Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Ytamo : Mi Wo (Room40, 2016)

ytamo mi wo

Au début, on ne pige absolument rien. Trois minutes dans le vide, c'est long. Et puis, bam le miracle, signé Ytamo, nommé Mi Wo ! On se laisse porter, sans trop savoir comment. Ni pourquoi. Juste par une multitude de sons que, séparément, on dédaignerait d'un air blasé. L'alchimie opère, c'est magique.

L'abstraction électronique plante le décor, l'électro pop de l'artiste japonaise nous ramène sur les terres de Tujiko Noriko, on sent poindre des envies de Véronique Vincent et d'Aksak Maboul. Chaque titre s'envole vers le large, un goût de saké avant de détendre les gambettes. De la légèreté avant tout, elle aurait pu être signée Felix Kubin qu'on l'aurait cru. On n'est pas à Hambourg ou à Bruxelles, c'est Osaka qui vient à nous. C'est encore mieux, c'est même sensationnel. Tiens, il parait que les billets vers le Japon sont en promo, plus une seconde à perdre.



mi wo

Ytamo : Mi Wo
Someone Good / Room40
Edition : 2016
CD : 01/ Hamon 02/ Autopoiesis 03/ Colorfoul Waves 04/ Human Ocean 05/ Hen 06/ You Me 07/ 100 Bird Stories 08/ Sensorial Area
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>