Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Stefano Leonardi, Stefano Pastor, Fridolin Blumer, Heinz Geisser : Conversations about Thomas Chapin (Leo, 2015)

stefano leonardi stefano pastor fridolin blumer heinz geisser conversations about thomas chapin

Se souvenir de Thomas Chapin dix-sept ans après sa disparition ne peut que réjouir un chroniqueur, déjà froissé à l’époque, par le peu de considération porté de son vivant à ce vibrant saxophoniste et flûtiste natif de Manchester (Connecticut). Aujourd’hui, si des musiciens éloignés de l’esthétique de Chapin lui rendent hommage, c’est que les traces de l’ancien élève de Jackie McLean demeurent particulièrement vives. Ainsi de Stefano Leonardi (flûte), Stefano Pastor (violon), Fridolin Blumer (contrebasse) et Heinz Geisser (batterie), nous témoignerons de cette douceur naturelle propre à transformer la mélancolie en élégie profonde.

Car oui, ces quatre-là font l’apologie de la douceur. Mais d’une douceur qui ne serait pas de guimauve ni de funérailles. Cette tendresse, entre songe et action, s’appuie sur les contrechants hantés d’un violon agile et d’une flûte insistante. Ces deux-là savent se trouver, s’amuser de leurs traits, s’effacer au profit d’un silence prenant parole. Et l’aimante et courtisée contrebasse de l’un, et la batterie résonante de l’autre de se mouvoir dans cet espace souvent microtonal et toujours recommencé. Et tous de s’effacer quelques courtes secondes avant qu’une poignante mélodie de l’au revoir ne surgisse telle un appel à revisiter l’œuvre magistral d’un saxophoniste nommé Thomas Chapin.

écoute le son du grisliStefano Leonardi, Stefano Pastor, Fridolin Blumer, Heinz Geisser
Conversations about Thomas Chapin (extrait)

Stefano Leonardi, Stefano Pastor, Fridolin Blumer, Heinz Geisser : Conversations about Thomas Chapin (Leo Records / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2013. Edition : 2014.
CD : 01/ Conversations about Thomas Chapin 02/ Let the Creative Force Take Over 03/ The Way Everything Works 04/ Transcendental Journey 05/ Musix Exists Because We Love It 06/ Anima 07/ The Melody Remains
Luc Bouquet © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

William Hooker, Thomas Chapin : Crossing Points (NoBusiness, 2011)

grislipoints

Crossing Points est l’enregistrement d’un concert donné en 1992 par William Hooker et Thomas Chapin à la 9th Street Gallery de New York (gérance : Jerome Cooper). De quoi remplir quatre faces de 33 tours (NoBusiness publiant néanmoins le même enregistrement sur CD) : The Subway sur les deux premières, Addiction to Sound et The Underground Dead sur les deux autres.

On sait la véhémence qui anime Hooker : efficiente en lofts d’abord mais consignée sur disques bien plus tard. On sait aussi le manque de Chapin, saxophoniste abrasif instruit par Jackie McLean. Ainsi les musiciens étaient faits pour s’entendre. Dans l’urgence, ils lancent The Subway : la frappe est détonante et pique Chapin au vif, qui, en réaction, déclame et développe hors d’haleine un expressionnisme cursif d’une rare teneur.

En tremblant encore, Hooker et Chapin sonnent l’heure d’une confrontation nette, quelques tambours martiaux ayant bien vite chassé la valse défaite qui ouvre Addiction to Sound. L’attachement du duo au free jazz des origines est patent, mais l’originalité qu’il parvient à glisser au creux de ses références étonne. Comme un retard qu’il faudrait rattraper : le retour-arrière effectué à vitesse effrénée : les trente ans de retard d’Addiction to Sound et The Underground Dead changés alors en décalage de peu, voire de rien. A tel point que Crossing Points, enregistré il a y près d’une dizaine d’années, en deviendrait une référence d’un free jazz qu’on réactualise sans cesse – plus souvent « mal » que « bien », redisons-le.

William Hooker, Thomas Chapin : Crossing Points (NoBusiness)
Enregistrement : 30 mai 1992. Edition : 2011.
LP : A01/ The Wubway (Part 1) A02/ The Subway (Part 2) B01/ Addiction to Sound B02/ The Underground Dead
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [1] - Permalien [#]
>