Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques OgerLe son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Liudas Mockūnas, Barry Guy : Lava (NoBusiness, 2012) / Maya Homburger, Barry Guy : Tales of Enchantment (Intakt, 2012)

liudas mockunas barry guy lava le son du grisli

Avec Liudas Mockūnas, Barry Guy poursuit sur NoBusiness son oeuvre enregistré en compagnie de saxophonistes épais – le label n’a-t-il pas plus tôt produit ses rencontres avec Mats Gustafsson en The Thing (Metal!), Tarfala Trio (SYZYGY) et en simple duo (Sinners, Rather than Saints) ?

Lui aussi rompu au duo (Ilk et NoBusiness l’ayant respectivement associé à Stefan Pasborg et Marc Ducret, pour des résultats certes peu convaincants), le saxophoniste (soprano, ténor et basse) lituanien se mesure donc à une contrebasse de taille. De la main, Guy agrippe un lot de cordes qui chantent sous tensions et obligent le soprano à opérer derechef un repli dans un motif conciliant. Plus loin, le même saxophone réagira en furieux sur coups d’archet rapide et le ténor disputera la moindre seconde d’espace à son partenaire.

Plus grave encore est la seconde face : le saxophone basse progressant à notes comptées pour mieux convaincre la contrebasse qu’un accord est nécessaire. De mouvements circulaires en effets d’archet rebondissant, Guy y travaillera : le contraste étant souvent chez lui gage de qualité, Lava en bénéficiera. 

EN ECOUTE >>> Nebula II >>> Singularity

Liudas Mockūnas, Barry Guy : Lava (NoBusiness)
Enregistrement : 2 avril 2011. Edition : 2012.
LP : A1/ Nebula I A2/ Nebula II A3/ Nebula III A4/ Fumarole – B1/ Event Horizon B2/ Singularity B3/ Dark Matter
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

maya homburger barry guy tales of enchantment

C’est en inspirés – par la peinture d’Elena Gutmann notamment sur Tales of Enchantment – que Maya Homburger et Barry Guy reviennent à leur duo classique. Toujours sur la ligne de feu, violon baroque et contrebasse profonde chantent sous cape et font œuvre de folie éclectique. Ombreux ou flamboyant, réfléchis ou affranchis (roue libre sur Going Home), le duo met son grand art au service de compositions différentes pour êtres signées Guy, Kurtág, Biber... 

Maya Homburger, Barry Guy : Tales of Enchantment (Intakt / Orkhêstra International)
Enregistrement : 13-15 décembre 2011. Edition : 2012.
CD : 01/ Veni Creator Spiritus (Hymne 9th century and improvisation) 02-08/ Barry Guy "Hommage à Max Bill" (2–8) 09/  H. I. F. Biber (1644 –1704) Mystery Sonata No 6 "The Agony in the Garden" 10/ György Kurtág "Hommage à J. S. B." 11/ H. I. F. Biber Mystery Sonata No 9 "The Carrying of the Cross" (with introduction and interlude by Barry Guy) 12/ Barry Guy "Going Home" 13-19/ Barry Guy "Tales of Enchantment" (13 –19) for Elana Gutmann 20/ H. I. F. Biber Mystery Sonata No 15 "The Coronation of the Virgin" (Canzona and Sarabanda)
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

 

Commentaires [0] - Permalien [#]

Maya Homburger, J.S. Bach, Barry Guy : Lysandra (Maya, 2011)

maya_homburger_lysandra

D’une improvisation, florissante à l’époque baroque, et dont certains musiciens tentent, aujourd’hui, de retrouver l’essence (Gabriela Montero pour le meilleur, Dan Tepfer pour le pire), nous ne savons, finalement, que peu de choses. Mais nous savons que la violoniste Maya Homburger, impliquée dans le baroque (Bach, Biber, Telemann) et dans l’improvisation aux côtés de son Barry Guy de mari, ne prend pas les choses à la légère.

Ainsi, son violon (très) baroque sait ne pas figer – si ce n’est renouveler – une partition mille fois rabâchée. Ici, l’interprétation de l’allegro assai de la Sonate n° 3 et du prélude de la Partita n°3 évite les vélocités inutiles. De la même manière, l’archet de la violoniste trouve le moyen d’insuffler justesse et profondeur au largo de la troisième sonate du Cantor de Leipzig. Encadrant les compositions de Johann Sebastian Bach, Lysandra, composé par Barry Guy, insiste sur les harmoniques glissantes et sur de courts motifs hérités d’une musique beaucoup plus contemporaine. En ce sens, plus proche d’un Penderecki que des maîtres du baroque. Et dans tous les cas de figure grâce à Maya Homburger : douceur, fragilité, flamme, intelligence et rayonnement du sens et de la matière.

Maya Homburger, J.S.Bach, Barry Guy : Sonata in C-dur & Partita in E-dur / Lysandra (Maya / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.
CD : 01-04/ Sonata N°3 BWV 1005 05/Lysandra 06-11/ Partita N°3 BWV 1006
Luc Bouquet © le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>