Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Premier bruit Trente-six échosAu rapport : Festival Le Bruit de la MusiqueParution : le son du grisli #2
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Quatuor BRAC : Hall des Chars (Blumlein, 2014)

quatuor brac hall des chars

Après Instants Chavirés, le Quatuor BRAC fait paraître Hall des Chars, concert enregistré le 13 mai 2014 à Strasbourg. Serait-ce le début d’une habitude – concert donné en un endroit dont un disque portera le nom –pour cette formation de cordes qui, depuis 2009, fait de chaque nouvelle rencontre l’occasion de poursuivre une « discussion » ?

La confidence est de Benoit Cancoin, contrebassiste qui révèle aussi dans un texte court de quoi sont faites les compositions des BRAC : certitudes, intuitions et doutes enfin. Au son, c’est l’amalgame mesuré d’insistances protéiformes (courts motifs répétés, va-et-vient d’archet, bourdons, notes persistantes, pépiements volontaires…) que remettent en cause des pauses ou des contorsions gnéralement inspirées. Toutes certitudes envolées et tous doutes domptés, restent quatre intuitions au gré desquelles Bertoncini, Royer, Altenburger et Cancoin, aménagent quarante minutes épatantes.

Quatuor BRAC : Hall des Chars (Blumlein / Metamkine)
Enregistrement : 13 mai 2014. Edition : 2014.
CD : 01/ Hall des Chars
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Quatuor BRAC : Instants Chavirés (Blumlein, 2012)

quatuor brac instants chavirés le son du grisli

Ce disque nous renvoie au 3 mars 2011 aux Instants Chavirés où le Quatuor BRAC était programmé. « BRAC » pour Bertoncini (Tiziana, violon), Royer (Vincent, alto), Altenburger (Martine, violoncelle) et Cancoin (Benoit, contrebasse). Quatre musiciens dont le parcours est jonché de musiques en tous genres (classique, contemporain écrit/improvisé, jazz, performances). Ces Instants Chavirés s’en ressentent.

Dans la ligne de conduite du quatuor, on tombe sur cette phrase : « … par la confrontation singulière de nos quatre univers, permettre les surgissements sonores les plus larges possibles. » Il faut bien des séquences pour que tiennent ces « surgissements sonores », d’autant plus que la distance dépasse de peu de chose les trois quarts d’heure. Les archets peuvent gratter, frôler la corde. Ils peuvent rester dans l’air , laisser parler les bruits environnants. Ils peuvent bourdonner, tirer des nuances de la différence de leurs tons. Les pizzicati sont plus rares. Ils servent aux changements de section ou à canaliser le flux imaginaire au milieu d’une intersection.

Les « surgissements sonores » sont donc larges, on le concède volontiers. Ils n’ont sans doute pas tous été dévoilés en plus. C’est pourquoi on attend déjà le deuxième disque du Quatuor BRAC.

Quatuor BRAC : Instants Chavirés (Blumlein)
Endregistrement : 3 mars 2011. Edition : 2012.
CD : 01/ Instants Chavirés
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Tiziana Bertoncini, Thomas Lehn : Horsky Park (Another Timbre, 2011)

grislypark

Echappés de l’ensemble]h[iatus : au violon, Tiziana Bertoncini. Au synthétiseur analogique, Thomas Lehn. Trouvés en Horsky Park. 

C'est un endroit aménagé en deux temps. Honneur à la pièce la plus récente : Galaverna, enregistrée à Milan l’année dernière, agence délicatesses et frénésies vindicatives. L’archet frémit sous les insistances analogiques avant de surprendre Lehn par sa faculté de réaction franche et même d’indépendance.

Sur Moss Agate, pièce qui date de 2006, les cordes sont cette fois pincées. Bertoncini se fait plus discrète en conséquence, mais s’essaye à des gestes parallèles pour coller à l’atmosphère d'angoisses que Lehn développe sur deux tons. A force, les cordes s’agacent, insistent à leur tour puis découpent des notes qui seront transformées en machines.

Ainsi Tiziana Bertoncini a, auprès de Thoms Lehn, perdu en devenir ce qu’elle a gagné en indépendance. L’exposition des deux tableaux qui attestent cette évolution est heureuse et manifeste.

EN ECOUTE >>> Galaverna (extrait) >>> Moss Agate (extrait)

Tiziana Bertoncini, Thomas Lehn : Horsky Park (Another Timbre / Metamkine)
Enregistrement : 2006, 2010. Edition : 2011.
CD : 01/ Galaverna 02/ Moss Agate
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>