Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques OgerLe son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

William Parker: Long Hidden: The Olmec Series (AUM Fidelity - 2006)

parkerolmecgrisli

Seul ou accompagné, au moyen de sa contrebasse ou au son d’un n’goni, William Parker met au jour d’autres liens rapprochant Afrique et Amérique, prenant le prétexte d’affinités évidentes entre le monde mandingue et la civilisation olmèque. En bande son, un mélange inédit de jazz et de merengue, s’accordant élégamment sur le mode évident des origines communes.

En solo, Parker égrène avec délicatesse les 8 cordes de son n’goni (Long Hidden) ou dépose, recueilli, un air traditionnel à la contrebasse (There is a Balm in Gilead). Construisant à l’archet Cathedral of Light ou jouant du bariolage sur Compassion Seizes Bed-Stuy, il évoque une musique africaine ancestrale, disséminée bientôt jusqu’aux rives opposées à celles de ses terres occidentales.

Pour faire le voyage, le contrebassiste passe du statut de praticien isolé à celui de leader de The Olmec Group, formation dans lequelle 4 jeunes musiciens dévolus au merengue côtoient le saxophoniste Dave Sewelson et un autre contrebassiste, Todd Nicholson. Dès Codex, sans trahir l’existence d’un dosage réfléchi, l’ensemble marie le folklore central américain au jazz tapageur bien connu du trio des vétérans.

Le baryton de Sewelson peut alors virer free sur El puente seco, composition au rythme soutenu rappelant les allures du choro, ou ponctuer plus rigoureusement la progression impeccable de l’accordéon et des percussions sur Pok-a-tok, il accompagne partout – comme les contrebasses de Parker et Nicholson – l’exécution d’une danse éclatante et frondeuse, canalisant l’énergie des uns et la rage jamais éteinte des autres.

Don Cherry – responsable, par ailleurs, de l’initiation de William Parker au n’goni – aurait pu rêver de Long Hidden : The Olmec Series, album mêlant avec réussite le jazz libertaire et une musique du monde qui se distingue des autres par une production plus qu’habile et une raison d’être véritable.

CD: 01/ There is a Balm in Gilead 02/ Long Hidden, Part 2 03/ Codex 04/ El Puente seco 05/ Long Hidden, Part 3 06/ Cathedral of Light 07/ Compassion Seizes Bed-Stuy 08/ Pok-a-tok 09/ Espirito 10/ Long Hidden, Part 1 11/ In Case of Accident

William Parker - Long Hidden : The Olmec Series - 2006 - AUM Fidelity. Distribution orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>