Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

A paraître : le son du grisli #2Sortir : Festival Bruisme #7le son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Ceramic Dog : Your Turn (Yellow Bird, 2013)

ceramic dog your turn

-    Moins performant, Marc Ribot, sur ce nouvel opus de Ceramic Dog ?
-    Possible !

La raison serait une triple perte sèche : d’humour (alors que le trio que le guitariste forme avec Ches Smith et Shahzad Ismaily pensait en avoir un minimum), de repères (à force de multiplier les clins d’œil, d’Hendrix à T-Rex, et les resucées, de la pop indé sous-Morphine au power rock en passant par la reprise du Take 5 de Dave Brubeck) et surtout, surtout, de distance avec son sujet : la musique.

Car Ribot et ses comparses (que rejoignent à l’occasion Arto Lindsay à la guitare, Eszter Balint à la voix, Dan Willis au hautbois ou Keefus Ciancia aux samples) donnent l’impression de s’amuser entre eux sans vraiment chercher à lier contact avec nous. On e-bowe et on fuzze, on gimmicke à foison, on déroule du free solo au mètre ou on singe une musique exotique : rien n’y fait…

-    Dispensable ce nouvel opus de Ceramic Dog ?
-    Ôuch que oui !

Ceramic Dog : Your Turn (Yellow Bird)
Edition : 2013.
CD : 01/ Lies My Body Told Me 02/ Your Turn 03/ Masters of the Internet 04/ Ritual Slaughter 05/ Avanti Populo 06/ Ain’t Gonna Let Them Turn Us Round 07/ Bread and Roses 08/ Prayer 09/ Mr. Pants Goes to Hollywood 10/ The Kid is Back! 11/ Take 5 12/ We Are the Professionnals 13/ Special Snowflake
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Marc Ribot's Ceramic Dog: Party Intellectuals (Yellowbird - 2008)

ceramicsli

En chien de faïence, Marc Ribot promène le bassiste Shahzad Ismaily et le batteur Ches Smith au son d’un bouillon de culture plus ou moins malin, mais efficient quand même.

D’un blues rock passablement déconstruit à un morceau suintant de musiques du monde, d’une version punitive de Break On Through à une électropop indigeste, Ribot investit l’exercice avec difficulté, rendant stérile le produit de ses tentatives. Et puis, l’allure de Party Intellectuals change, l’ironie se fait plus redoutable avec l'arrivée soudaine d'une bassstation et l’élucubration électronico-dansante de Fuego.

Toujours plus chanceux, le guitariste imbrique maintenant une mélodie de rien décorée de field recordings (Digital Handshake) et une pièce d’un minimalisme arty (When We Were Young and We Were Freaks), emporte son trio au rythme d’une no wave adolescente et drôle (Girlfriend) ou d’expériences rappelant celles de DNA (C=). Ainsi, en appliquant un no future au domaine de la pop universaliste et brouillonne, Ribot finit quand même par convaincre, dans le même temps qu'il relativise l’importance de l’essai transformé.

CD: 01/ Break On Through 02/ Party Intellectuals 03/ Todo el mundo 04/ When We Were Young and We Were Freaks 05/ Digital Handshake 06/ Bateau 07/ For Malena 08/ Fuego 09/ Girlfriend 10/ Midost 11/ Shhh Shhh 12/ C= >>> Marc Ribot’s Ceramic Dog - Party Intellectuals - 2008 - Yellowbird. Distribution Harmonia Mundi.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>