Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire


suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

Sortir : Sonic Protest 2017Interview de Jacques Ogerle son du grisli papier
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Branche, Chrysakis, Soloveitzik, O' Sullivan, Vidal, Wigens : Magnetic River (Aural Terrains, 2012)

thanos chrysakis magnetic river

Magnetic River – du groupe formé de Sébastien Branche et Tom Soloveitzik (saxophones ténor), Thanos Chrysakis (laptop, electronics, piano), James O’Sullivan (guitare) et Jerry Wigens (clarinette) – est ce genre de musique improvisée que l’on dirait écrite sur du papier millimétré, où les queues des notes n’en finissent pas de faire des lignes et des graphiques. Mais de la feuille les dessins parviennent à se libérer.

Avec eux, arrivent jusqu’à nous des mélopées d’instruments que l’on reconnaît rarement, ou plutôt de leur image que renverraient des miroirs déformants. Des bourdonnements, des résonances, des vibrations, des sons parallèles et des sons diffus / informes / multiformes, viennent tous au secours du minimalisme des liens qui l’attachent à sa trop sévère définition : ici abstrait, là mélodique, là rythmique et là languissant. D'impressionnants graphiques dessinés sur du papier transparent.

EN ECOUTE >>> Magnetic River

Sébastien Branche, Thanos Chrysakis, Tom Soloveitzik, James O' Sullivan, Artur Vidal, Jerry Wigens : Magnetic River (Aural Terrains)
Enregistrement : avril 2011. Edition : 2012.
CD : 01-05/ I-V
Héctor Cabrero © Le son du grisli 

Commentaires [0] - Permalien [#]

Sébastien Branche : Ligne irrégulière (2013)

sébastien branche ligne irrégulière

Je lis : « Le saxophone est placé sur un pied pour une complète indépendance de mouvement, et peut ainsi être utilisé comme objet en lui-même, en conjonction avec les différents accessoires accumulés au fil des années. Les micros (couple stéréo) ont été placés autour de l'instrument, afin que l'auditeur puisse entendre certains sons voyager d'un côté à l'autre lorsque ceux-ci sont clairement localisés sur le corps de l'instrument. Aucun montage, un peu de mixage. » D’accord, j’ai tout compris, Sébastien Branche, votre CD tourne en ce moment. Et il n’y  pas que lui…

Les sons qui sortent du saxophone aussi, comme sur le tour d’un potier – serions-nous ici en présence d’une pièce d’artisan et non d’artiste ? La vérité n’est peut-être pas loin... mais on regrette quand même que le son manque de « pêche » et ce grésillement, qui grésille un peu fort à mon goût. Les bourdonnements (non pas les bourdons) imitent la cornemuse ou cherchent un peu de force par accouplements contraints. L’abstraction (improvisée, je pense) n'invite pas au voyage promis. L’art n’y est pas, et si la ligne est irrégulière c’est parce que sa facture artisanale est celle des artisans les plus répandus… tout satisfaits de leurs défauts.

Sébastien Branche : Ligne irrégulière (Autoproduction)
Enregistrement : 2013. Edition : 2013.
CD-R : 01/ L 02/ i 03/ g 04/ n 05/ e
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]
>