Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques OgerLe son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Rodolphe Alexis : Sempervirent (Gruenrekorder, 2012) / Pierre Gérard : ENVIRONMENT & Gesture (3Leaves, 2011)

rodolphe alexis sempervirent

Au dos de la carte postale sonore, je lis le nom du pays d’où elle m’arrive, le Costa Rica, et le nom de son expéditeur, Rodolphe Alexis. Lui a passé deux mois là-bas à enregistrer et photographier la faune et la flore (à chaque bruit de Sempervirent, le livret permet d’associer une forme et un nom). Moi qui ignore tout de la nature qui m’entoure, me voici plongé dans celle qui vit à plusieurs milliers de kilomètres (le site de Gruenrekorder en offre en aperçu en noms et en images, en plus d'extraits de l'enregistrement).

J’en éprouve moins de gêne à ignorer le nom des oiseaux, singes, quadrupèdes, plantes, arbres, que j’entends sur le CD. Ils viennent pourtant bouleverser mon quotidien. Près d’une rivière, dans une mangrove ou dans la forêt tropicale, micro parabolique en main, Rodolphe Alexis a attrapé tout un petit monde, en réalité tout un univers. Il suit une ligne de conduite qui va désépaississant et qui résiste à l’orage, aux pluies diluviennes, au tonnerre, au même titre que les messages codés d’une nature merveilleuse. Qui respire près de moi, qui suis pourtant à plusieurs milliers de kilomètres.

Rodolphe Alexis : Sempervirent (Gruenrekorder)
Enregistrement : novembre-décembre 2011. Edition : 2012.
CD : 01/ Altamira Sunset – a bat a a motmot 02/ At Dawn Among the River – birds & monkeys 03/ The Call, the Gathering, the Storm – mantled howler monkey, orange-fronted parakeet, white-fronted parrot, yellow-naped amazon 04/ Walking Palm’s Wet Wood 05/ Parabolic Amphibian Mix (Various tree frogs) 06/ Breakfasts on Tin Roofs – Scarlet macaw 07/ Outside Sirena Station 08/ Bats of la Casona – greater white-lined bat and others 09/ A Quiet Walk – Laughing falcon, white-throated Capuchin 10/ Santa Rosa’s Slightly Windy Night
Héctor Cabrero © Le son du grisli

pierre gérard environment & gestures

Bien sûr, Pierre Gérard utilise des fields recordings pour composer. Mais il tient surtout à se faire une place dans son environnement, d’en être une partie sonnante. Avec des objets ou des instruments, il accompagne des gouttes d’eau qui tombent, des chiens qui aboient, des bruits de transports… La technique de Gérard est empirique et sa musique cache parfois des petits trésors, en plus de donner des preuves de sa présence au monde.

EN ECOUTE >>> ENVIRONMENT & Gesture (extrait)

Pierre Gérard : ENVIRONMENT & Gesture (3Leaves)
Enregistrement : août 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ With Objects (a) 02/ With Instrument (b) 03/ With Instrument (c)
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Thomas Tilly (Tô) : Cables & Signs (Fissür, 2010)

cables_grislis

Ce qu’il y a de merveilleux avec les field recordings c’est qu’ils ne sont pas faits pour donner un exemple de variété / vérité du monde ni même pour très humblement acter des bruits de la nature. Souvent, les field recordings dévoilent ce que le collectionneur qui les a récoltés a à l’intérieur, même lorsque celui-ci ne touche presque à rien.

C’est le cas avec Thomas Tilly (). Au château de Sauzay, il a chaussé des bottes puis a pris l’eau pour enregistrer des bestioles et des plantes. Sait-il au moins les noms des unes et des autres ? Pas sûr. Mais peut-être ; l’important n’est pas là mais plutôt dans ces crépitements plus ou moins rapides, ces mouvements imperceptibles à l’œil nu mais audible si tant est qu’on transporte avec soi le bon matériel amphibie. Après, les enregistrements seront agencés de manière à ce qu’ils formeront un CD agréable à l'écoute : les microcosmes y forment un orchestre que Thomas Tilly dirige (ne dit-il pas qu’il envisage ces captations comme des pièces de musique à part entière ?). Est-ce qu’un grouillement, un ronflement ou une déglutition d’insecte fait partie de la partition ? Et quid des effets sur une herbe ou une tige des mouvements du soleil ? La seule chose sûre, ici, c’est que la symphonie de Cables & Signs vaut bien une messe humaine.

Thomas Tilly / Tô : Cables & Signs (Ten Underwater Field Recordings) (Fissür / Metamkine)
Edition : 2010.
CD : 01-10/ Cables & Signs (Ten Underwater Field Recordings)
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>