Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

le son du grisli #3Peter Brötzmann Graphic WorksConversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Spyros Polychronopoulos : Electronic Music (Experimedia, 2014)

spyros polychronopoulos electronic music

Règle numéro deux, aux trois premières pistes d’un album, tu ne t’arrêteras pas, surtout s’il est l’œuvre de Spyros Polychronopoulos et que celle-ci se nomme Electronic Music.

Au départ, on se pose mille questions, entre quête des lignes de force et points d’ancrage aléatoires. Heureusement, alors que tout se ressemble pour mieux se différencier, entre boulimie noise inquiétante et militantisme atonal, le quatrième morceau, Em 4, nous emmène sur les traces de Pierre Schaeffer, dont l’ombre tutélaire hante des lieux tel un songe de nuit d’été orageuse et insectivore.

Une belle idée ne venant jamais seule, le musicien grec basé en Angleterre convoque les sonates pour piano de Boulez entre fées clochettes et brumes vivaces (Em 5), des impulsions Kosmische lointaines s’installent dans la galaxie Jana Winderen (Em 6), avant qu'une ultime frénésie sur lieux d’aisance ne vienne rappeler que tout n’est pas bon à prendre.

Spyros Polychronopoulos : Electronic Music (Experimedia)
Edition : 2014
CD : 1/     Em 1 2/    Em 2 3/ Em 3 4/ Em 4 5/ Em 5 6/ Em 6 7/ Em 7 8/ Em 8
Fabrice Vanoverberg © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>