Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

le son du grisli #3Peter Brötzmann Graphic WorksConversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Werner Dafeldecker, Christof Kurzmann, John Tilbury, Stevie Wishart : s/t (Mikroton, 2009)

mikro4sli

Sans doute est-ce par la couleur violette de sa pochette que les amateurs désigneront ce troisième volet des aventures de Werner Dafeldecker (contrebasse, electronics) et Christof Kurzmann (ordinateur, clarinette) : en 1999, sous jaquette orange et pour l’étiquette Charhizma, leur cellule s’augmentait d’O’Rourke, Drumm et Siewert ; en 2003, le pavillon vert du même label signalait l’adjonction d’eRikm, Died13, Noetinger et Drumm

En 2007, c’est à John Tilbury (piano) et Stevie Wishart (vielle à roue) que l’invitation fut faite ; si le premier se fond aisément – n’était-il pas aussi l’hôte de Polwechsel cette année-là ? – dans des densités qu’il vient hanter avec subtilité, la seconde apporte élan et invention. Sous ses doigts, la vielle gagne une dimension concrète & abstraite (organique guitare à plat & passionnant synthétiseur médiéval) ; tout en participant au tressage collectif et au tramage des sept paysages reproduits ici, elle apporte une qualité toute tactile à l’hypnose déployée ; ses bourdons magiques ont une vie propre qui démultiplie frottements harmoniques et résonances collatérales. Crêpages et élégants rainurages, Wishart anime l’univers posément architecturé de ses comparses.

Werner Dafeldecker, Christof Kurzmann, John Tilbury, Stevie Wishart : s/t (Mikroton)
Enregistrement : 2007. Edition : 2009.
CD : 01/ Wien 1 02/ Wien 2 03/ Wien 3 04/ Wien 4 05/ Wien 5 06/ Wels 1 07/ Wels 2
Guillaume Tarche © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Fred Frith: The Compass, Log and Lead (Intakt - 2005)

compassfrithgrisli

Sur The Compass, Log and Lead, Fred Frith s’engage sur la voie de l’improvisation savante, usant de l’interaction d’instruments de bois et de traitements électroniques. Et dresse auprès de Carla Kihlstedt et Stevie Wishart une musique nouvelle puisant sa force dans le monde ancien.

Allant chercher loin les instruments à intervenir, Frith privilégie les cordes et les orgues en tous genres. Au son des attaques qu’il porte à sa guitare, il ouvre l’album sur le mode des transports et suit la route tracée par des fureteurs de la trempe de Micus ou Brahem, avant d’atteindre déjà les portes de l’Inde, sur un simili raga porté par les larsens électroniques de Wishart (A Beautiful Thing to Forget).

Si l’improvisation peut être plus déconstruite, jouant des interférences et des intentions d’échapper à toute règle (Look at Sky Go, Abstract Expressionism), le trio se met parfois d’accord dès le départ sur les épreuves à rendre : étude minutieuse d’un agrégat de cordes (I Am Buffalo Bill Today), défense des propositions répétitives du violon de Kihlstedt sur les nappes de l’orgue à manivelle (Postcard from the Back), ou invention sur l’instant d’un folk inédit (Aller retour).

Sans rien laisser paraître du mouvement nécessaire, le trio conduit la couleur de l’ensemble vers d’autres parterres, voire d’autres époques : Espagne d’Aranjuez sur Initially This ou Chine révélée aux soupirs trois fois rendus des violons (Dog-Eared), morceaux d’une connaissance aujourd’hui universelle, absorbée et digérée sans même y prendre garde, au point d’y instiller un peu de blues sur une rythmique de vieux roulements en marche (I Am Map).

Car la mécanique aussi joue ici un rôle important. Celle d’une vielle à roue emportant quelques cordes dans les parties sombres de sa structure (Initially This), ou celle décidant de fioritures métalliques à poser sur la corde vibrante de Time Goes Largo, conclusion copiant ses méthodes sur le premier titre de l’album, Time Comes Presto, autant que stratagème venant boucler le tropique et retourner le sablier.

CD: 01/ Time Comes Presto 02/ A Beautiful Thing to Forget / Far ej Tackas 03/ Look at Sky Go 04/ Dog-eared 05/ I Am Buffalo Bill Today 06/ Intitially This 07/ Postcard from the Back 08/ I Am Map 09/ Abstract Expressionism 10/ Dream as a Means 11/ Aller retour 12/ Time Goes Largo

Fred Frith - The Compass, Log and Lead - 2005 - Intakt Records. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Paul Dunmall: In Your Shell Like (Emanem - 2004)

dunmallgrisli

Il est de drôles de manières d'utiliser aujourd'hui des instruments anciens. Prenons la vielle à roue, qu'utilise à merveille, et dans des domaines musicaux balisés, Stevie Wishart. Persuadée par Paul Dunmall - saxophoniste iconoclaste soufflant, à l'occasion, en cornemuses - d'abandonner pour une heure la musique médiévale, la voici s'adonnant à une improvisation en règle.

Enregistré en duo, Shells And Other Things est un parcours codifié, tirant profit des résonances et des interférences de la vielle et de la cornemuse puis du soprano. Les notes sont incisives, et les bourdons élaborent ensemble une montée en puissance délicate, dont on sonnera le glas en instituant un dialogue free. Lorsque Paul Lytton intervient, c'est pour enrichir d'insinuations rythmiques des improvisations réfléchies. Sur The Ears Have It, quelques cordes accrochées font place aux évolutions intelligentes des trois musiciens. Serein, leur développement n'a d'autre effet que l'écoute ébahie d'un auditeur trimbalé sur des steppes asiatiques. Sous l'herbe, des palais oubliés, que l'on met au jour au son de bourdons faits sirène annonçant les découvertes. Ailleurs, le duo Dunmall / Lytton converse et sait de quoi il parle. Le saxophone ténor du premier oppose des circonvolutions baroques aux attaques énergiques du second (Nothing To Do With Shells). La complicité des deux hommes permet la surenchère amicale, oeuvrant pour qu'ils touchent ensemble l'extase qu'offre la mise en place de rondes ravissantes.

Quand le soprano remplace le ténor, Dunmall s'octroie quelques silences perdus parmi des touches rythmiques abondantes et sensées (It's In Your Ear). Enfin, à trois on clôt l'enregistrement, au gré d'une superposition cohérente de participations plus individuelles (In Your Shell Like). Histoire de donner tout, une dernière fois, avant de renouer en solo avec ses singularités.

CD: 01/ Shells And Other Things 02/ Nothing To Do With Shells 03/ It's In Your Ear 04/ The Ears Have It 05/ In Your Shell Like

Paul Dunmall - In Your Shell Like - 2004 - Emanem. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]

>