Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

East-West Trio : The Shangai Session (In Situ, 2013)

east-west trio shanghai session

Dans le boitier rouge et richement garni sommeille le East-West Trio. Plus pour très longtemps. Voici le CD dans le lecteur.

Qu’y entend-t-on ? Le souffle  du blues. Pardon : de tous les blues. Des nappes anxiogènes. Des axes mouvants. Des terres d’accueil où l’on se frôle et où l’on se reconnait. Des voix libérées. Des kermesses de joie. Des astres stagnants. Des bourrasques douces. Des sensibilités modulées.

Parce qu’ils ont depuis longtemps déserté les chemins imposés, Didier Petit (violoncelle, voix), Xu Fengxia (guzheng, sanxian, voix) et Sylvain Kassap (clarinettes, chalumeau) mordent dans le rouge de la chair. Avec le sensible pour évidence. On devine que le conflit est à des années lumière de leurs desseins. Leur projet n’est que celui du partage. Celui des complicités naturelles. Celui du délestage des codes et des obligés. Ainsi, libres et affranchis, les voici prêts à saluer l’intemporel.

East-West Trio : The Shangai Session (In Situ / Orkhêstra International)
Edition : 2013.  
CD : 01/ Shangai Folk Song 02/ Carte postale 03/ On the Tradition 04/ Aiku 05/ Snake Raga 06/ Shamane 07/ Mademoiselle du Henan 08/ Aiku 09/ West 10/1+2+1 = 3 11/ Matière errante
Luc Bouquet © Le son du grisli

east-west_collective_4_280Ces 14 et 15 décembre, l'East-West Collective (East-West augmenté de Miya Masaoka et Larry Ochs) est attendu à Nantes (Pannonica) et Tours (Petit Faucheux, dans le cadre du festival Super Flux). 

 

Commentaires [0] - Permalien [#]

Gunda Gottschalk, Xu Fengxia : You Lan (Victo, 2010)

yousli

On pourrait croire que l’une détermine l’harmonie et que l’autre se plait à la dérouter et à la défaire. On pourrait croire – et entendre  – les dédoublements de cordes, les plongées en eaux profondes, le fracas vocal de Xu Fengxia, l’inquiétude chuchotée de Gunda Gottschalk. On pourrait décrire comment, toutes les deux, s’entêtent à intercepter l’instant et à ne plus lâcher un territoire choisi parmi les nombreux qu’elles se proposent. On pourrait se pâmer devant leur dynamisme, leur enthousiasme débordant, leurs emballements inouïs.

On pourrait analyser, décortiquer mais on ne dirait que la périphérie de ce qui s’est réellement joué en cette soirée du 18 mai 2008 à Victoriaville (les spectateurs s’en souviennent encore). Et ce qui s’est passé ce soir-là dépasse mots et analyses. L’impression, ici, d’une perte et d’un oubli total de soi, d’un abandon total à l’autre. Ces moments précieux où le duende surgit et ne lâche plus prise de toute la soirée. Les micros, eux, étaient là pour en témoigner. Quelle chance nous avons aujourd’hui d’en être les heureux témoins.

Gunda Gottschalk, Xu Fengxia : You Lan (Victo / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2008. Edition : 2009.
CD : 01/ Intrada  02/ Melisma  03/ Cascades  04/ Narration  05/ Bordun
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>