Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Joëlle Léandre: At The Le Mans Jazz Festival (Leo - 2006)

l_andregrislieuropa

Retour, le temps de deux disques, sur la carte blanche offerte à Joëlle Léandre par l’Europa Jazz Festival du Mans édition 2005. Occasion pour laquelle la contrebassiste conviait aux dialogues quelques uns des plus brillants représentants du jazz et de l’improvisation d’aujourd’hui.

Après s’être entendu à merveille avec la chanteuse Lauren Newton (Face It!), Léandre composait en compagnie d’Irène Schweizer avec la voix de Maggie Nicols. Ensemble, à nouveau, Les Diaboliques s’accordent sur les schémas répétitifs du piano (Meeting One), mariant les constructions abruptes de Léandre aux éclairs facétieux ou plus incantatoires de Nicols (Meeting Two).

Après le trio insatiable, le florilège fait honneur à un duo de contrebasses hors normes. Là, Léandre et William Parker se mesurent à coups d’archets grinçants, gagnant sans cesse en vitesse comme en densité (Meeting Three). Sur Meeting Five, Parker passe de la flûte à la contrebasse, optant pour l’usage de la paraphrase autarcique en réponse à l’improvisation sensible de sa partenaire.

Après avoir mené leur Firedance, Léandre et la violoniste India Cooke réinventent leur entente, nouée par de précieux réseaux de cordes, qui combinent expérimentations tourmentées (Just Now Two) et propositions mélodiques (Just Now One). Cooke jouant ici le rôle qu’investira ensuite le trompettiste Markus Stockhausen, déposant ses phrases claires sur la progression raffinée qu’installent contrebasse et percussions – celles, en l’occurrence, d’un Mark Nauseef rappelant à l’occasion Andrea Centazzo – sur Just Now Four.

Pour terminer, la sélection extrait quatre morceaux du concert donné par la contrebassiste en compagnie de Paul Lovens (batterie), Sebi Tramontana (trombone) et Carlos Zingaro (violon). Plus déconstruit encore, l’ensemble avance en terres dissonantes et répétitives (Just Now Six), indéchiffrables. Histoire de conclure dans les brumes une sélection infaillible, plaidant pour la qualité évidente d’un Europa Jazz 2005 qu’on aura bien fait de confier à Joëlle Léandre.

CD1: Joëlle Léandre, Maggie Nicols, Irène Schweizer: 01/ Meeting One 02/ Meeting Two - Joëlle Léandre, William Parker: 03/ Meeting Three 04/ Meeting Four 05/ Meeting Five - CD2: Joëlle Léandre, Indian Cooke: 01/ Just Now One 02/ Just Now Two 03/ Just Now Three - Joëlle Léandre, Mark Nauseef, Markus Stockausen: 04/ Just Now Four 05/ Just Now Five - Joëlle Léandre, Paul Lovens, Sebi Tramontana, Carlos Zingaro: 06/ Just Now Six 07/ Just Now Seven 08/ Just Now Eight 09/ Just Now Nine

Joëlle Léandre - At Le Mans Jazz Festival - 2006 - Leo Records. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Lauren Newton, Joëlle Léandre: Face It! (Leo - 2005)

faceitgrisli

La dernière édition de l’Europa Djaz Festival du Mans honorait la contrebassiste Joëlle Léandre au point de la charger de la programmation d’une « Joëlle Léandre Suite », série de concerts donnés en compagnie de musiciens qu’elle aura dû choisir. Entre une soirée passée en compagnie d’Irène Schweizer et Maggie Nicols et une autre donnée en duo avec William Parker, Léandre retrouvait, le 28 avril 2005, la chanteuse américaine Lauren Newton.

Si les deux femmes connaissent souvent la joie des retrouvailles, elles refusent d’évoquer le moindre souvenir, pour mieux engager toujours leur duo improvisé sur le terrain d’une fraîcheur régénérée. Insatiable dès le départ, l’archet de Léandre pose des sonorités grinçantes sur lesquelles Newton se fait peu à peu une place, assez confortable bientôt pour oser les premiers cris faussés par un vibrato lyrique (Face It 1).

Distillant des allusions au swing et à la pop sous un archet tout à coup plus percussif (Face It 2), ou multipliant les expérimentations chargées d’effets de gorge, de sifflements et d’expressions assumant l’onomatopée comme moyen efficace de communication (Face It 4), Newton peut donner l’illusion d’être sous emprise ou, au contraire, démontrer une maîtrise assez poussée pour se permettre un peu de légèreté, voire, d’humour (Face It 2).

Plus éloquent encore, lorsque Léandre et Newton se cherchent : l’archet rattrapant au col une note tout juste échappée des lèvres de la chanteuse (Face It 5), ou la voix faisant écho sur le vif à une fulgurance insoupçonnable concédée par la contrebasse (Face It 7). En un mot, une entente appropriée. Ou réappropriée, conclue à merveille par Face It 9 : bel canto de terres éloignées, où l’improvisation n’est toujours pas affaire de sauvages.

CD: 01/ Face It 1 02/ Face It 2 03/ Face It 3 04/ Face It 4 05/ Face It 5 06/ Face It 6 07/ Face It 7 08/ Face It 8 09/ Face It 9

Lauren Newton, Joëlle Léandre - Face It! - 2005 - Leo Records. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>