Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Arto Lindsay : Cuidado Madame (Ponderosa / northern Spy / P-Vine, 2017)

arto lindsay le son du grisli cuidado madame

Un nouveau disque d’Arto Lindsay, c’est toujours un (petit) événement. Une envie de découvrir et une appréhension accrochée à la queue de cette envie : n’aura-t-il pas trop abusé des synthés ou de la basse de son fidèle Melvin Gibbs ? et les nouvelles chansons, comment sont-elles les nouvelles chansons ? Car il faut avouer que c’est souvent les montagnes russes, avec Arto. Un coup nous voilà parti dans une complainte brésilienne que n’aurait pas reniée le tropicalisme le plus triomphant, un autre c’est dans un marasme à couches électroquatrevingt qu’il peut vous plonger quand il n’essaye pas de vous perdre dans des expérimentations parfois alambiquées…

Sur ce nouvel album studio (plus de dix ans après Salt, même si depuis il y a eu la sortie de Scarcity, avec Paal Nilssen-Love), notre homme est accompagné  du fidèle Gibbs et s’est adjoint (entre autres) les services de musiciens qui promettent : le pianiste Patrick Wilson, le guitariste Patrick Higgins et le percussionniste Kassa Overall (qui a battu le tambour derrière Geri Allen ou Peter Evans). Avec Higgins, il cosigne par exemple cet Arto vs. Arto, un clash de guitares et de programmations qui renvoie à ses expérimentations les plus radicales (avec DNA mais aussi avec ses duos avec Peter Scherer ou ses exploits guitaristiques dans les Lounge Lizards).

Mais avant et après, il balance (oui, « balance »), comme à son habitude, entre des loops nonchalantes et des jeux de construction audacieux. Côté Brésil, Arto copie et colle le candomblé, met des mots sur une partition du violoniste Luis Filipe de Lima ou compose avec son amie Marisa Monte ou le jeune chanteur Lucas Santanna. Bref, il explose, comme à son habitude encore, toutes les frontières et si ça ne marche pas toujours on lui redira, pour Grain by Grain, Deck ou Uncrossed, tout le bien qu’on pense de lui, de son talent, de ses excès et même… de ses défauts !

a1543875685_10

Arto Lindsay : Cuidado Madame
Ponderosa Music & Art / P-Vine / Northern Spy
Edition : 2017.
Pierre Cécile © Le son du grisli

 

le son du grisli 2

Commentaires [0] - Permalien [#]

Simon Nabatov: Around Brazil (ACT - 2006)

nabatov

Une fois sorti de la Julliard School of Music, le pianiste Simon Nabatov s’est forgé une expérience aux côtés de Sonny Fortune, Paul Motian ou David Murray, avant de mettre en pratique un jazz plus personnel, exigeant, et ayant souvent recours à l’improvisation.

Sur Around Brazil, Nabatov interprète en solo quelques pièces de choix du répertoire brésilien et deux de ses propres compositions. Donnant une version réfléchie du Estrada do Sol de Jobim ou d’Eu Vim Da Bahia de Gilberto Gil, le pianiste s’amuse ailleurs, en donnant des allures de Polonaise à un choro d’Ernesto Nazareth, ou en retirant la substantifique moelle d’un thème d’Ary Barroso, qu’il décorera ensuite de quelques dissonances. Plus expérimental, Nabatov improvise une longue introduction déconstruite à Aguas de Março, ou tempête sur Qualquer Coisa de Caetano Veloso. Des teintes différentes font donc d’Around Brazil un enregistrement convaincant, qui oscille sans cesse entre exercice de style raffiné et expérimentation intelligente. 

CD: 01/ Desde que o samba é samba 02/ Estrada do Sol 03/ Partita de Março 04/ Nenê 05/ Eu vim da Bahia 06/ Depois que o llê passar 07/ Na Baxia do Sapateiro 08/ My Sertão 09/ Valsa de Pôrto Das Caixas 10/ Qualquer coisa 11/ Você é linda

Simon Nabatov - Piano Works V, Around Brazil - 2006 - ACT. Distribution Harmonia Mundi.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>