Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Cotinaud, Phillips, Roger, Sommer : No Meat Inside / The Sérieuse Improvised Cartoon... : When Bip Bip Sleeps (Facing You, 2013)

françois cotinaud barre phillips henri roger emmanuelle sommer no meat inside

Pris sur le vif (La Gaude, 12 novembre 2012) et jouant sur le vif, François Cotinaud, Barre Phillips, Henri Roger et Emmanuelle Somer ravivent quelques habitudes et s’appliquent à en défaire quelques autres.

Entre eux, quelque chose passe puis se rature. Entre eux, il y a gifle ou caresse. Il y a donc les habitudes et les turpitudes. Il y a les évidences souvent à la charge des duos (piano-contrebasse, saxophone-piano). Et ce sont là, excès de fièvres et emballements sinueux de toute beauté. Et puis, il y a ce qui se cherche, ce qui résiste, ce qui ne se trouve pas. Ce pour quoi l’improvisation existe. Maintenant s’élèvent caquètements, irruptions, unissons détrempés, discrétions et prise de becs. Le hautbois tresse quelques fines nattes de sons, une note de contrebasse ouvre le chapitre, un souffle berbère surgit, des appeaux-embouchures fredonnent l’inutile… L’improvisation tout simplement.

François Cotinaud, Barre Phillips, Henri Roger, Emmanuelle Somer : No Meat Inside (Facing You / IMR / Souffle Continu)
Enregistrement : 2012. Edition : 2013.  
CD : 01/ Epars 02/ Friche 03/ Space Inside 04/ Ocres 05/ Tribulations mandibulaires 06/ Drunk Track 07/ Ressort
Luc Bouquet © Le son du grisli

the sérieuse cartoon improvised music quartet when bip bip sleeps

Influencés par les musiques de Scott Bradley, un géocoucou astucieux et un coyote rapide mais pas bien malin, Henri Roger, Eric-Maria Couturier, Emilie Lesbros et Bruno Tocanne s’en donnent à cœur joie dans la démesure. Le pianiste harmonise la course, le violoncelliste lapide ses cordes, la chanteuse dérape à plaisir, le batteur tente de réguler le parcours. Et nos quatre amis d’habiter un monde grouillant de passions, de rires et d’éclats sans frontières.

The Sérieuse Improvised Cartoon Music Quartet : When Bip Bip Sleeps (Facing You / IMR / Souffle Continu)
Edition : 2013.
2LP + CD : 01/ Cats and Dogs 02/ Follow That Horse 03/ When Bip Bip Sleeps 04/ Are You Happy? 05/ At the Circus 06/ Running in the Jungle
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Henri Roger, Eric-Maria Couturier, Emanuelle Somer, Bruno Tocanne : Parce que ! (Facing You / IMR, 2014)

henri roger eric-maria couturier emmanuelle somer bruno tocanne parce que

Henri Roger fait référence à Pierre Soulages et décide d’improviser Parce que ! en s’abritant derrière une citation : « Pourquoi noir ? La seule réponse, incluant les raisons ignorées, tapies au plus obscur de nous-mêmes et des pouvoirs de la peinture c’est : PARCE QUE ». Le noir (l’outrenoir, pour être exact) du peintre va bien au piano de Roger. En apposant des noires graves et des blanches de lumière il construit un cadre qu’investissent sur son modèle Eric-Maria Couturier au violoncelle, Emmanuelle Somer à la clarinette basse, au cor anglais, au hautbois ou au saxophone, et Bruno Tocanne à la batterie.
 
C’est épais, dense, emporté, secret, soufflant et fier. C’est un peu de Soulages en effet, surtout lorsque celui-ci revient sur les origines de ses Outrenoirs : « Un jour de janvier 1979, je peignais et la couleur noire avait envahi la toile. Cela me paraissait sans issue, sans espoir. Depuis des heures, je peinais, je déposais une sorte de pâte noire, je la retirais, j’en ajoutais encore et je la retirais. J’étais perdu dans un marécage, j’y pataugeais. Cela s’organisait par moments et aussitôt m’échappait… » Ce n’est pas le même « marécage » pour Roger et ses comparses, c’en est un autre, qui s’organise et, heureusement, lui (leur) échappe aussi.

Henri Roger, Eric-Maria Couturier, Emmanuelle Somer, Bruno Tocanne : Parce que ! (Facing You / IMR / Les Allumés du Jazz)
Enregistrement : 18 novembre 2013. Edition : 2014.
01/ Trace ouate 02/ Coulures apparences 03/ Signe banquise 04/ Ratures brumes 05/ Griffures au fond
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Henri Roger, Bruno Tocanne : Remedios la belle (Petit label, 2011)

henri roger bruno tocanne remedios la belle

Distincte, franche, nette est la batterie de Bruno Tocanne. La résonance n’est pas de pacotille mais le moteur essentiel du jeu décontractant du percussionniste. Les cymbales scintillent, les baguettes rebondissent. Le flux n’est pas d’étouffement ou d’éparpillement mais de distinction. Le recours au rythme n’est qu’éphémère et, à celui-ci, Tocanne préfère toujours un ample et structurant mouvement.

Tantôt pianiste, tantôt guitariste, Henri Roger pose les bases d’une harmonie qu’il souhaite – et obtient – homogène et parfaitement adaptée au jeu de son partenaire. Au piano, l’extravagance est frôlée mais jamais dissipée. A la guitare, les tentations sont de l’ordre de l’opaque et du retranchement, et de fait, passionnent nettement moins. Malgré ce tout petit bémol, ce duo résulte soutenu, fraternel, évident.



Bruno Tocanne, Henri Roger : Remedios la belle (Petit label)
Enregistrement : 2011. Edition : 2011.
CD : 01/ Remedios la belle 02/ Melquiades 03/ Rebecca 04/ Aureliano segundo 05/ La bananeraie 06/ Macondo 07/ Ursula 08/ Les 17 Aureliano 09/ Aracataca 10/ Pilar ternera 11/ Mr. Herbert & Mr. Brown 12/ Amaranta 13/ Mauricio Babilonia 14/ José Arcadio segundo
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [1] - Permalien [#]

Bruno Tocanne : 4 New Dreams! (IMR, 2010)

4newgrislisVoici le troisième opus du projet New Dreams emmené par le batteur militant Bruno Tocanne. Après New Dreams nOw ! (en trio et en 2007) puis 5 New Dreams (en quintet, un an plus tard), voici 4 New Dreams ! Ici, aux côtés des deux membres « historiques » de New Dreams (le batteur Bruno Tocanne et  le trompettiste Rémi Gaudillat), se joignent les fraîchement débarqués Samuel Blaser (trombone) et Michael Bates (impérial à la contrebasse).

Si les formations changent au long de ces trois disques, un même esprit les inspire : celui d'Old and New Dreams, groupe emmené par quatre compagnons d'Ornette Coleman dans les années 70 et 80 (Dewey Redman, Don Cherry, Charlie Haden et Ed Blackwell). Utiliser la liberté de ton, l’affranchissement de la norme d’Ornette pour chanter les idées libertaires et les utopies d’alors, tel fut le propos d’Old and New Dreams. Propos repris à leur compte par les équipages de New Dreams. En 2007, Bruno Tocanne confiait : « Alors que certains souhaitent liquider l’héritage de 1968 et des années qui ont suivi, il s’agit bien ici de l’affirmation de notre désir de continuer à inventer collectivement de nouveaux rêves, de nouvelles utopies, de nouveaux rapports humains… sans lesquels aucune poésie, aucune création, ni aucun projet collectif ne sont possibles ».

Dans ce 4 New Dreams!, de l’Old and New Dreams on retrouvera le choix du quartet sans piano, d’instruments percussifs qui peuvent se mettent à chanter, et de soufflants qui savent battre le rythme. Le choix, finalement, d’une musique sans hiérarchie ni leader, égalitaire, communautaire, aux mélodies - manifestes et aux improvisations - idéaux. On y retrouvera aussi les terres africaines, origines rêvées d’une musique émancipée, l’évidence des mélodies simples et le trouble qui s’y installe bientôt, l’euphorie des jours de fête et la mélancolie qui leur succède. On y retrouvera, enfin, le choix de puiser sans nostalgie dans les rêves d’hier pour construire les utopies et les musiques de demain.

De la majesté sereine de Birthday Memorial  aux progressions heurtées d'In a Suggestive Way, des changements de rythme de l’élastique Van Gogh aux bienheureux hasards de l’improvisé Waiting for…, tout le reste du disque se déroulera sous les auspices de ces quatre premières plages : un son ample, maîtrisé, mais gracile tout de même, au service de compositions d’une très haute tenue. Le tout traversé par un profond sentiment de liberté.

Bruno Tocanne : 4 New Dreams! (IMR)
Edition : 2010.
CD
Pierre Lemarchand © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Bruno Tocanne, Lionel Martin, Rémi Gaudillat: New Dreams Now ! (Cristal Records - 2007)

newdreamsliPartenaires  au  sein  du  Trio  Résistances,  le  batteur  Bruno Tocanne et le saxophoniste Lionel Martin invitent le trompettiste Rémi Gaudillat à servir, voire prolonger, leurs influences.

Et notamment celles de l’Old and New Dreams de Dewey Redman (à qui est emprunté Dewey’s Tune), Don Cherry, Charlie Haden et Ed Blackwell. Se passant assez bien de contrebasse, le trio élève son propos à coups d’allers-retours entre une extravagance décomplexée (fanfare post-aylerienne de Peace for Don ou clins d’œil amusé de Martin à Rahsaan Roland Kirk sur Madame Mado ne m’a pas dit) et quelques hymnes qu’il se plaît à déchanter à l’unisson (Crépuscule avec Nelly, So Strange but So Sweet).

Portés par une exaltation incitative, les musiciens parviennent à convaincre sans trop en faire, habiles au point de relativiser quand il le faut l’insuffisance d’un thème (D’autres mondes) ou l’ambiguïté d’un traitement (La danse des antécédents). De nouveaux rêves calqués sur de plus anciens, capables comme eux de combler les attentes du moment.


Bruno Tocanne, Lionel Martin, Rémi Gaudillat, Dewey's Tune (extrait). Courtesy of Bruno Tocanne & You Tube.

CD: 01/ Dans la continuité de ce qui va suivre 02/ Dewey's tune 03/ And now ... 04/ Sables mouvants 05/ D'autres mondes 06/ Is it Now ? 07/ Secret Marriage 08/ Peace for Don 09/ Madame Mado ne m'a pas dit 10/ Crépuscule avec Nelly 11/ La danse des antécédents 12/ So Strange but So Sweet

Bruno Tocanne, Lionel Martin, Rémi Gaudillat - New Dreams Now ! - 2007 - Cristal Records. Distribution Abeille Musique.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>