Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques OgerLe son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Yoshio Machida: Hypernatural #3 (Baskaru - 2008)

machidaskarusli

Sur Hypernatural #3 – suite évidente d'Hypernatural #2 et fin d'une trilogie annoncée – Yoshio Machida se remet aux collages, redit les natures différentes de sa musique électroacoustique quitte à parfois alourdir son propos.

Parti d'un field recording lointain et de manipulations concrètes, Machida peut construire une ode étrange à la naïveté (Scene 05), évoquer des paysages sans tomber dans un naturalisme béat (Scene 27) ou opposer d'autres chants d'oiseaux à une intervention acoustique éreintée jusqu'à faire naître chez l'auditeur une curiosité peu commune (Hypernatural).

Loin de ces réussites, il peut aussi se contenter d'une ambient pop brouillonne, embouteillages de notes de steel-pan passées à l'envers, de nappes électroniques fades, de brouillages radio et de larsens dépassés (Camouflage). Penché sur un infiniment petit un rien stérile, il relativise du coup ses constructions plus ambitieuses, qui doivent lutter pour faire d'Hypernatural #3 un document tout juste valable d'un corpus enregistré d'habitude plus inspiré.

CD: 01/ Ocean of Memory 02/ Camouflage 03/ Scene 16 : Retrospective Future 04/ Scene 05 : Bubbles 06/ Scene 27 : Symphony 07/ Siesta 08/ Hypernatural

Yoshio Machida - Hypernatural #3 - 2008 - Baskaru.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Yoshio Machida: Naada (Amorfon - 2006)

yoshiogrisliDonnant  d’habitude  dans  une   electronica  influencée  par  les travaux des minimalistes américains et de Satie, Yoshio Machida fait entendre sur Naada quelques improvisations sur steelpans, données l’année dernière en 3 endroits de Tokyo.

Parti sur les pas de Yann Tomita mais décidé à œuvrer davantage que lui en faveur de la mélodie, Machida précipite quelques notes sur des progressions instables, accueillant dissonances (Lotus Part 1) ou hésitations (Lotus Part 3), toutes portées au faîte de sa démarche intuitive.

Inspiré des Vexations de Satie, Texas Vino est une marche angoissée faisant office de liant indispensable avant l’arrivée de Bloom, sur lequel le musicien réenregistre à loisir les drones étranges rendus par ses instruments. En guise de conclusion, il lâche des paquets de 5 notes à intervalles changeants, sur le répétitif Lotus Solo.

Exploitant autrement ses fantômes (figures improvisées, sérielles ou parallèles), Machida convainc qui goûte aux digressions curieuses, et qui supporte le steel pan.

CD: 01/ Lotus Part 1 02/ Lotus Part 2 03/ Lotus Part 3 04/ Texas Vino 05/ Bloom 06/ Dew 07/ Lotus Solo

Yoshio Machida - Naada - 2006 - Amorfon.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Yoshio Machida: Infinite Flowers (Amorfon - 2003)

machidagrisli

Après avoir confectionné quelques programmations électroniques réfléchies, Yoshio Machida invite Keiichi Sugimoto et Tetsuro Yasunaga à venir fleurir de leurs interventions farfelues un Infinite Flowers hésitant entre ambient lunaire et pop répétitive.

D'emblée, Machida mêle ses structures rythmiques à des touches acoustiques peu communes, rendues par l'usage du steelpan - instrument dont Yann Tomita avait déjà démontré la force d'intervention mélodique. Soutien efficace de l'unique intervention de la voix, traitée à la manière de Laurie Anderson (¡ Hana Mambo!), il peut déposer des tons pastels sous un rideau de pluie simulé par les cordes de la guitare de Sugimoto (Poppy) ou se faire gimmick intentionnel chargé de relever la progression de Fragrance.

Là, on plaidera une deuxième fois pour l'influence évidente des minimalistes américains sur l'oeuvre présentée. Machida et Yasunaga ayant déjà, sur Namagua, investi le champ d'une construction électronique répétitive progressant par à-coups presque insoupçonnables, tout en établissant quelques parallèles avec l'electronica allemande contemporaine. Deux compositions plus évanescentes, enfin, jouent des réverbérations fines (A Small Flower) ou de la lutte sourde avec les tentations mélodiques (Pollen).

A peine plus d'une demi heure est nécessaire à l'écoute d'Infinite Flowers. Ebauche érudite d'un minimalisme électronique prônant le bon usage de l'éphémère. Qui demande la distribution au compte-gouttes de miniatures ouvragées et subtiles.

CD: 01/ pollen 02/ ¡ Hana Mambo! 03/ Namagua I, II, III, IV 04/ A Small Flower 05/ Fragrance I, II 06/ Poppy

Yoshio Machida - Infinite Flowers - 2003 - Amorfon.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>