Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Raymond Boni : Les mains bleues (Hors Oeil, 2013) / Violeta Ferrer, Raymond Boni : Federico García Lorca (Fou, 2013)

christine baudillon raymond boni les mains bleues

L’œil de Christine Baudillon a le don de nous rapprocher des musiciens qu’elle aime et que nous aimons aussi. Après Léandre (Basse continue) & Lazro, (Horizon vertical), c’est au tour de Raymond Boni de se laisser capturer. Ça tombe bien… la réalisatrice l’a repéré à flanc de mer, sur un rocher.

Gros plan sur l’œil du guitariste – la vista de l’improvisateur –, puis destination cuisine où il s’empare d’une guitare classique. C’est là que commence ce portrait fait de quotidien, c’est-à-dire de musique, de souvenirs personnels et de rencontres : Christine Wodrascka, Violeta Ferrer, Bastien Boni, Jean-Marc Foussat, Laurent Charles, Lucien Bertolina, ou encore Daunik Lazro, Joe McPhee et Claude Tchamitchian (Next to You). Chaque spectateur aura ses préférences côté musique, mais tous devraient succomber à la « parole Boni », donnée en intérieur, en pleine nature ou chez son luthier…

Comme avec Léandre et (encore plus) Lazro, l’approche naturaliste de Baudillon respecte le temps qu’il fait et le temps qu’il faut pour faire sonner le matériau, pour construire un langage sous l’influence de Django et le transformer au gré du vent, loin des chapelles et des cabotinages (lorsqu’il se moque des musiciens qui disent prendre des risques lorsqu’ils jouent, Boni dévoile toute la sagesse qui l’inspire). Un grand bol d'air, pour les cinq sens...

Christine Baudillon : Raymond Boni : Les mains bleues (Hors-Œil)
Edition : 2013.
DVD : Raymond Boni : Les mains bleues
Pierre Cécile © Le son du grisli



violeta ferrer raymond boni federico garcia lorca

A la guitare et à l’harmonica, Raymond Boni. A la récitation, au jeu, Violeta Ferrer. Le duo vit la poésie de Lorca le long d’un beau CD édité sur le label de Jean-Marc Foussat. Si je n’ai pas saisi toutes les nuances de la langue du poète, j’ai cru aux histoires de mort et de danse que Ferrer dit avoir vues de ses propres yeux et que la guitare métallique de Boni a intelligemment accompagnées. Un beau livre à écouter.

Violeta Ferrer, Raymond Boni : Federico García Lorca (Fou)
Edition : 2013.
CD : Federico García Lorca. Poemas de Federico García Lorca y Poemas Populares Españoles
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Festival Météo 2011 : Mulhouse, 11-27 août 2011

météo 2011

Dans le champ des musiques improvisées, peu de festivals français peuvent se permettre de seulement rêver une affiche telle que celle conçue par Météo. Bien sûr, il faut quelques moyens, mais il faut aussi faire preuve d’un minimum d’attention : « L’improvisation ne s’improvise pas », répétait le nom d’un stage animé cette année par Joëlle Léandre dans le cadre du festival – certes, l’affirmation contraire (l’improvisation s’improvise) est tout aussi acceptable, mais qu’importe… Alors, l’oreille des organisateurs traîne des mois durant d’un concert à l’autre – l’imagination est en éveil et le pari en tête – dans le souci d’élaborer une programmation qui devra se montrer assez persuasive pour transformer, le temps de quelques jours, Mulhouse en capitale culturelle.

Cette année, par exemple, on trouva en divers endroits de la ville des personnalités faisant autorité dans le même temps qu’elles continuent de bel et bien composer sur (et avec) l’instant : le pianiste John Tilbury et le guitariste Keith Rowe qui jouèrent de dissonances et de suspensions, de discrétions et de mesure, au sommet d’un parking à étages ; le saxophoniste Daunik Lazro enveloppant de son invention la clarinette et la voix d’Isabelle Duthoit à la Chapelle Saint-Jean ; Joëlle Léandre en représentation au Noumatrouff aux côtés du violoncelliste Vincent Courtois ; le sopraniste Michel Doneda et le percussionniste Tatsuya Nakatani développant une collaboration dont l’entente fut consignée l’année dernière sur disque (White Stone Black Lamp, chez Kobo) ; Paul Lovens, batteur hétérodoxe et fantasque insatiable, en souteneur d’électroacoustique inspirée aux côtés des terribles Axel Dörner (trompette) et Kevin Drumm (électronique) ; le saxophoniste Urs Leimgruber et le pianiste Jacques Demierre emmenant de concert un sextette tranchant du nom de 6ix ; le contrebassiste Barry Guy, enfin, dont l'art des tensions n'a rien pu faire pour améliorer son discours avec le pianiste Agusti Fernandez et le batteur Ramon Lopez, plus souvent fade que véritablement convaincant.

D’autres noms à l’affiche : de plus jeunes, certes, mais de réputés aussi – glisser derrière ce tiret le principal reproche à faire aux organisateurs du festival qui donnent dans la confusion dès qu’ils décident (pour faire original peut-être) d’imposer un artiste « étonnant / décalé / à l’univers improbable », en un mot : superflu. Cette année, ce furent Alexandre Kittel, avilisseur de cymbales dont l’intervention tient davantage de la performance banale que de la recherche sonore, et Adrien Kessler, chanteur au piano électrique dont le cabaret frappé est aussi affecté qu’inutile, qui, en refusant l’invitation du festival sous prétexte de ne pas être tout à fait prêt encore à jouer seul devant un public, auraient gagné en honnêteté ce qu’ils ont perdu en crédibilité. Par souci de franchise, il faut indiquer que, à spectacle conventionnel, public conventionnel, l’un et l’autre n’auront pas manqué d’applaudissements.

De plus jeunes noms à l’affiche, écrivais-je donc, mais de réputés déjà : Xavier Charles à la clarinette et Jean-Luc Guionnet à l’orgue s’exprimant l’un et l’autre en solo et avec panache ; la pianiste Magda Mayas et la saxophoniste Christine Abdelnour balançant de rivalités graves en accord parfait sur une jolie pièce d’atmosphère ; le Berlin Sound Connective inventant en quartette un ouvrage tendu d’électroacoustique que capturera Jérôme Noetinger en ses machines pour le transformer ; Rhodri Davies, dont la harpe subtile guidera le trio Cranc le temps d’une belle et inquiète exploration des volumes de la friche DMC avant d’en faire le lendemain en compagnie de Clare Cooper un écrin post-industriel pour huit harpes d’exception.

Au nombre enfin des concerts véhéments qui emportèrent formes et fond, citer celui de The Ames Room (Jean-Luc Guionnet revenu au saxophone alto et accompagné de Clayton Thomas à la contrebasse et de Will Guthrie à la batterie, servant un free jazz qui existe donc encore, et même se montre vaillant), celui de The Ex soutenu par une section de vents composée de Ken Vandermark, Mats Gustafsson et Roy Paci, enfin celui de N.E.W., formation réunissant Alex Ward (guitare électrique), John Edwards (contrebasse) et Steve Noble (batterie), soit deux improvisateurs hors pair appelés auprès d’un guitariste exalté pour conclure une exceptionnelle semaine Météo.

Guillaume Belhomme © Mouvement / Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Goudbeek, Wodrascka, Jacquemyn, Lê Quan : Agiiiir (Free Elephant, 2010)

agiiirsli

Chacun à sa tâche, dans ce studio bruxellois, en octobre 2005, André Goudbeek (saxophone alto, clarinette basse), Christine Wodrascka (piano), Peter Jacquemyn (contrebasse) et Lê Quan Ninh (percussion) ne constituent pas le quartet du saxophoniste (ou [A]ndré [G]oudbeek [iiii]) mais un organisme complexe, un attelage cliquetant, un atelier affairé.

On y usine, cinglant soigneusement ustensiles et établis, un flux souvent râpeux, propulsé par la turbine essentielle – circulaire, piquante, artérielle – de Lê Quan et tendu par le levier de Jacquemyn. Tabac gris, postillons d’échardes, Goudbeek est certes sax rauque, réactif, de ligne de crête, mais également clarinette lyrique lorsque le groupe atteint l’état d’apesanteur et y glisse. Commandant aux averses, Wodrascka sait percuter et faire miroiter la cuirasse souple du pack humain, solidaire, qui se livre ici. Un très dense tissage ; quatre sourciers.

André Goudbeek, Christine Wodrascka, Peter Jacquemyn, Lê Quan Ninh : Agiiiir (Free Elephant / Improjazz)
Enregistrement : 2005. Edition : 2010.
CD : 01/ Wah Naa 02/ Klabats 03/ Pardaf 04/ Waddisda 05/ Jawadde
Guillaume Tarche © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Christine Wodrascka, Ramon Lopez : Momentos (Leo Records, 2009)

christisli

Aux portes du matin (Leo Records LR 318) le disait déjà et Momentos le confirme : cette musique-là est de celles, grandes et profondes, qui marquent autant les musiciens que l’auditeur. « Un son est lancé, un autre suit » nous confie la pianiste dans les linear notes du CD. La porte d’entrée de leur duo se situe donc là ; dans cette liberté qu’ils s’offrent, et cela, sans la moindre réserve.

Christine Wodrascka est cette pianiste qui aime débouler en un continu frénétique mais qui pense aussi à retenir l’espace, à éloigner son jeu des clusters d’usage. Frappées, grattées, pincées, les cordes de son piano ne renâclent jamais à répondre aux éclats de cymbales de son compère percussionniste Ramon Lopez. Celui-ci affectionne tout autant le déluge que le chuchotis. Aimant à associer-additionner sa batterie à des percussions diverses et variées (tablas, cajon, steel drums), il ne surjoue jamais, et, tous deux, s’engagent sans retenue aucune. Tendue ou lumineuse, solide et intègre, leur musique ne s’oublie pas de sitôt.

Christine Wodrascka, Ramon Lopez : Momentos (Leo Records / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2007. Edition : 2009
CD : 01/ Au début du chemin 02/ Ikkyu 03/ Es verdad 04/ Les enfants 05/ Delante del fuego 06/ Ensemble, la joie 07/ Recuerdos de la luna 08/ Entourés d’abeilles 09/ Con la lluvia 10/ Là-bas 11/ Pelea 12/ Resistiendo
Luc Bouquet © son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>