Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Peter Brötzmann Graphic WorksAu rapport : Rock In Opposition XParution : Du piano-épave de Ross Bolleter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Gilles Aubry, Stéphane Montayon : Les écoutis Le Caire (Gruenrekorder, 2010)

grislilecaire

Entre deux plaques de carton gris, Gilles Aubry et Stéphane Montavon ont dissimulé Les écoutis Le Caire. Avec, il y a aussi un poster-poème « moderne » conçu par Montavon dans l’idée des calligrammes, c'est donc à dire : beaucoup moins « moderne » qu’il n’y paraît. Beaucoup moins « moderne » que le disque de field recordings qu’il cache en tout cas.

Sur ce disque, il y a inévitablement des bruits. Des bruits de la ville qu’est Le Caire aujourd’hui (tentaculaire, étendue, inembrassable d’un coup d’un seul, que ce soit du regard ou de l'oreille). L’auditeur que nous sommes tombe sur une allée au trafic dense ou sur un chantier certainement ralenti par la chaleur. Plus loin, c’est le bruit que font des machines ou des radios qui vomissent des voix ou crachent des mélodies insensées. Et puis tout à coup, une douce musique prend le dessus sur ce fatras magnifique, elle le transforme, le rythme. On ne sait trop comment Gilles Aubry et Stéphane Montavon ont agencé toutes ces preuves de réalité. Mais elles se trouvent là, sur un partition musicale surprenante, et même très belle.

Gilles Aubry, Stéphane Montavon : Les écoutis Le Caire (Gruenrekorder)
Edition : 2010.
CD : 01/ Les écoutis Le Caire
Héctor Cabrero © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>