Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Dan Weiss : Fourteen (Pi, 2014)

dan weiss fourteen

Le labyrinthe compositionnel proposé par Dan Weiss n’est pas sans atouts. Il n’est pas sans ambition également. Aidé en cela par une quinzaine d’ami(e)s musiciens (Jacob Sacks, Thomas Morgan, David Binney, Judith Berkson, Katie Andrews, Matt Mitchell, Miles Okazaki…), le compositeur organise et imbrique blocs, riffs et cadences en autant de saynètes lissées entre-elles et dans lesquelles s’ébattent des voix féminines toujours envoûtantes. 

Pour le batteur-compositeur-arrangeur, les sept parties de Fourteen prennent source autour d’axes rythmiques répétitifs. Cette base posée, Dan Weiss peut maintenant entrelacer les dizaines d’entrées qu’il a préalablement enregistrées. Ainsi vont se projeter et se révéler quelques moments forts et soyeux (le crescendo de la première partie en est un parfait exemple). Donc : ne pas s’étonner d’entendre drumming à épines, arpèges de guitare classique, piano solitaire, zeste de progressif, voix éthérées prendre plaisir à l’amalgame. Que mes vieux copains (humour !) de la M’Base Collective (auxquels les plus sourds n’hésiteront pas à rapprocher les deux entités) en prennent de la graine.

Dan Weiss : Fourteen (PI Recordings / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2012. Edition : 2014.
CD : 01/ Part One 02/ Part Two 03/ Part Three 04/ Part Four 05/ Part Five 06/ Part Six 07/ Part Seven
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Sylvie Courvoisier - Mark Feldman Quartet : Hôtel du Nord (Intakt, 2011)

sylvie_courvoisier_mark_feldman_h_tel_du_nord

Dans Hôtel du Nord se côtoient compositions (de la pianiste ou du violoniste) et improvisations. Des premières, on retiendra et admirera une évidente unité de temps et de structure. Entre attente et suspension, émerge un violon rasant (Hôtel du Nord) ou s’incruste un motif obsessionnel (Dunes). Dans ces eaux stagnantes, le surgissement de formes inopinées crée une tension supplémentaire, gommant ainsi la notion de solo au profit d’un axe collectif, ici remarquablement unifié.

Des secondes, on retiendra la diversité des formes : travail sur la matière sonore ici (craquements, hymnes souterrains et à demi-avortés in Little Mortise) ou, ailleurs, la réminiscence d’un jazz impulsif, incisif (Inceptions). Soit pour Sylvie Courvoisier, Mark Feldman, Thomas Morgan et Gerry Hemingway la poursuite d’une aventure, trouvant ici, l’un de ses plus intenses chapitres.



Sylvie Courvoisier, Mark Feldman Quartet : Hôtel du Nord (Intakt / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2011. Edition : 2011.
CD : 01/ Hôtel du Nord 02/ Dunes 03/ Plan A 04/ December 2010 05/ Little Mortise 06/ Inceptions 07/ Gowanus
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Samuel Blaser : Consort in Motion (Kind of Blue, 2011)

grislinmotion

Tout peut être jazzifié. Tout doit-il l’être ? Encore qu’ici le terme de jazzification ne soit pas particulièrement adapté. Disons : libres digressions sur Monteverdi, Marini et autres compositeurs de la Renaissance et du début du baroque italien. Voilà pour le cadre.

Passons à la musique. Les arias n’en sont plus. Les mélodies perdent de leur horizontalité pour s’allonger jusqu’à l’extrême.  La basse n’est jamais continue mais fureteuse, chercheuse. Discrète aussi. Trop, sans doute. La nonchalance guette, la mélancolie se frôle mais la magie opère toujours. Pensez : Paul Bley et Paul Motian réunis à nouveau. Comme hier : ce dialogue de belle distance, ces espaces qui s’ouvrent et qui installent l’idée que la partage, avec ces deux-là, n’est jamais illusion. Bien sûr, c’est ici Russ Lossing qui officie et non Paul Bley mais le mimétisme est tel entre les deux hommes que ça en devient troublant. Quant au leader, tendrement loquace et faussement détaché, il insuffle vie et grâce à un enregistrement souvent passionnant.

Samuel Blaser : Consort in Motion (Kind of Blue / Amazon)
Enregistrement : 2010. Edition : 2011.  
CD : 01/ Lamento della Ninfa 02/ Reflections on piagn’e sospira 03/ Reflections on toccata 04/ Passacaglia 05/ Ritornello 06/ Si dolce è l’tormento 07/ Balletto secondo – Retirata 08/ Reflections on vespa della Beata Vergine 09/ Ritornello 10/ Il ritorno d’Ulisse in patria
Luc Bouquet © le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Sylvie Courvoisier, Mark Feldman : To Fly to Steal (Intakt, 2010)

toflytosli

En ouvrant grandes nos oreilles et en évitant le petit jeu des comparaisons (inutiles ?), on pourrait presque se dire qu’Oblivia (Tzadik / Orkhêstra) est l’exact opposé de To Fly to Steal. Duo pour l’un, quartet pour l’autre. Continuum résolu pour l’un, cassures franches et nettes pour l’autre. Ici, le jazz s’y retrouve parfois (The Good Life), s’entête et crépite en des chaos millimétrés (Fire, Fist & Bestial Wail). Ici, le violon serait presque soliste et le piano presque d’accompagnement. Presque car tout est bien plus compliqué et alléchant que cela.

Alléchantes sont ces collisions de timbres, cette liberté de croiser les fluides et d’assouvir des combinaisons inouïes. Alléchantes, cette batterie (Gerry Hemingway) et cette contrebasse, accouchant de lignes aux rebonds vifs et tranchants (on m’excusera, ici, d’épingler la trop grande discrétion et le jeu de peu d’ampleur de Thomas Morgan). Oui, un disque alléchant et sans la moindre froideur. Et à nouveau, je signe et persiste.

Sylvie Courvoisier, Mark Feldman Quartet : To Fly to Steal (Intakt / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2009. Edition : 2010. 
CD : 01/ Messiaenesque 02/Whispering Glades 03/ The Good Life 04/ Five Senses of Keen 05/ Fire, Fist & Bestial Wail  06/ Coastines  07/ To Fly to Steal
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Tyshawn Sorey : That / Not (Firehouse 12, 2007)

tygrislisorey

Merci au jeune guitariste turco-suisse Yaman Palak de m'avoir fait découvrir ce joyau new-yorkais. Le percussionniste Tyshawn Sorey transmue les sons de la batterie, du piano, du trombone et de la basse, dans un miroir des plus poétiques. Sur le double disque That / Not, la réflexion se situe dans cette région imperceptible qui existe entre “différence” et “similarité”. La question y est le “pourquoi” et le “comment”.

Merci pour la clairvoyance de ces 43 minutes de Permutations for Piano Solo sur cet album enregistré en 2007. La particularité d’une réflexion des plus concentrées et lucides repose dans mon rayonnage de souffles éthérés, où l’on trouve aussi les couleurs de For Bunita Marcus, les blanches vibrations d’Alvin Lucier et les îles imaginaires d’Anthony Braxton.

Tyshawn Sorey : That / Not (Firehouse 12)
Edition : 2007.
CD1 : 01/ Leveled 02/ Template I 03/ Sympathy 04/ Permutations For Solo Piano 05/ Seven Pieces Fo Trombone Quartet 06/ Template II 07/ That/Not Songs - CD2 : 01/ Sacred and Profane 02/ Template III 03/ Four Duos 04/ Cell Block 05/ That's a Blues, Right? 06/ Template IV 07/ Commentary
Hildegard Kleeb © Le son du grisli

wn

Hildegard Kleeb est pianiste. Interprète de Morton Feldman, Alvin Lucier, Maria de Alvear ou encore Anthony Braxton, elle donnait récemment sur World News sa lecture de thèmes signés Peter Hansen.

Commentaires [1] - Permalien [#]

>