Le son du grisli

Bruits qui changent de l'ordinaire

Inscription à la newsletter du son du grisli
suivre le son du grisli Fil RSS au grisli clandestin Contact

le son du grisli #3Peter Brötzmann Graphic WorksConversation de John Coltrane & Frank Kofsky
A la question : interviewsAu rapport : impressions de concertsEn théorie : l'improvisation par l'écrit : John Butcher & Evan Parker

Neil Campbell, Robert Horton : Trojandropper (Zum, 2012)

neil campbell robert horton trojandropper

Deux expérimentateurs touche-à-tout, Neil Campbell (Astral Social Club, Vibracathedral – faire apparaître entre parenthèses le nom de groupes ne signifie pas que le rédacteur les connaît vraiment) et Robert Horton (vieux briscard de The Appliances ou Plateau Ensemble), s’attaquent au disco en rendant hommage au virus qui infecta l’ordinateur personnel d’Horton

C’est dire de quelle nature est le projet et que le disco dont on parlera ici ne sera pas celui de Monsieur Toulemonde. En effet, cette musique dansante là est foutraque, tour à tour rétrofuturiste, noise, big beat, impulsive, mécanique, débordante d’instruments (basses et guitares électriques, casios et harmoniums, etc. et le saxophone soprano de Dan Plonsey). D’un expérimental magnifique et efficace en diable, Trojandropper se réserve sur sa fin un sample de disco (le vrai celui-là) et nous convainc que Campbell et Horton avaient raison dès le début : c’est bien là du disco ! Mais un disco d’un nouveau siècle. Et on en redemande !

Neil Campbell, Robert Horton : Trojandropper (Zum)
Edition : 2012.
LP : A1/ Child's Tongue Flicks A2/ Three-Wave Virtual Heart A3/ Slush Flotsam Bunny A4/ Panharmoni Particle Radio – B1/ Multi-Colored Canopy Dropper B2/ Cut-Free Taste Death B3/ Utterly Free World Without God's Curse - Multi-Sky Wave Joy
Pierre Cécile © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

Rameses III: Basilica (Important - 2008)

Ramesesgrisli

Partenaires occasionnels de David Grubbs, Christina Carter ou Fursaxa, Rameses III – trio formé par Spencer Grady, Steve Lewis et Daniel Freeman – voit ici remixées quelques unes de ses pièces enregistrées en concert : par Robert Horton, Gregg Kowalsky, Keith Berry et l’Astral Social Club de Neil Campbell.

Cousines, les réinterprétations prennent l’allure de longs et lents développements allant crescendo, faits de couches de rumeurs différentes perturbées à peine par l’apparition de parasites, de chuchotements ou des feulements d’un bestiaire peu rassurant. Dense, l’épreuve du remix persuade de la qualité des quatre intervenants.

Sur un autre disque, trouver les morceaux d’où est parti le projet : Origins aux nappes lointaines de claviers et aux guitares électriques prises de tremblement, sur lequel d’autres bourdons graves ne pourront rien contre les effets d’une conclusion plus mélodique. Dépareillées mais persuasives, les deux faces de Basilica.


Rameses III, Basilica (Keith Berry remix). Courtesy of Rameses III.

CD1: Basilica: 01/ After The Red Rose (Robert Horton / Rameses III remix) 02/ Basilica (Keith Berry remix) 03/ Rose Blood (Gregg Kowalsky remix) 04/ Tigers In The Snake Pit (Astral Social Club remix) – CD2: Origins: 01/ Origins I 02/ Origins II 03/ Origins III 04/ Origins IV 05/ Origins V

Rameses III - Basilica - 2008 - Important Records.

Commentaires [0] - Permalien [#]

Dax Pierson & Robert Horton: Pablo Feldman Sun Riley (Nosordo - 2006)

piersli

Sur Pablo Feldman Sun Riley, un membre de Subtle (Dax Pierson) et un punk sur le joli retour (Robert Horton) adressent un hommage à quatre compositeurs de premier ordre, tous genres exigeants confondus : Augustus Pablo, Morton Feldman, Sun Ra et Terry Riley.

Entamant la construction d’un univers reconnaissant, mais aussi en train de se construire, Winterlong convoque un mélodica et un violoncelle déraillant, une voix grave fantasmant le râle d’une bête imaginaire et quelques silences. Sans cohérence évidente, le duo travaille ensuite à une composition répétitive changée bientôt en amas de drones sortis de guitares (When A Stone Speaks), puis à une pièce dont les premiers airs de baroque non aboutis disparaîtront au profit de boucles et d’interventions bruitistes (Winterworld Dub).

Sûrs de leur bon droit, Pierson et Horton continuent de multiplier les effets, et l’inspiration de ne pas faiblir : des field recordings choisis du Drive Along the Boundaries of Nothingness remixé par Subtle aux dérélictions électroniques de Piece of the Sun, des larsens minuscules infiltrés par quelques clics d’Offguard aux conspirations des guitares de Living Room Music, les charges sont nombreuses, et souvent prodigieuses. Prétexte sensible et évocation permettant toutes les libertés, Pablo Feldman Sun Riley trahit sur toute sa longueur les influences profondes de Dax Pierson et Robert Horton : de celles qui refusent toute copie ; là, davantage, pour être sublimées.

Dax Pierson, Robert Horton : Pablo Feldman Sun Riley (Nosordo)
Edition : 2006.

CD: 01/ Winterlong 02/ When a Stone Speaks 03/ Winterworld Dub 04/ Piece of the Sun 05/ Drive Along the Boundaries of Nothingness (remix of Subtle) 06/ Offguard 07/ Living Room Music
Guillaume Belhomme © Le son du grisli

Commentaires [0] - Permalien [#]

>