un son continu sort des deux instruments, un lisse ruban qui module doucement son accord avec de doux frottements. Et au-dessus, quelque chose flotte, tournoie, vibre. Ça danse au-dessus de la musique. Parfois c'est une soufflerie, un son chaud comme issu d'une forge. Plus tard, c'est une rotation d'étoiles dans le froid vide et noir de l'espace. Un seul souffle, du début à la fin de cette pièce, qui suspend le temps et envoie ses auditeurs illico au 7e ciel.

le quan ninh

Le Bruit de la musique est un festival inimaginable. A l'écart des sentiers battus, géographiquement (la Creuse est loin des grande migrations estivales) et musicalement. Comment imaginer écouter Xamp dans l'église d'un patelin de 220 habitants ? Ce jeune duo (formé il y a trois ans) est plus habitué aux salles de musique contemporaine de grandes villes qu'à ce lieu, simple et chaleureux, où les repas sont servis, public et musiciens mélangés, dans une prairie, sur de grandes tables collectives, dans des assiettes dépareillées achetées chez Emmaüs. Ce festival irréel, qui s'est déroulé à Saint-Silvain-sous-Toulx et dans des communes voisines du 17 au 19 août 2017, en est à sa cinquième édition. Et il marche bien. La direction musicale est assurée par Lê Quan Ninh et Martine Altenburger, tous deux membres-fondateurs de l'ensemble Hiatus, et de l'association Ryoanji. Des bénévoles viennent des quatre coins de l'hexagone pour donner un coup de main ici.

Une idée de la diversité des propositions ? Voici le Petit cirque de Laurent Bigot. La piste fait un bon mètre de diamètre. De bric et de broc, bouts de ficelle, cordes de piano, bidouillages électriques, trapéziste en papier découpé, ombres chinoises, acrobates jouets, et même un panda sur pile, en plastique, skiant sur deux concombres. L'univers de Laurent Bigot est farfelu, poétique, musical. Il faut le voir encourager un jouet mécanique comme si c'était un fauve sur le point se sauter dans un cerceau de feu. Un enchantement.

Apartment House est une formation britannique à dimension variable, créée en 1995 pour interpréter des oeuvres de musique expérimentale contemporaine. Les musiciens ont choisi de venir en Creuse en quatuor à cordes. Ils ont donné deux concerts. Le premier dans l'église de Domeyrot, avec entre autres, une pièce de Tom Nixon, entièrement en pizzicato, et un joyau écrit par Pelle Gudmundsen-Homgreen, qui joue sur des sortes de frottements du son, de vibration des quatre instruments collectivement. Pour employer une plate métaphore entomologique, on dirait un ballet d'insectes en vol, vibrionnant tous ensemble en de rapides aller-retour. Palpitant.

apartment house

Le second concert d'Apartment House s'est déroulé dans l'église de Toulx-Sainte-Croix, village perché sur une colline. Au programme, une pièce mythique (et atrocement difficile à jouer) de Jürg Frey, le String Quartet No. 2. Longue : près de 30 minutes. Ardue : elle joue sur de microscopiques variations autour de montées et de descentes d'archet, tous les quatre ensemble, sur un tempo immuable (et qui parfois semble ralentir). Avec, avant tout, un son extrêmement étonnant, comme blanc, bien en dessous de la vibration « normale » des instruments. Les violons, l'alto, le violoncelle ne sonnent pas pleinement, ils sont effleurés, avec une technique très particulière (un doigt appuie sur la corde, un autre la frôle un peu plus loin). C'est monstrueux à jouer, cela demande une intensité de concentration hors du commun. Du côté de l'auditeur aussi, il est nécessaire de se plonger dans un état de réception complet. Quand on y arrive, c'est l'extase ! Une vraie expérience de vie, au-delà de la musique.

Il faut aussi parler de Sébastien Lespinasse, poète sonore, qui a ouvert le festival, avec ses textes décalés, engagés, abstraits, et parfois sans parole. La poésie sonore est une des spécialités du Bruit de la musique (l'an dernier, on était tombé des nues en découvrant le dadaïste Marc Guillerot). C'est totalement régalant. Il faut saluer Konk Pack (Roger Turner, Tim Hodgkinson et Thomas Lehn). Ils sont plus connus que d'autres dans cette programmation, et ont été à la hauteur des attentes, avec un concert riche en dynamiques, atteignant des sommets d'intensité ébouriffants.

frédéric le junter

On a ri aux larmes lors de la prestation de Frédéric Le Junter, chanteur-bricoleur. Il fabrique des instruments de récupération, aux automatismes approximatifs, qui fonctionnent avec des pinces à linge et leur bonne volonté d'objets qui ont une âme. Il fait un peu le clown, il nous prend à témoin, il est drôle comme tout, il est bouleversant de sensibilité. Lionel Marchetti a, quant à lui, joué deux duos de musique électronique, l'un avec Nadia Lena Blue, l'autre avec Carole Rieussec. Je n'ai pas grand-chose à en dire, ça ne m'a pas énormément intéressée.

Beaucoup plus étonnant est le duo danse-saxophone de Lotus Eddé Khoury et Jean-Luc Guionnet. Lui, on le connaît bien. Elle, moins. Ils se présentent, debout, côte à côte. Il improvise, avec beaucoup de silences. Elle offre une danse abstraite, avec beaucoup de moments d'immobilité (qui sont à la danse ce que les silences sont à la musique). Elle reste là où elle se trouve, il n'y aucun déplacement, comme si elle tentait de danser le contraire de la danse. Ses mouvements sont souvent très ténus, minimalistes. Ou brusques et amples. Le plus intense, selon moi, est ce moment où elle bouge uniquement son estomac, mouvement à peine deviné par les spectateurs : elle est habillée comme vous et moi, un pantalon, un débardeur ample, qui par un léger flottement du léger tissu laisse deviner sa « danse du ventre », en harmonie parfaite avec le souffle du saxophone de son compagnon.

Lotus Eddé Khoury, avec Jean-Luc Guionet

Le clou du festival, sa ponctuation, le dernier concert avant le buffet final, est une proposition déjantée, animée par Fabrice Charles, Michel Doneda, Michel Mathieu et Natacha Muslera : Opéra Touffe. C'est une fanfare constituée de tous ceux qui veulent y venir, de préférence s'ils n'ont jamais soufflé dans une trompette, un trombone à coulisse, voire un hélicon. Trois répétitions durant le festival, des indications efficaces des quatre pros (qui ont fait jouer, depuis 22 ans, plus de 20 000 personnes dans cette formation). A Saint-Silvain-sous-Toulx, ils étaient 70, pour une heure de concert ébouriffant. Ou comment finir dans la joie collective et dans l'enthousiasme. Vivement l'an prochain !

fanfare de la touffe

Anne Kiesel © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Fred Frith, Michel Doneda (Vand’Œuvre, 2014)

fred frith michel doneda

Mon faible pour la guitare (électrique) m’a récemment amené à écouter du saxophone soprano. Celui de Michel Doneda, qui joue sur ce CD sans titre (j’ai bien cherché partout) avec l’ami (c’est une façon de parler) Fred Frith.

C’est en fait un concert que les deux hommes ont donné à San Francisco en 2009. Balayée l’introduction à l’amiable voilà l’électrique qui se réveille sous l’effet de grattements, et l’électrique réveille le soprano qui tourne d’abord en boucles dans son for intérieur. Après, et bien Frith bat sa guitare, beaucoup, mais se fait excuser par une série d’arpèges ou la répétition d’un accord au médiator.

Doneda, lui, s’amuse des notes du guitariste, s’y promène comme dans une installation sonore, joue pour lui seul ou se laisse porter, jusqu’à s’envoler tout de bon. Ce CD sans titre auquel m’avait amené mon faible pour la guitare (électrique) était-il en fait un (fort appréciable) disque de saxophone soprano ?

Fred Frith, Michel Doneda (Vand’Œuvre / Souffle Continu)
Enregistrement : 12 février 2009. Edition : 2014.
CD : 01/ L’eau et le vent 02/ Cut and Run 03/ Allure au plus près 04/ Going by the Board 05/ Black and Fill 06/ Boxing the Compass 07/ Absolute Bearing 08/ Point d’armure 09/ The Devil and the Deep Blue Sea
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Michel Doneda, Joris Rühl : Linge (Umlaut, 2013) / Eksperiment : Slovenia (SIGIC, 2013)

michel doneda joris ruhl linge le son du grisli

Si, fraternisant en duo avec des souffleurs, il était « par terre » avec Alessandro Bosetti (Breath on the Floor), dans une chapelle avec Nils Ostendorf (Cristallisation) ou sous « l'averse » avec Katsura Yamauchi (La drache), « dans les escaliers » avec Lol Coxhill (Sitting on your stairs) puis près d'une volière avec Alessandra Rombola (Overdeveloped pigeons), c'est sous la charpente d'une ferme alsacienne que Michel Doneda (saxophone soprano, radio) se voit installé en compagnie de Joris Rühl (clarinette) pour ce disque de sept pièces – tirées de trois jours d'enregistrement en juillet 2012 – brèves, tenues et concentrées.

Sans doute la réussite du projet tient-elle justement à ce caractère « focalisé » des blocs d'air ici recueillis : soigneusement fendus, niellés ou surpiqués, ces moments à l'homogénéité tavelée d'escarbilles révèlent, dans leurs jeux stéréo et aérophoniques, la fine entente des deux improvisateurs. En pleine nature, la chose eût été bien différente : Doneda l'a expérimentée avec un autre clarinettiste, Xavier Charles, dans Gaycre puis Gaycre [2].

Travail de haute précision (cet autre mode du « lâcher ») dans l'étagement d'harmoniques qui se mettent à palpiter ; travail de haute tenue et de hautes tenues ; grand artisanat d'où la gesticulation a été bannie et auquel la belle facture de la pochette semble faire écho...

Michel Doneda, Joris Rühl : Linge (Umlaut Records)
Enregistrement : juillet 2012. Edition : 2013.
CD : 01/ 8'00 02/ 3'14 03/ 8'47 04/ 5'22 05/ 5'02 06/ 8'24 07/ 8'10
Guillaume Tarche © Le son du grisli

doneruhl

A l'occasion de la sortie de Linge, Michel Doneda et Joris Rühl joueront ce 14 octobre (20H30) à Paris (18e arrondissement, Atelier Polonceau Thomas-Roudeix, 47-49, rue Polonceau).

eksperiment slovenia

C’est associé à Jonas Kocher, Tomaž Grom et Tao G. Vrhovec Sambolec, que l’on trouve Michel Doneda en Eksperiment Slovenia, compilation qui met à l’honneur la diversité de la musique « expérimentale » slovène. Ici remixé par Giuseppe Ielasi, le quartette signe au son d’une électroacoustique tremblante l’une des belles plages du disque – pour les autres, remercier le saxophoniste Marko Karlovčec, Grom et Tao G. Vrhovec Sambolec tous deux en solo, l’électroniciste Miha Ciglar, enfin le spatial N’toko en duo avec Seijiro Murayama.

Eksperiment Slovenia (SIGIC)
Edition : 2013.
CD : 01/ Tomaž Grom, Tao G. Vrhovec Sambolec, Michel Doneda, Jonas Kocher : Konstrukt 02/ Marko Karlovčec : Dissolve Your Clench in a Compost Heap, Even 03/ Bojana Šaljić Podešva : Meditacija o blizini 04/ Čučnik, Pepelnik, Grom : Din din 05/ JakaundKiki : Dunji 06/ Tomaž Grom : Untitled 07/ iT/Irena Tomažin : Question of Good and Bad 08/ Marko Batista : Chem:Sys:Apparatus 09/ Vanilla Riot : Chop 10/ Miha Ciglar : Early Composition 2006 11/ Tao G. Vrhovec Sambolec : Caressing the Studio (Bed, Table, Window, Chair) 12/ N’toko, Seijiro Murayama : Ljubljana-Tokyo 13/ Samo Kutin, Marko Jenič : Dioptrija
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

eRikm, Michel Doneda : Razime (Monotype, 2012) / eRikm, Norbert Möslang : Stodgy (Mikroton, 2011)

erikm michel doneda razime

La collaboration date de mars 2009 : concert qui peint Michel Doneda et eRikm en musiciens-inventeurs souvent empêchés par des trucs et astuces de représentation. Alors, à l’intérieur du soprano, un souffle passe puis une note tremble, dont eRikm teste la résistance aux perturbations de toutes sortes (parasites, scratchs, samples…) et de diverses qualités.

Certes, ses interventions pullulent et son implication est nette, mais eRikm confond là vitesse et précipitation. Si le catalogue dans lequel il se sert est celui d’artifices souvent datés, il peut néanmoins receler des surprises : ainsi arrive-t-il qu’un grave nourri avec patience tombe à point contre un souffle descendant : le duo se reprend alors, et temporise avec ingéniosité (sur Rain).

Après quoi, la folie reprend, ainsi que le spectacle léger d’un petit théâtre expérimental d'allure : un morceau d’émission sportive captée par la radio de Doneda, d’autres souffles en peine, et l’attention s’endort. L’incandescence n’est pas toujours promesse de flamme.  

EN ECOUTE >>> Rain

eRikm, Michel Doneda : Razime (Monotype)
Enregistrement : mars 2009. Edition : 2011.
CD : 01/ Raz 02/ Rain 03/ Azine
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

erikm norbert moslang stodgy

Avec Norbert Möslang – aux cracked everyday-electronics, comme jadis en Voice Crack et, avec eRikm déjà, en poire_z –, guère mieux. Collection d’enregistrements datant de 2002 à 2005, Stodgy enfile ainsi trois pièces électroniques furieuses : à la réécoute, plus folâtres que fertiles. L’ardeur du dialogue, fracassante, aurait-elle amputé un peu de la réflexion ? Des étincelles encore, mais de flamme toujours pas.   

eRikm, Norbert Möslang : Stodgy (Mikroton)
Enregistrement : 2002-2005. Edition : 2011.
CD : 01/ Stinger 02/ Aérolithe 03/ Micelle
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Doneda, Kocher, Schiller : /// grape skin (Another Timbre, 2011) / Doneda, Kocher : Action mécanique (Flexion, 2011)

doneda_kocher_schiller_grape_skin

Le 23 juin 2010, Michel Doneda improvisa en compagnie de l’accordéoniste Jonas Kocher et du joueur d’épinette Christoph Schiller.

Ainsi ///grape skin conserve-t-il le souvenir de cette réunion : consigne des lignes sinueuses s’emmêlant et des bruits qui tournent en satellites au-dessus de l’association. A force de mouvements, ce sont deux membranes qui sont ici créées. La première adopte la ligne d’un chant monacal et, sur le cadre de l’instrument à cordes, dépose les longs aigus de sopranos et les graves tenaces de l’accordéon. La seconde est faite de moments différents intelligemment imbriqués : l’homme y scie ou y souffle, y affirme ou y tremble, dans des instruments qu’il a voulu d’un autre âge (c'est à dire en avance sur son temps). De ces deux membranes de formes différentes filtrent alors cet ouvrage de cohérence, cette affaire d’osmose qu’est ///grape skin. 

EN ECOUTE >>> /// grape skin (extrait)

Michel Doneda, Jonas Kocher, Christoph Schiller : ///grape skin (Another Timbre / Metamkine)
Enregistrement : 23 juin 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ First Membrane 02/ Second Membrane
Guillaume Belhomme © le son du grisli

doneda_kocher_action_m_canique

D’un concert donné à Sofia un peu plus tôt (27 novembre 2009), Doneda et Kocher ramenèrent de quoi permettre au second d’inaugurer le catalogue de son propre label, Flexion. Sur cet Action mécanique, le duo va, toujours dans l’urgence, de paraphrases en déconstructions. Fait d’interventions brèves, le dialogue gagne en rondeurs au point de rassurer Doneda qui laissera en conséquence libre cours à une invention plus individualiste. Le changement de cap, d’augmenter et même de compléter cet autre exercice d'improvisation convaincante.

EN ECOUTE >>> Action mécanique (extrait)

Michel Doneda, Jonas Kocher : Action mécanique (Flexion / Metamkine)
Enregistrement : 27 novembre 2009. Edition : 2011.
CD : 01/ Action mécanique
Guillaume Belhomme © le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Alessandra Rombolá, Michel Doneda : Overdeveloped Pigeons (Con-V, 2011)

overdevelopedgrizzlys

L’une et l’autre avaient signé jadis un solo sur le label Sillon. Aujourd’hui (en fait 20 avril 2008), ils se penchent ensemble sur le cas d’Overdeveloped Pigeons.

Alessandra Rombolá (flûtes et objets) et Michel Doneda (saxophones soprano et sopranino, radio, objets) partis donc à la découverte d’oiseaux rares dont le souffle fait l’élan : volatiles plaintifs, expressifs voire disant, ou gibier plus commun qui, s’il ne joue pas un peu les surdéveloppés bravaches, s’en fait oublier d’autant. En guise de chants, qui se succèdent semble-t-il selon le développement artificiel de ladite espèce (de fragments de pigeons en pigeons gonflés à bloc) : respirations en partage, sifflements hauts et râles confondants, notes enquillées par la flûte et déraillements du soprano, et même quelques coups de plumes portés à des objets – lorsque ceux-ci ne sont pas plutôt traînés à terre.

C’est d’ailleurs au son des plaintes de ces choses que le duo maltraite qu’il lui arrive de gagner en originalité : pour cela – condition sine qua none ? – il aura dû perdre en assurance.

Alessandra Rombolá, Michel Doneda : Overdeveloped Pigeons (Con-V)
Enregistrement : 20 avril 2008. Edition : 2011.
CD : 01/ O.V. 02/ E.R. 03/ D.E.V. 04/ P.I.G.E. 05/ O.N.S.
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Tatsuya Nakatani, Michel Doneda : White Stone Black Lamp (Kobo, 2011)

WhitegrisliBlackgrisli

Escorté de deux autres enregistrements – avec Rombola sur le label Con-V ; en compagnie de Kocher & Schiller chez Another Timbre – publiés en ce printemps et qui témoignent de l’activité de Michel Doneda (saxophones soprano & sopranino), ce disque gravé en septembre 2007 avec Tatsuya Nakatani (percussion) est une véritable aventure.

Aventure de matières, de son, d’écoute ; aventure de haute énergie, de haute altitude, de haute attitude ; aventure distincte de celle que les musiciens ont commencé à dessiner avec Jack Wright sur les deux disques de From Between ; aventure qui ne ramène pas plus au duo du souffleur avec Lê Quan Ninh, qu’à celui du percussionniste avec Assif Tsahar

Aventure donc, d’un engagement complet dans une action d’une corporéité et d’un raffinement inouïs : scories dont il faut se défaire, crachées dans la dépense, dans les déboulés, jusqu’à l’acide, métaux et grandes peaux dont Nakatani use en leviers rauques, bien raclés, primordiaux. On s’épaule, on se fraie un passage ; agile, on se tient dans le sillage l’un de l’autre ou l’on s’écarte, attentif, disponible, actif, élargissant ces espaces mentaux, physiques, vibrants, où l’auditeur a sa place.

Tastuya Nakatani, Michel Doneda : White Stone Black Lamp (Kobo)
Enregistrement : 2007. Edition : 2011.
CD : 01/ You Come with All the Insects 02/ Circle Lamp 03/ Butterfly Hesitant 04/ Fagot 05/ Moon Is A Nail 06/ The Bee Is Short
Guillaume Tarche © le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>