Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Newsletter

suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Interview de Quentin RolletAlan Silva à ParisA paraître : le son du grisli #5
Archives des interviews du son du grisli

Gordon Monahan: Theremin In The Rain (C3R - 2006)

theremingrisli

Au moyen d’un theremin et de sculptures sonores, Gordon Monahan libère ses angoisses au son des sifflements de l’instrument sur quelques field-recordings, de la progression d’une indus rampante, d’expérimentations sur cordes métalliques ou d’enchevêtrements de constructions xylorythmiques. Sourcilleux ou plus léger, le discours est changeant et convainc la plupart du temps des intentions honnêtes de son auteur.


Gordon Monahan, Theremin In The Rain (extrait). Courtesy of C3R.


CD: 01/ Theremin In The Rain 02/ Fluid Dynamics 03/ Flex String 04/ Updown 05/ Long String Motor 06/ Automatic Electric String 07/ See Through Theremin 08/ When it Rains 09/ Aerial Drop 10/ Wavelength

Gordon Monahan - Theremin In The Rain - 2007 - C3R Records. Distribution Metamkine.



Sleeping People: Growing (Temporary Residence - 2007)

sleepingrisli

Sur Growing, Sleeping People défend en 10 morceaux un univers hésitant sans cesse entre punk, post-rock, métal et pop. De boucles mélodiques déposées sur une batterie crachant (Centipede’s Dream, sans doute le meilleur morceau de l’album) aux répétitions toujours reformulées des guitares (It’s Heart Loves Open), le groupe évoque un Battles traînant ses désillusions sur les rives du post-Lac de Genève. Et si Sleeping People se montre aussi quelques fois vulgaire, lourd et trop long, impossible de lui en vouloir tant les passages réussis de Growing s’avèrent efficaces.





Sleeping People, Yellow Guy / Pink Eye (extrait). Courtesy of Temporary Residence.

CD: 1/ Centipede's Dream 02/ James Spader 03/ Yellow Guy / Pink Eye 04/ Mouth Breeder 05/ ...Out Dream 06/ Three Things 07/ Grow Worm 08/ Underland 09/ It's Heart Loves Open 10/ People Staying Awake

Sleeping People - Growing - 2007 - Temporary Residence. Distribution Differ-ant.


Agustí Martínez: Are Spirits What I Hear ? (Etude Records - 2007)

martisgrisli

D’introspections expérimentales en progressions mélodiques soumises à perturbations, le saxophoniste Agustí Martínez trouve une faille entre Steve Lacy et Michel Doneda.

Et s’y engouffre, glissant d’une note répétée à intervalles changeants à un amas d’interventions furieuses, vacillant sous les coups de souffles fulgurants, de phrases traînantes ou d’invectives bientôt évanouies. Inspiré, Martínez conclut son exposé sous forme de contraste, sur un Che collons! lyrique et réconciliateur.



 
Agustí Martínez, Stateless Folk Song (extrait). Courtesy of Etude Records & Agustí Martínez.

CD: 01/ Serie B (To Scelsi) 02/For Pau 03/ Tic 04/ Are Spirits What I Hear? 05/ Meeting 06/ Stateless Folk song 07/ Cross-Light 08/ Moc and Caniche (To Paula) 09/ Che collons! 10/ Island Lala

Agustí Martínez - Are Spirits What I Hear ? - 2007 - Etude Records.


Fred Lonberg-Holm Trio: Terminal Valentine (Atavistic - 2007)

holmsli

Sur un troisième album exposant des Valentine en trio, le violoncelliste Fred Lonberg-Holm, ici en compagnie du contrebassiste Jason Roebke et du batteur Frank Rosaly, va d’inspirations grandioses en laisser-aller dommageables. De l’art de conclure par un point d’interrogation.

Aux interprétations remarquables sur lesquelles il réussit à sublimer un thème sous l’effet d’expériences qui remettent en cause sa nature même (Maybe It’s Too Late, Just Don’t Listen, There’s No Way) Lonberg-Holm oppose donc les méfaits de grands gestes emportés et faciles sur des pièces aléatoires (And You Smile, No One Will Ever Be Forgotten) quand elles ne sont pas tout simplement laborieuses.

Après A Valentine for Fred Katz et Other Valentines, Terminal Valentine sonne donc en demi-teinte l’heure de la conclusion. Celle aussi, sans doute, de passer à autre chose.


Fred Lonberg-Holm Trio, Three Note Song (extrait). Courtesy of Atavistic.

CD: 01/ Three Note Song 02/ Maybe It's Too Late 03/ And You Smile 04/ No One Will Ever Be Forgotten 05/ Just Don't Listen (To The Birds) 06/ There Never Was A Reason 07/ Shift Of The Eye 08/ There's No Way 09/ I Know You 10/ One For The Road.

Fred Lonberg-Holm Trio - Terminal Valentine - 2007 - Atavistic. Distribution Orkhêstra International.


Andy Moor : Marker (Unsounds, 2007)

grirker

Guitariste  au sein de  The Ex et  figure  de la  scène improvisée d'Amsterdam, Andy Moor rassemble sous Marker - à la pochette curieusement orientée électronica berlinoise - 15 morceaux enregistrés entre 2001 et 2006. Où ses intentions oscillent entre déconstructions expérimentales, atmosphères peu engageantes et rengaines no wave tardives.

Sèches, toujours, les attaques adoptent donc des modes différents: répétitif jusqu'à l'entêtement (Uganda Fly, From E to F), bruitiste (déflagrations de cordes distendues de Naming The Animals ou aigus sortis de la guitare électrique préparée de Weather), mélodique, aussi – sur des compositions courtes plus (Truth In Numbers) ou moins (Alex) réussies.

D'effets dont il use avec mesure, Moor tire d'autres couleurs encore pour finir d'édifier une musique trahissant vite ses références (Luc Ex, Lee Ranaldo, Glenn Branca), mais capable aussi de faire preuve de singularité: point d'orgue qu'est 3 a.m., sur lequel un shamisen fantasmé prône à coups d'aigus et de graves récalcitrants un réconfort d'autant plus paisible qu'il a su vaincre des préoccupations tourmentées.


Andy Moor, Uganda Fly. Courtesy of Unsounds & Andy Moor.

Andy Moor : Marker (Unsounds. / Metamkine)

Edition : 2007

CD : 01/ Halogen 02/ Alex 03/ Uganda Fly 04/ 3 a.m. 05/ From E to F 06/ Stop / Pause 07/ Stadium 08/ About Face 09/ Naming The Animals 10/ Repeat Suite 11/ Weather 12/ Eyes Ears Hands 13/ Truth In Numbers 14/ Myrka 15/ Small Things Under Glass

Guillaume Belhomme © Le son du grisli



Commentaires sur