Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Instant Chamber Music (Setola di Maiale, 2013)

instant chamber music

On pourra reprocher certaines petites choses (improvisations shuntées et incomplètes) à Marcello Magliocchi (sculptures sonores), Matthias Boss (violon), Paulo Chagas (flûtes, hautbois, clarinettes, saxophones) et Maresuke Okamoto (contrebasse) mais jamais on ne mettra en doute le bien fondé de leur entêtement. Car ce sont avant tout des aventuriers du bruyant, des soldats aux marches guerrières. Ils sont indomptables, impolis et cela me plait.

Le violoniste furète l’aigu avec malice, aime à bavarder sèchement avec ses amis. On ne peut pas ne pas le remarquer. Il entretient la résonnance et l’oppression. Il crisse et empoisonne l’espace. Et il trouve en Paulo Chagas, sopraniste quasi evanparkerien, un souffleur à sa juste démesure, quitte à laisser  parfois ses deux autres camarades sur le banc de touche. Mais tout ce beau monde, de se réunir en une dernière et discordante improvisation (12026), sans clés ni certitude si ce n’est celle de donner sens et contour à l’art singulier du désordre.

écoute le son du grisliInstant Chamber Music
120226

Instant Chamber Music : Instant Chamber Music (Setola di Maiale)
Enregistrement : 2011-2012. Edition : 2013.
CD : 01/ Scaffolding on the Previous Day 02/ After Silence 03/ Rainy Season 04/ Rumor of Another Forest 05/ After Rain in Another Forest 06/ Yellow in White 07/ Pulse of Essi 08/ The Catcher in the Boss 09/ 120221 #Quartet 10/ 120221 T.17 11/ 120226
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

The Three Uncles : Live & More (Setola di Maiale, 2014) / One Hour With (Setola di Maiale, 2013)

the three uncles live & more

Le 10 mars 2013, The Three Uncles (Matthias Boss : violon, Roberto del Piano : basse électrique, Marcello Magliocchi : batterie, percussions) s’invitaient sur la petite scène du Limitationes d’Heiligenkreuz. Ce qu’ils avaient à offrir n’était autre qu’une improvisation à pas feutrés. Le violoniste rongeait ses phrasés, cisaillait la mélodie puis s’en allait cajoler quelque instantanée litanie. La basse électrique fourmillait, bruissait, secouait parfois le cocotier. Le batteur-percussionniste faisait titiller ses bibelots soniques avec aplomb et justesse. Mais l’improvisation n’était que feutrée…

Le 13 mars 2012, soit un an auparavant, les trois oncles étaient quatre (Massimo Falascone : saxophone) ou six (Paolo Falascone et Claudio Maffi : contrebasses) et leurs improvisations regorgeaient de fiel et de lucidité. Sur le vif, l’on découvrait alors une basse électrique éructant une colère ouverte, saisissante. L’aventure ne faisait que commencer…

The Three Uncles : Live & More (Setola di Maiale)
Enregistrement : 2012-2013. Edition : 2014.
CD : 01/ Farewell 02/ Farewell 03/ Farewell 04/ Farewell 05/ Farewell 06/ Farewell 07/ Farewell 08/ Farewell 09/ Farewell 10/ Farewell 11/Farewell 12/ Four Uncles 13/ Six Uncles Part A 14/ Six Uncles Part B
Luc Bouquet © Le son du grisli

the three uncles one hour with

Très bavards et très explicites avaient été ces mêmes Three Uncles lors de leur baptême discographique. Tous se glissaient dans les interstices des vieilles murailles. Violon et basse électrique portaient l’ivresse à bout de bras tandis que la batterie tentait de réguler la bataille. La microtonalité se portait large. La liberté : idem.

The Three Uncles : One Hour With (Setola di Maiale)
Enregistrement : 2012. Edition : 2013.
CD : 01-07/ 01-07
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Marcello Magliocchi : Trullo Improvisations (Setola di Maiale, 2011)

marcello magliocchi trullo improvisations

En choisissant de n’enregistrer que des pièces courtes ou de moyenne durée, et en s’imposant, à chaque fois, un nouveau cahier des charges, le batteur-percussionniste Marcello Magliocchi, le saxophoniste Bruno Angeloni et le guitariste Juan Castañon prennent le risque de divertir plus que nécessaire.

L’écueil est évité de justesse grâce à des improvisations décomplexées, généreuses. Le soprano ne cache pas son lyrisme, pas plus que son désir d’abonder sans retenue. La guitare fourmille de bonnes idées et d’accords fielleux mais sèche à vouloir faire exister le contrepoint. Quant à la batterie, sèche et précise, elle sait délimiter espaces et respirations avec une sobre intelligence (encore plus convaincante quand la percussion se fait minérale et résonnante). Beau disque donc.

Marcello Magliocchi, Bruno Angeloni, Juan Castañon : Trullo Improvisations (Setola di Maiale)
Enregistrement : 2009. Edition : 2011.
CD : 01/ Durmiendo en un trullo 02/ Maya 03/ Eryn 04/ Dudu 05/ Stracci 06/ Mani di Blancia 07/ El nino F 08/ Aunzus 09/ Bishmilla II 10/ El afolador de cuchillos 11/ Torquo
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Bandes Expéditives : Martin Küchen, Par Thörn, Michael Muennich, Marcello Magliocchi, Collapsed Arc

bandes_exp_ditives

martin_k_chenMartin Küchen, Par Thorn : Live at Martin Bryder Gallery (Küchen, 2011) Auprès du poète et artiste sonore Par Thörn (magnétophones, radio, TV set…), Martin Küchen (saxophones, radio) donna ce Live at Martin Bryder Gallery. Dans l’esprit de ce que le second avait donné avec Martin Klapper (Irregular), c’est-là une musique de bruits divers bientôt embarrassée par la présence humaine qui l’a engendrée, de boucles – souffles, enregistrements, voix (évocation des personnages doués de paroles de Dennis Oppenheim) – qui tournent et s’amoncèlent. La seconde face consigne quant à elle un travail fait par le duo sur un solo enregistré plus tôt par Küchen : le bruit épouse cette fois le soupçon et l’improvisation prend de beaux airs de menace.

MuennichMichael Muennich : Rugged (Fragment Factory, 2011) A même la cassette, Michael Muennich a gravé ce Rugged publié à 57 exemplaires sur son propre label, Fragment Factory. Cette autre histoire de bruits est celle de drones tenaces enlacés à des craquements, battements, frottements, feulements, et qui finissent par former des boucles au parcours étonnant. Sous le crachin, on repère même cinq notes regroupées : elles deviendront le gimmick de cette expérience qui n’avait fait qu’en chercher un pour se faire un peu moins abstraite (extrait).

magliocchiMarcello Magliocchi : Music for Sounding Sculptures In Twenty-Three Movements (Ultramarine, 2011) Batteur du quartette de Gianni Lenoci, Marcello Magliocchi publie Music for Sounding Sculptures in Twenty-Three Movements sur Ultramarine, label qui publia son beau duo avec Ninni Morgia (Sound Gates). Les sculptures sonores qu’il y agace sont celles d’Andrea Dami ; l’improvisation date du 7 octobre 2010. Au gré des vingt-trois mouvements promis, Magliocchi dit l’intérêt qu’il trouve à l’abstraction tout en révélant les possibilités cachées d’objets qu’il fait chanter : celles de percussions creuses, de presque éléments de batterie ou d’épaisses cordes lâches. La référence peut aussi être téléchargée : soit, exister fièrement sur CD-R…

RussellCollapsed Arc : In Cursive (Imminent Frequencies, 2011) Sous le nom de Collapsed Arc, l’artiste sonore David Russell (Relentless Corpse, Jerk) concasse des field recordings, des enregistrements de voix et d’infimes bruits collectés, pour arranger deux titres. Eux aussi galvanisés par le potentiel enivrant des boucles, ManMade Diamond et Charlie Hustle se disputent un propos virulent avec des caractéristiques propres : éclatement des propositions bruitistes pour le premier, goût prononcé pour les aigus pour le second. Le retour de la cassette n’oblige pas à décréter laquelle, de la première ou de la seconde face, l’emporte en force de rouleau.  

Enhardis par ce retour en force de la cassette, nous attirons votre attention sur celui du badge :
badge le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Gianni Lenoci : Secret Garden (Silta, 2011)

gianni_lenoci_william_parker_secret_garden

D’abord se fait entendre la contrebasse, précipitée, déterminée, presque affolée, puis apaisée à l’arrivée d’un piano et d’une batterie dont les pas seront vite emboîtés par un saxophone alto ample et assuré. Secret Garden commence ainsi. Pour changer bientôt, à coups de subtils dérèglements ou d’emballements plus vifs. Alors on pense à Coltrane, pour cette combinaison de quatre lumineuses : batterie rayonnant large, contrebasse plantée profond dans le sol, piano en accords plaqués, sax au-dessus de la mêlée. Très vite, chacune des quatre voix se singularisera, sans perdre de vue totalement, toutefois, l’imposant héritage. Et de narrer d’autres histoires, de dessiner d’autres figures. Chacun à leur tour, les quatre s’éloigneront de la route qu’ils semblaient vouloir tracer pour aller se perdre ailleurs. Les dix minutes du morceau augural de Secret Garden, portant ce même nom, auront passé vite et laissé présager l’importance de ce disque.

A Palindrome Life, deuxième morceau, achève de convaincre. Gianni Lenoci et ses compagnons y offrent une longue méditation, un art de souffle retenu, d’énigme irrésolue. Reprenant les timbres là ou Secret Garden les avait laissés, A Palindrome Life s’éloignera après son premier tiers vers de nouvelles terres. Si la main gauche de Lenoci reste fidèle au piano, la droite égrène les touches d’un mbira. Marcello Magliocchi se concentre alors sur le son mat des seuls tambours tandis que William Parker se saisit d’un archet grave. Don Cherry et son folklore imaginaire ne sont pas loin, et seront invités de nouveau sur Mbira, cinquième morceau de l’album, tout aussi convaincant.

Avec Two Days in Amsterdam, le groupe, s’il revient aux formules éprouvées premièrement, les soumettent à une accélération de tempo dont Parker et Magliocchi sont les implacables artisans. Gaetano Partipilo achève de tisser les liens qui le rattachent à l’esprit de Giuseppi Logan et Lenoci dresse un pont entre les pianos de McCoy Tyner et Cecil Taylor.  Le quatrième titre, Splinter, courte course-poursuite au souffle coupé, et le final et plus long Variations, se feront vite oublier, tant tout semble avoir été (bien) dit ailleurs. Et incitent somme toute à reprendre l’écoute de ce néanmoins très bon disque. Alors, reprenons : d’abord, se fait entendre la contrebasse…

Gianni Lenoci Quartet : Secret Garden (Silta Records)
Edition : 2011.
CD : 01/ Secret Garden 02/ A Palindrome Life 03/ Two Days in Amsterdam 04/ Splinters 05/ Mbira 06/ Variations
Pierre Lemarchand © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Fonosextant : Fonosextant (Setola di Maiale, 2011)

fonosextant

Pas facile de dégager une ligne claire à ce Fonosextant (Gianni Lenoci, Gianni Mimmo, Marcello Magliocchi, Matthias Boss + invités). Les appels à se rassembler (répétition des motifs, enchâssement piano-soprano) échouent presque toujours – les inquiétudes larvées de certaines pièces vont, elles, jusqu’à terme – et si fourmille et gronde une masse, elle évolue sans logique ni point d’appui.

En choisissant de nier l’axe collectif, d’éclater plus que de coutume l’improvisation, cette musique s’ouvre, de fait, à la maladresse et à l’excès. Et c’est là, précisément, où elle atteint son but : être libre de ses éclats et de son refus des évidences. On lui reconnaîtra donc sa belle impolitesse et on louera de ces quelques extraits pris sur le vif d’une tournée helvète, un indéniable talent à consommer l’insaisissable.

Fonosextant : Fonosextant (Setola di Maiale)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Rendez-vous 1 02/ Rendez-vous 2 03/ Rendez-vous 3 04/ Rendez-vous 4 05/ Rendez-vous 5
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Ninni Morgia, Marcello Magliocchi : Sound Gates (Ultramarine, 2011)

ninni_morgia_marcello_magliocchi_sound_gates

Entendu récemment sur le même label auprès de William Parker (Prism), Ninni Morgia retourne au duo sur Sound Gates. Son partenaire est cette fois le percussionniste Marcello Magliocchi.

Au contact de la pratique assurée d’un compatriote qui œuvre en faveur de l’improvisation depuis le début des années 1970, le guitariste dévoile d’autres desseins électriques : effleurant à peine son instrument, le réduisant jusqu’à obtenir une forme rare de sanza ou le renversant après en avoir passé quelques phrases en ordinateur.

Magliocchi répond à force de débordements ou de coup défaits qui par endroits soulèvent les nébulosités sonores dont est fait l’essentiel du dialogue. Alors, le soupçon laisse percer quelques tensions : Morgia ose un solo sifflant d’une lenteur assez peu familière à l'exercice. Sources d’érosion multiples, les anfractuosités que Morgia et Magliocchi y ont taillées ont fait de ce vinyle un singulier objet. 

Ninni Morgia, Marcello Magliocchi : Sound Gates (Ultramarine)
Edition : 2011.
LP : A/A1-A5 B/B1-B6
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Potts, Lenoci, Magliocchi : Kid Steps (Setola di Maiale, 2010)

kidstepsli

Auprès du contrebassiste Kent Carter, le pianiste Gianni Lenoci et le batteur Marcello Magliocchi donnèrent en 2008 un concert à Bari (Free Fall, lyrique et désoeuvré). L'année suivante, au Musiche Monelle de Turi, le même duo faisait d'un autre partenaire de Steve Lacy son camarade de jeu(x) : le saxophoniste Steve Potts.

De qualité passable, le son de l'enregistrement atteste quand même de la vigueur inaltérable de Potts, qui passe ici de soprano en alto avec une implication nerveuse et inventive. Mais ces deux pièces d'un jazz compact et ténébreux sont malheureusement desservies souvent par Lenoci lui-même, qui peine à freiner des ardeurs qui ne s'embarrassent pas de nuances, soit : agit en brute dénué d'esprit d'équipe et d'esthétique subtile. Magliocchi, d'emboîter le pas au pianiste, et voici qu'on déplore qu'un solo de Steve Potts n'ait pas profité des efforts du label Setola di Maiale.

Steve Potts, Gianni Lenoci, Marcello Magliocchi : Kid Steps (Setola di Maiale)
Enregistrement : 21 juin 2009. Edition : 2010.
CD-R : 01/ I 02/ II
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Léandre, Lenoci, Curci, Magliocchi : Psychomagic Combination (Setola di maiale, 2008)

psychogrisli

Huit improvisations enregistrées en concert en 2007 par différentes combinaisons formées par Joëlle Léandre, Gianni Lenoci (piano), Vittorino Curci (saxophone alto) et Marcello Magliocchi (percussions), font Psychomagic Combination.

En quartette, les musiciens trouvent un point d’accord à leurs intérêts divergents (archet compulsif de Léandre et insistance traînante de Curci, par exemple, en ouverture) avant de s’entendre avec un aplomb rare sur la deuxième – et même la plus longue – des trois pièces enregistrées à quatre. 

Autres formations capables de surprendre ici : le duo Léandre / Lenoci – échange qui renvoie au disque enregistré par les mêmes quelques années plus tôt (Sur une balançoire, sur Ambiances magnétiques) –, défendant un impressionnisme dévasté par quelques graves ultimes ; le duo Léandre / Magliocchi, intense et grondant autrement ; le trio Léandre / Lenoci / Magliocchi, enfin, sur lequel l’archet se fait plus aigu tandis que le piano s’en remet à la paraphrase avant de l’abandonner avec pertinence. Ailleurs, quelques moments de flottements : inspirations en creux et en bosses ou combinaisons moins cohérentes dans leur ensemble : écarts anecdotiques comparés aux réussites.

Joëlle Léandre, Gianni Lenoci, Vittorino Curci, Marcello Magliocchi : Psychomagic Combination (Setola di maiale)
Enregistrement : 2007. Edition : 2008.
CD : 01/ Quartet 5 :44 02/ Trio Trio (Léandre, Lenoci, Magliocchi) 5:44 03/ Duo (Léandre, Curci) 3:35 04/ Trio (Lenoci, Curci, Magliocchi) 5:39 05/ Duo (Léandre, Lenoci) 06/ Duo (Léandre, Magliocchi) 8:25 07/ Quartet 9:25 08/ Quartet 4:50
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Lenoci, Magliocchi, Zingaro : Serendipity (Amirani, 2009)

serendipisli

En 2007, Carlos Zingaro rencontrait à l’occasion du festival de jazz de Bari le pianiste Gianni Lenoci et le percussionniste Marcello Magliocchi.

Consignée sur Serendipity, l’expérience confronte d’abord les coups d’archet vindicatifs de Zingaro aux trouvailles faites par Lenoci à l’intérieur d’un piano préparé – qui sonne ici comme une harpe défaite, ailleurs comme un mobile métallique et grinçant – avant d’hésiter entre un lyrisme déposé au creux de trois tourmentes (Part #3) ou de trois insistances (Part #4).

Plus affirmés, les gestes de Magliocchi n’en restent pas moins toujours à distance (Part #2), si ce n’est sur la fin, sur laquelle de grands coups portés répondent avec à-propos aux saillies d’un piano auxquelles les notes sont arrachées et aux initiatives toujours impétueuses de Zingaro : conclusion d’une préciosité incisive.   

CD: 01/ Part #1 02/ Part #2 03/ Part #3 04/ Part #4 05/ Part # 5 >>> Lenoci, Magliocchi, Zingaro - Serendipity - 2009 - Amirani Records.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>