Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Parution : Jazz en 150 figures de Guillaume BelhommeParution : le son du grisli #2Sortir : Festival Baignade Interdite
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Bill Wells, Stefan Schneider : Pianotapes (Karaoke Kalk, 2010)

grislikalk

Instrument prestigieux que la frontière ténébreuse entre musiques classiques et populaires a rendu plus que jamais fréquenté, le piano se prête merveilleusement aux expérimentations en sens divers, du silence total (ou presque) de John Cage aux manipulations bricolées d’Hauschka, sans oublier le néo-classicisme classieux de Max Richter et le minimalisme fertile de Sylvain Chauveau.

Joué telle une musique de chambre par l’Ecossais Bill Wells (The Pastels, BMX Bandits, Isobel Campbell), le clavier bien tempéré de Pianotapes est confronté au traitement de l’Allemand Stefan Schneider, qui enregistre le Bechstein sur deux vieux enregistreurs à bandes magnétiques, pour ensuite les rejouer à des vitesses différentes. Au-delà du concept, qui évoque également William Basinski, la musicalité de l’œuvre est déroutante. D’une très clarté sonore, superbement enregistré, le disque demeure toutefois d’un embrigadement solitaire. Tout en défiant les structures tonales par ses micro-mélodies dont on perd rapidement le fil, la vision développée par le duo peine à marquer durablement sa cohérence, dans l’espace et dans le temps. Bon, tant pis.

Bill Wells, Stefan Schneider : Pianotapes (Karaoke Kalk)
Edition : 2010.
CD : 01/ Pntps 7 02/ Pntps 4 03/ Pntps 112 04/ Pntps 88 05/ Pntps 3 06/ Pntps 8 07/ Pntps 5 08/ Pntps 6
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>