Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques OgerLe son du grisli sur Twitter
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Transit : Quadrologues (Clean Feed, 2009)

transitsli

Sur Quadrologues, toujours le même Transit : Jeff Arnal aux percussions, Seth Misterka au saxophone alto, Nate Wooley à la trompette et Reuben Radding à la contrebasse.

Et la même invention, aussi : dans le déploiement d’une musique en équilibre toujours précaire et qui fait de son état vacillant le premier de ses atouts (Strata), sur l’air latin flirtant avec le minimalisme de Walking on Fire ou encore sur de lentes progressions affirmant davantage au fil des secondes, jusqu’à changer une mollesse d'abord revendiquée en morceau d’épaisseur irrésistible (Meeting Ground, The Science of Breath). Jusqu’au bout, Transit invente en quartette vigoureux mais distant, si ce n'est en conclusion, sur Myrtle Avenue Revival, pièce dont le free fantasque évoque Don Cherry (Wooley aux avant postes) histoire de finir sur un grand hommage.

Transit : Quadrologues (Clean Feed / Orkhêstra International)
Enregistrement : 2006-2007. Edition : 2009.

CD : 01/ Strata 02/ Walking on Fire 03/ The Science of Breath 04/ Flip 05/ Rapid Eye Movement 06/ Z Train 07/ Meeting Ground 08/ Time isn't what you think 09/ Speaking in Tongues 10/ Myrtle Avenue Revival.

Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Transit: Transit (Clean Feed - 2005)

transit

Quartette emmené par le percussionniste Jeff Arnal, Transit défend sur son premier album une musique improvisée aux Etats-Unis, chargée pourtant de références européennes autant qu’elle s’attache à habiter le domaine réservé d’un jazz libertaire plus local.

Ainsi, c’est à Sunny Murray que le jeu d’Arnal fait d’abord penser. Conduisant un free jazz à l’ancienne sur Cortelyou Q – comme plus tard sur Der Blatt -, le batteur estime les charges à confronter des solistes : phrases répétitives du saxophoniste Seth Misterka, quand la trompette de Nate Wooley tient davantage de la folie introspective, voire, refoulée.

Pourfendeurs souvent d’une déconstruction en règle, les musiciens déposent une musique dite « réductionniste », cherchant avant tout à tempérer les gestes et mesurer leurs effets, soit, à courir sans cesse derrière l’épure (Gowanus Canal, Brick City Part 1). Moins convaincants ici, cependant, que lorsqu’ils imposent un thème plus vigoureux virant à la plainte enthousiaste (Ditmas Park) ou une marche lancinante gonflée au contrepoint et aux harmoniques (Brick City Part 2).

Alors, pour l’emporter tout à fait, reste à compter sur l’appui du contrebassiste Reuben Radding. Toujours à propos, il arrondit les angles d’un archet courbe (Ditmas Park) ou les aiguise, au contraire, au moyen de craquements et grincements décidés (Sabbath Siren). Enveloppe, en un mot, une improvisation hybride qu’il révèle probante.

CD: 01/ Cortelyou Q 02/ Van Brunt 03/ Gowanus Canal 04/ Sabbath Siren 05/ Brick City Part 1 06/ Brick City Part 2 07/ Journal Square 08/ Der Blatt 09/ Ditmas Park 10/ Red Hook

Transit - Transit - 2005 - Clean Feed. Distribution Orkhêstra International.

Commentaires [0] - Permalien [#]
>